Skip to content

  La patience du peuple centrafricain s’eternise : a quand la publication des resultats definitifs des elections par la CCT ?

janvier 19, 2016

L’Autorité Nationale des Elections (ANE) a fait son travail. Elle a publié les résultats provisoires des élections présidentielle et législatives couplées du 30 décembre 2015. La balle est désormais dans le camp de la Cour Constitutionnelle de Transition (CCT. Les jours passent et se ressemblent. Les Centrafricains sont restés sur leur soif : la publication des résultats définitifs du 1er tour des élections couplées. A telle enseigne que beaucoup se demandent aujourd’hui, « à quand la publication des résultats définitifs des élections par la CCT » ?

En principe, selon le code électoral, la publication des résultats définitifs des élections doit intervenir quinze (15) jours après le dépôt des contentieux. Les élections se sont tenues le 30 décembre 2015. Jusqu’à la date d’aujourd’hui, vingt (20) jours se sont écoulés après le 1er tour des élections. Les Centrafricains ne sont pas encore situés sur les résultats définitifs. Du Nord au Sud, d’Est en Ouest, les yeux des Centrafricains sont tournés vers la CCT. Aucune lueur d’espoir ne se dessine à l’horizon. Du Rassemblement Démocratique Centrafricain (RDC) au Mouvement de Libération du peuple Centrafricain (MLPC), chacun réclame sa victoire au 1er tour de l’élection présidentielle. Le RDC du candidat Désiré Kolingba Nzanga Bilal dit qu’il affrontera au second tour du scrutin présidentiel l’URCA du candidat Dologuélé. Le MLPC de son côté crie aux fraudes massives enregistrées lors su déroulement des élections. L’Alliance des Forces Démocratiques pour la Transition (AFDT) demande le recomptage manuel des bulletins de vote. Des voix s’élèvent par-ci, par-là pour dire que l’ANE a détourné plus de 228.000 voix. Au profit de qui ? Personne ne le sait.

Dologuélé, Touadéra, Kolingba Nzanga, Ziguélé seront-ils tous au second tour du scrutin présidentiel ? Qu’on nous le dise. Les Centrafricains ne peuvent dormir la nuit ou réfléchir à quelque chose. Tantôt c’est le candidat X qui sera opposé à Y ou Z. et l’institution qui a le devoir et le droit d’éclairer la lanterne des Centrafricains en dernier ressort est la CCT. Mais malheureusement le verdict de la CCT tarde à venir. Est-il prolongé ? Il ne fait aucun doute. Comme le régime transitionnel de Catherine Samba-Panza voltige de prorogation en prorogation, il devrait en être ainsi pour les autres institutions de la République. L’organisation des élections couplées a été à maintes reprises reportée pour des raisons sécuritaires et financières, pour enfin se tenir au 30 décembre 2015. Le référendum constitutionnel a été prolongé de trois (3) jours. Même les élections couplées se sont poursuivies au 31 décembre 2015.

Donc il n’y a pas deux (2) sans trois (3). Comme la transition a été prolongée successivement, l’organisation des élections est prolongée, le référendum constitutionnel prolongé, la publication des résultats définitifs devrait-il aussi suivre ce même chemin ? Ouf, quel pays ? Laquelle des institutions de la transition répondra le plus rapidement possible aux attentes du peuple centrafricain ? La prolongation est-elle devenue le mode privilégié de la gouvernance sous Catherine Samba-Panza ? Mais si nos mémoires sont bonnes, seule la venue du pape François n’a pas subi de prolongation pour la simple raison que l’organisation de sa venue ne concernait pas l’Etat centrafricain. Tous les autres évènements marquant la vie publique de la RCA ont été tous prorogés.

Le peuple centrafricain attend de pieds fermes la publication des résultats définitifs des élections du 30 décembre 2015 pour avoir un cœur net. Quelque soit la nature et le nombre de dépôts de contestations au greffe de la CCT, les Centrafricains veulent être situés le plus rapidement possible sur les deux (2) candidats qui s’affronteront au second tour de l’élection présidentielle. Si Touadéra et Dologuélé sont retenus, que la CCT nous informe. Même s’il y a une modification, que celle-ci soit révélée au grand jour. Nos tympans sont troués par les tintamarres de certains candidats à la présidentielle et la plateforme politique dénommée l’AFDT. Les Centrafricains veulent respirer un nouvel air ou tourner définitivement la page sombre de son histoire depuis les indépendances en 1960. Beaucoup de chantiers restent à explorer : le DDRR, le chômage endémique des jeunes, le retour de la paix et de la sécurité sur toute l’étendue du territoire, le vivre ensemble, la cohésion sociale. D’autres défis restent à relever : la santé, l’éducation, l’économie… et nous en passons.

Nous ne pouvons pas continuer indéfiniment à tourner sur les élections. La CCT doit publier les résultats définitifs, un point, un trait pour permettre aux électeurs d’avoir une idée sur les deux candidats retenus au second tour et éventuellement voter celui qu’ils jugent capable de diriger le pays dans les cinq (5) ans à venir. Leur patience ne peut rester éternellement. Nous savons que la CCT travaille d’arrache-pied pour rendre public les résultats définitifs du 1er tour des élections couplées. Mais la CCT doit redoubler d’effort. Compte tenu du retard enregistré dans la publication des résultats définitifs, le second tour aura-t-il bel et bien lieu le 31 janvier 2016 ? En attendant, seule la décision finale de la CCT au sujet des résultats définitifs du 1er tour du  scrutin présidentiel intéresse les Centrafricains aujourd’hui.

Denis Lougoussou-Ngouvenda

 

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :