Skip to content

La période post-électorale ne doit souffrir d’aucun remous sociopolitique en RCA  

janvier 20, 2016

Selon l’adage populaire, « la critique est aisée, l’art difficile », ainsi en est-il de la chose publique qui est loin d’être une sinécure ? Cela suppose de la pondération,  de la sagesse et de la compétence. Certains dirigeants naissent avec les qualités de chefs et ce sont des meneurs d’hommes. Ceux-là, nantis de ces vertus naturelles, réalisent avec brio des activités qui forcent l’admiration, malgré quelques ratés, ce qui est normal. Car la « perfection n’étant de ce monde ».

D’autres par contre s’illustrent par l’intransigeance qui frustre les autres, car voulant pallier à leurs manquements par des attitudes autoritaires, excluant critiques acerbes de la part de ceux qui rejettent toutes les formes d’oppressions.

D’autres encore, conscients de leurs limites, se forgent de la dextérité à force des évènements et s’ouvrent à tout changement pour améliorer leurs qualités de leadership. De ce fait, ils deviennent des dirigeants qui, au gré des circonstances, finissent par faire montre de gestion exemplaire de la chose publique. C’est exactement la  posture où se trouvent nos hommes politiques en général, et nos présidentiables en particulier, pour le 1er tour des élections couplées du 30 décembre 2015.

Quoi que l’on fasse, on trouvera quelques fois l’imperfection sur son chemin, et cela est inscrit en lettre d’or dans la nature humaine. Car tout homme qui dirige et commande, qui fait quelque chose a contre lui ceux qui font précisément le contraire, et surtout la grande nuée et masse des gens oisifs, c’est-à-dire, qui ne font rien. C’est pour autant dire que la « nature humaine étant faite d’amalgames de diversités de personnalités ». Alors, comment concilier toutes ces qualités et toutes ces caractéristiques ?

D’aucuns préconisent la « politique du juste milieu ». D’autres, « perfectionnistes », sont partisans de l’extrémiste. Mais la raison commande la pondération dans la « sagesse » et l’ouverture aux autres. Ces qualités qui font défaut aux uns constituent la force des autres. L’une des recommandations pertinentes du Forum National de Bangui (FNB), réside dans le recours au dialogue comme seul moyen de résolution des différends. Or, qu’est ce que nous observons et constatons après le FNB ? Pour des motifs qui ne tiennent pas la route, ou pour des raisons de moindre importance, certains leaders politiques ne privilégient pas le dialogue et préfèrent systématiquement les contestations et autres manifestations illégales. Pour cette fois-ci, les Centrafricains de tout bord ne veulent plus entendre parler des revendications à la manière du « FARE-2011 », qui a entraîné la RCA dans un gouffre sans issue.

Déjà certains démons et fauteurs de troubles commencent à s’agiter, rien qu’après la proclamation des résultats provisoires et globaux de la présidentielle du 30 décembre 2015 par l’Autorité Nationale des Elections (ANE). Qu’adviendrait-il de la proclamation de leurs résultats définitifs et globaux par la Cour Constitutionnelle de Transition (CCT) ? Ne cherchons pas à remuer le « couteau dans une plaie qui met du temps à se cicatriser », affirment les Centrafricains.

Savoir reconnaître son échec et le succès de son adversaire politique, constitue une preuve d’honnêteté intellectuelle, tintée de la sagesse, de probité morale dans l’intérêt supérieur de la nation. « L’union fait la force », disait feu président Barthélemy Boganda. Et le vocable « Unité », est le 1er de la trilogie de devise de notre pays la RCA. Cela devrait nous interpeller tous à plus de modération dans nos prises de position.

La RCA a besoin des bras et de la matière grise de tous ses fils et filles sans exclusion pour la faire relever de ce cycle des crises militaro-politiques récurrentes. Ensemble avec les acteurs politiques, nous devrions œuvrer pour décrisper  l’atmosphère entachée de brume pour le bonheur et le bien être de tout le peuple centrafricain. Car il y va de notre destinée à nous tous, et de nos progénitures. Alors, faisons tous confiance à la CCT.

Le Petit Yékoa

 

 

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :