Skip to content

Second tour des élections au 31 janvier 2016 : cette date est-elle encore tenable ?

janvier 20, 2016

Le 1er tour des élections présidentielle et législatives couplées qui devaient avoir lieu le dimanche 27 décembre 2015 s’étaient finalement tenues le mercredi 30 décembre dernier. L’Autorité Nationale des Elections (ANE) a publié les résultats provisoires de ces élections couplées. Le verdict final qui doit hisser les deux (2) présidentiables au second tour n’est pas encore tombé. Et cette tâche incombe à la Cour Constitutionnelle de Transition (CCT). D’après le dernier chronogramme électoral élaboré par l’ANE et adopté par les chefs d’Etat de la CEEAC, principalement le médiateur international dans la crise centrafricaine, le président congolais, Denis Sassou Nguesso, les leaders des partis politiques, de la société civile et tous les acteurs électoraux, la campagne électorale pour le second tour doit théoriquement démarrer le samedi 23 au vendredi 29 janvier 2016 à minuit. Le 2ème tour des élections couplées était prévu pour le dimanche 31 janvier 2016. Mais à l’allure où vont les choses, les Centrafricains, du moins les électeurs se demandent si réellement la date du 31 janvier 2016 est-elle encore tenable.

L’ANE a publié le dernier chronogramme électoral. Même si la date du 1er tour des élections couplées était repoussée ou reportée de trois (3) jours, néanmoins les élections ont bel et bien eu lieu en 2015, comme souhaitées par la Communauté internationale et les acteurs des élections. La Charte Constitutionnelle de la Transition a été respectée par cette institution. Le dernier mot revient à la CCT. A en croire les responsables de l’ANE lors de leur dernière conférence de presse tenue le jeudi 14 janvier, ils ont clairement fait savoir qu’ils sont prêts pour l’organisation du second tour des élections.

Mais le doute des Centrafricains vient de la CCT. Car pour organiser un second tour d’élections, que ça soit un scrutin présidentiel ou des scrutins législatifs, il faut connaître les deux (2) candidats qui sont arrivés au second tour. Théoriquement et mathématiquement parlant, si nous nous en tenons aux résultats provisoires publiés par l’ANE, les sieurs Dologuélé et Touadéra sont au second tour de l’élection présidentielle. Ceux qui s’étaient présentés pour les législatives sont aussi situés provisoirement sur leur sort par l’ANE. Mais le dernier coup de sifflet revient à l’arbitre central qui est la CCT.

A force que les résultats définitifs de ces élections ne sont pas encore rendus publics par la CCT, vingt et un (21) jours après sa tenue, les centrafricains s’inquiètent et doutent du second tour qui aura lieu le 31 janvier 2016. A vue d’œil, il serait impossible que la date du 31 décembre 2016 soit tenable. Tout comme le 1er tour a été reporté de trois jours, le second tour des élections sera probablement reporté de quelques jours, pourquoi pas une semaine. Les résultats définitifs traînent à voir le jour à la CCT. Aucune information n’est filtrée à ce sujet. Les candidats à la présidentielle et aux législatives, ainsi que le peuple centrafricain tout entier, restent sur leur soif. Publiera ou publiera pas les résultats définitifs de ces élections, et quand ? Dieu seul le sait. Faut-il faire revenir le pape François pour donner le top de la publication par la CCT ? La réponse à cette question revient de droit aux magistrats de la CCT.

Les Centrafricains sont découragés d’attendre indéfiniment la publication des résultats définitifs du 1er tour des élections couplées et d’aller au second tour. Nos gouvernants doivent comprendre que la patience a ses limites. Et le fait de traîner quelque chose pendant plusieurs jours, comme ce fut le cas de la publication des résultats définitifs de ces scrutins décourage les uns et les autres. Les quelques Centrafricains que nous avons rencontrés dans les rues de Bangui n’hésitent pas à nous dire qu’ils sont fatigués d’attendre les résultats définitifs. Et si cela continuait, ils n’iront pas massivement au second tour. D’autres vont même plus loin en disant, nous citons « pourquoi nous ne respectons pas les textes que nous avons élaborés nous-mêmes » ? Si les hommes de la rue raisonnent de cette manière, c’est pour autant dire qu’en RCA, rien n’est tenu à la date prévue. La RCA d’aujourd’hui est un véritable pays de report sur report, de prorogation sur prorogation, et que savons-nous encore. Transition prorogée à maintes reprises, 1er tour des élections prorogées, il ne fait aucun doute que le second tour des élections couplées ne sera prorogé ou reporté aux calendes grecques. Sans se voiler la face, la date du 31 janvier initialement retenue pour le second tour des scrutins présidentiel et législatifs ne serait pas tenable.

Comme la RCA de Catherine Samba-Panza ne vit qu’au rythme de prorogation sur prorogation, de report sur report, attendons-nous à cela pour la publication des résultats définitifs par la CCT et l’organisation du second tour. Qui vivra, verra.

Denis Lougoussou-Ngouvenda

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :