Skip to content

Le peuple centrafricain dit « merci Bokassa » pour l’unique universite du pays

janvier 22, 2016

A 55 ans d’indépendance, la République Centrafricaine n’a qu’une seule Université à Bangui sa capitale. C’est une œuvre très patriote à mettre à l’actif du feu et ex-empereur Bokassa 1er, paix à son âme. Contrairement à ses successeurs, Bokassa était un véritable bâtisseur, épris de patriotisme pour un réel développement et décollage socio-économique, sanitaire, éducatif, sportif, humain… durable en RCA. Pour preuves visibles et palpables, bon nombre d’ouvrages réalisées par « Papa Bok », comme aimaient l’appeler affectivement ses compatriotes, sont toujours visibles à Bangui et dans certaines provinces du pays. Cette unique université est et demeure le creuset de formation des élites et des cadres de la RCA, jusqu’à ce jour. Si Bokassa ne l’avait pas construite, quel aurait été le sort, c‘est à dire, l’avenir des étudiants et étudiantes centrafricains ? Et ce, après 55 ans d’indépendance ? C’est toute la problématique qui se pose avec plus d’acuité. Malgré des recteurs issus de cette université.

Il vous suffirait de faire des tours à l’Université de Bangui pour vous rendre à l’évidence des réalités qui s’y trouvent. Au niveau du campus universitaire, il y a un manque cruel d’eau potable, un délestage récurrent d’électricité, une toilette à usage unique pour les étudiantes et étudiants par chambre. L’insalubrité est de mise et constitue un vecteur de transmission du paludisme et autres maladies hydriques. Quant au restaurant universitaire, la qualité des repas laisse à désirer. D’ailleurs ce n’est pas un restaurant digne de cette appellation comme sous d’autres cieux. La bibliothèque n’est pas informatisée, ni connectée et est dépourvue d’ouvrages de recherches récents. La majorité d’ouvrages sont caducs et datent de l’Antiquité. Incroyable, mais pourtant vrai. Est-il pensable qu’après 55 ans d’indépendance, la RCA n’a qu’une seule université à Bangui ? Cela dépasse tout entendement humain. Et l’on ose parler de la journée des « Martyrs », de la politique de la « Décentralisation » et de la « régionalisation » en RCA. C’est de la pure illusion.

La RCA est un pays qui a pris du retard par manque de compétences, de cultures politiques de nos dirigeants qui se sont succédés à la magistrature suprême de l’Etat. Aucune avancée significative n’est possible tant que nous et ceux que nous choisissons, ne prenions pas conscience que les actes sont plus importants que les paroles, la RCA ne pourra avancer, ni se développer. Alors que devons nous faire pour trouver la solution face à cette situation catastrophique que notre pays est entrain de subir depuis des décennies ? Que chaque Centrafricain sache que l’avenir de ce pays lui appartient. C’est dans l’Unité, la Dignité et le Travail que nous pourrons sortir la RCA de cette impasse.

 

Le Petit Yékoa

 

 

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :