Skip to content

28 ARMES DE MARQUE AK47 ET DES MUNITIONS RETROCEDEES A LA POLICE ET A LA GENDARMERIE CENTRAFRICAINES

janvier 25, 2016

Une cérémonie de rétrocession de vingt-huit (28) armes de marque AK 47 et des munitions s’est déroulée ce vendredi 22 janvier 2016, aux environs de 09 heures 30 minutes au Camp de Roux à Bangui.

Après la remise de trente (30) armes aux forces de sécurité intérieure centrafricaine par la Minusca le 24 décembre 2015, la Minusca à travers sieur Jad Fahd, chargé de programme de l’UNMAS (Service de la lutte Anti Mine des Nations-Unies) vient encore une fois de plus de rétrocéder quatorze (14) armes et munitions à la gendarmerie  nationale et le même nombre à la police centrafricaine, soit au total 28 armes. Cette rétrocession d’armes fait suite aux démarches menées par le gouvernement centrafricain auprès des Nations-Unies, via la Minusca. Notons en passant que les armes rétrocédées aujourd’hui aux forces de sécurité intérieure sont des armes saisies par les Casques Bleus et qui appartenaient autrefois à nos forces.

La signature des documents de cette rétrocession d’armes a été faite par le capitaine de la gendarmerie, Stanislas Konga, chef du 4è bureau de la gendarmerie.

Du côté de la police centrafricaine, il a été paraphé aussi par le capitaine de la police, Bienvenu Zokoué, directeur de la Compagnie Nationale de Sécurité (CNS). C’était le chef de programme de l’UNMAS, Jad Fahd qui a apposé son auguste signature au bas du document de rétrocession des 28 armes de marque AK 47.

Sur le chemin du retour, les journalistes présents à cette cérémonie, ont tendu leurs micros au ministre de la Sécurité Publique de l’Immigration-Emigration, Chrysostome Samba, dans son Cabinet car les deux (2) capitaines n’ont pas eu l’autorisation de leurs chefs hiérarchiques pour s’exprimer.

Voici l’intégralité des impressions du ministre à propos de cette rétrocessions de 28 armes à la gendarmerie et à la police, recueillies par la Rédaction de Centrafric Matin : « Je ne peux dire que je suis satisfait, partiellement satisfait, bien attendu. Je crois que cette série de rétrocessions ne va pas s’arrêter à la cérémonie d’aujourd’hui. Cela résulte des démarches entreprises par le gouvernement auprès des Nations-Unies qui a sûrement instruit la Minusca sur place à Bangui, pour que les armes qui étaient en dépôt chez nos partenaires, petit à petit nous soient restituées. Ça ne peut que nous soulager et nous permettre d’outiller, et les policiers, et les gendarmes dans un premier temps, afin qu’ils puissent accomplir en toute sécurité et quiétude leur mission traditionnelle.

On ne peut pas demander plus. Nous sommes tenus par certaines conditionnalités : vous êtes sans ignorer qu’il y ’a l’embargo qui est toujours en vigueur. Si on connaît un certain allègement de cette mesure portant sur l’embargo, et si une trentaine d’armes nous avaient été rétrocédé la fois dernière, et aujourd’hui on nous a restitué 28, dites-vous que ça commence à redevenir à la normale. Et petit à petit, toutes les armes qui sont encore à leur disposition nous seront restituées.

Donc, ça ne me gène pas aujourd’hui qu’on puisse en avoir 28. Petit à petit, nous recouvrerons toutes nos armes ».

C’était sur cette brève impression du ministre de la Sécurité Publique, dans son cabinet de travail que le rideau était définitivement tombé sur la cérémonie de rétrocession de 28 armes à la gendarmerie et à la police.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :