Skip to content

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES

janvier 25, 2016

DES TENTES BRULEES SUITE A UN INCENDIE SUR UN DES SITES DES DEPLACES DE BAMBARI

Un incendie a fait de nombreux dégâts sur le site des déplacés de Notre Dame des Victoires de Bambari. L’incendie est survenu le vendredi 22 janvier 2016.

156 tentes brûlées, 13 blessés et d’énormes dégâts matériels, c’est le bilan de cet incendie. Il s’agirait selon les témoins, d’un incendie causé par un feu de cuisine. « L’incendie a été provoqué par un feu de cuisine. Pour le moment, on ne connait pas encore l’auteur de cette situation », a confié un témoin joint au téléphone par le RJDH.

Selon nos informations, les 13 blessés ont été évacués par la Caritas Centrafrique à l’hôpital universitaire de Bambari.

De sources proches des responsables dudit site, plusieurs déplacés sont aujourd’hui sans abris à cause de cet incendie. « Il y a en ce moment de nombreux déplacés qui n’ont pas de tentes. Parmi eux, nous avons des femmes et des enfants », a expliqué une source locale.

La situation des déplacés de ce site, déjà critique, a été aggravée par cet incendie.

C’est le cinquième cas d’incendie enregistré en l’espace de trois mois sur le site des déplacés de la paroisse Notre Dame des Victoires de Bambari./

*************

DES INSTITUTEURS COMMUNAUTAIRES DE GRIMARI FORMES SUR LES TECHNIQUES PEDAGOGIQUES

L’ONG Yamacuir-Centrafrique a organisé une formation à l’intention des maître-parents d’élèves, les monitrices et animateurs, le 21 janvier dernier à Grimari. Axée sur les techniques pédagogiques, cette formation vise à outiller les participants pour un meilleur suivi d’élèves.

Cette formation est organisée par une mission de l’ONG Yamacuir-Centrafrique conduite dans la Ouaka par le coordonnateur Gislain Moussa Yapendet. C’est dans ce cadre que la formation de Grimari a été organisée.

Selon le coordonnateur de cette ONG nationale Gislain Moussa Yapendet, il est question à travers ces formations, d’outiller les parents d’élèves, les monitrices et les animateurs afin qu’ils puissent s’impliquer d’avantage dans le suivi des élèves tant à l’école qu’à la maison.

Jean Maximin Nganafio,  superviseur de l’éducation à Grimari, salut cette initiative qui selon lui, permet d’améliorer le niveau des participants en matière d’enseignement. « Cette formation vient à point nommé car le constat fait dans la localité de Grimari, met en évidence plusieurs insuffisances dans l’enseignement des maitres parents, des monitrices et également les animatrices. Cette formation est un souhait que nous portons. Je pense qu’elle vient combler ces manques pour que le niveau de ces derniers puisse s’améliorer pour le bien des élèves », expliqué le superviseur de l’éducation de Grimari.

Cette formation est organisée avec l’appui financier de l’Unicef. Grimari est l’une des villes de la RCA où plusieurs classes sont tenues par des maitre-parents qui n’ont pas la formation pédagogique requise.

*********

UN NOUVEAU BUREAU EXECUTIF DE L’ANECA INTRONISE A BANGUI

Le nouveau bureau exécutif de l’Association Nationale des Etudiants Centrafricains (ANECA) est intronisé le 21 Janvier 2016. Les neuf (9) membres de cette association ont pris fonction pour un mandat d’un an.

Norbert Pounaba, le nouveau président de l’ANECA a fait de l’excellence en matière de l’académie son cheval de bataille. « Les défis sont énormes. Nous allons d’abord commencer par cibler les priorités, et dans ces priorités, nous mettrons un accent particulier sur l’académie. Le rôle de l’Université est de former les étudiants et de mettre à la disposition du pays des ressources humaines de bonnes qualités. Nous allons veiller sur le bon fonctionnement du système LMD (Licence, Master et Doctorat), et également sur le déroulement des cours au sein de cette institution afin que les horaires des cours soient respectés  par les enseignants », a-t-il annoncé.

Le numéro 1 de cette association a promis travailler pour changer l’image de  l’ANECA. « Notre objectif aussi est de changer l’image de l’ANECA. Cette association est très mal vue sur le plan national et international », a estimé ce dernier.

Ce nouveau bureau exécutif a été élu le 29 décembre 2015 lors des élections organisées entre cinq coalitions des étudiants centrafricains de l’Université de Bangui

************

CENTRAFRIQUE :LA PAROISSE SAINT ANDRE DE BAKOUMA ATTAQUEE PAR LA LRA

La paroisse Saint André de Bakouma a été attaquée hier aux environs de 17 heures par les éléments de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Kony. Selon une source religieuse jointe depuis Bangassou, d’importants biens de l’église ont été emportés par ces hommes armés.

Cette information est confirmée par l’évêché de Bangassou qui a dépêché une mission ce matin à Bakouma pour s’enquérir de la situation. L’abbé Blaise Bissialo, ayant conduit cette mission a raconté les circonstances de l’attaque en ces termes. « C’est vers 17 heures que ces hommes ont fait irruption derrière la paroisse. Ils ont séquestré  deux religieuses de nationalité américaine et un séminariste stagiaire. Ils ont cassé les portes au niveau du presbytère et chez les sœurs. Ils ont pris de l’argent, des groupes électrogène, les réserves de nourritures et autres biens de la paroisse, notamment l’appareil radio nouvellement installé », a-t-il expliqué.

La même source a rappelé que, de nombreuses attaques coordonnées de la LRA ont été signalées depuis une semaine dans la sous-préfecture de Bakouma. « Au courant de la semaine dernière, il a été signalé au village Pia, à 7 kilomètres de Nzako une attaque de cette rébellion. Là, ils ont enlevé quatre personnes qu’ils ont relâchées quelques jours après. Ils ont aussi attaqué le village Nzabé où ils ont brulé 47 maisons », a-t-il expliqué.

C’est la deuxième attaque de cette paroisse par les hommes armés. La première était perpétrée en 2013 par les ex-Séléka. Bakouma est l’une des villes centrafricaines où il n’y a aucune présence des forces nationales et internationales. C’est dans la ville de Bakouma que se trouve le gisement d’uranium.

***********

PENURIE D’ESSENCE SIGNALEE DANS LA VILLE DE NOLA ET SES ENVIRONS

L’essence est rare dans la ville de Nola, dans la Sangha-Mbaere. Cette situation qui dure  depuis la semaine dernière, commence à avoir des répercussions sur l’économie  de la ville et de ses environs.

Vivien Tinakula, vendeur d’essence à Nola a indiqué que cette pénurie est due aux tracasseries routières entre Nola et le Cameroun. « La ville se ravitaille en produit pétrolier par le Cameroun. Mais depuis un certain temps, les tracasseries sur l’axe se sont multipliées en plus de cela, il y a  les frais de transport qui ont augmenté », a t-il  relevé.

Selon nos informations, le litre d’essence qui coutait 800 frs, se vend actuellement à 1.500F. Cette situation joue également sur les tarifs des mototaxis. Un habitant joint dans la ville s’est plaint en ces termes : « Les prix des taxi-moto ont augmenté. Avant avec 150 f, on pouvait avoir une moto mais maintenant, il faut au moins 250 f ».

Ce problème est ressenti au niveau de l’hôpital. De sources hospitalières, le  service chirurgical de l’hôpital préfectoral de Nola n’a pas fonctionné depuis 5 jours à cause du manque d’essence.

Rappelons que le port pétrolier de Salo et les stations services qui ravitaillent la région, ont été pillés et saccagé lors de la crise.

************

CINQ MORTS ET QUATRE BLESSES GRAVES DANS UN ACCIDENT SUR L’AXE MBRES-KAGA-BANDORO

Cinq personnes sont mortes et quatre autres blessées graves dans à un cas d’accident de circulation qui s’est produit mercredi 20 janvier au village Ouanga situé à 80 km de Kaga-Bandoro. D’après un des blessés, le mauvais état de véhicule est à l’origine de cet accident.

C’est un véhicule de transport en commun en provenance des Mbrès pour Kaga-Bandoro. Il ya avait à bord trente et deux passagers.

Un témoin a expliqué  « le véhicule a eu une défaillance mécanique au niveau de la montagne de Ouanga. C’est le frein qui a lâché », a-t-il indiqué.  Ce dernier a confirmé le bilan de cinq personnes mortes et quatre autres blessées grave.

Selon nos sources, les blessés sont pris en charge à l’hôpital préfectoral de Kaga-Bandoro.

Les accidents de circulation sont fréquents sur l’axe Kaga-Bandoro-Mbès qui est dans un état de dégradation avancée.

**********

LES DEPLACES DU VILLAGE LIGOUA, A OBO REÇOIVENT UNE ASSISTANCE EN NON VIVRE

Les déplacés et les familles d’accueil du village Ligoua, situé à 25 kilomètres d’Obo, ont reçu ce jeudi 21 janvier 2016,  une assistance en non vivre. C’est un appui de l’ONG ACTED. Cette activité s’inscrit dans le cadre  du projet dénommé « réponse d’urgence humanitaire ».

Ce don est composé de nattes, de bâches, des couvertures, des sceaux d’eau et des moustiquaires imprégnées.

Levis Lipili, responsable technique de l’ONG ACTED a précisé que «  c‘est un projet qui vise à répondre aux urgences humanitaires enregistrées dans la zone et ailleurs».

Elie Bitimo, chef du village Ligoua a salué l’initiative. « Ces derniers temps, les  déplacés sont privés d’activités champêtres, ce qui fait que nous vivons dans des conditions difficiles. L’ONG ACTED nous a soulagés avec cette assistance », a-t-il témoigné.

Le village Ligoua a été attaqué le 26 octobre 2015 par les éléments de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Kony. Au cours de cette attaque, 3 personnes dont  un personnel de l’ONG  Catholique Relief Secours(CRS)  avaient trouvé la mort. Depuis ce jour, tous les habitants de ce village ont trouvé refuge à Obo.

***********

CENT PAIRS-EDUCATEURS FORMES SUR LA VIOLENCE BASEE SUR LE GENRE

100 jeunes pairs-éducateurs sont formés sur la violence basée sur le genre. La formation a pris fin ce jeudi 21 janvier au Restaurant Equateur à Bangui.

L’objectif de cette formation est d’impliquer ces jeunes filles dans la lutte contre les violences basées sur le genre en Centrafrique. Ce sont les paires éducatrices des 3ème, 4ème et 5ème arrondissements de Bangui, ainsi que ceux de Bimbo et Bégoua qui ont pris part à cette formation.

Iréné Somsé, assistant du Chef de projet à l’OIM, a déclaré que cette formation est organisée après le constat qui révèle que la violence basée sur le genre ne cesse d’augmenter. Pour lui, ces jeunes sont formés pour participer à la lutte contre la violence basée sur le genre. « L’OIM a formé ces jeunes afin qu’à leur tour, ils puissent aller sensibiliser les autres dans les quartiers sur comment  prévenir la violence et y mettre fin », a-t-il dit.

Maryse Yakité, une participante, a salué l’initiative. Elle pense que cette formation va lui permettre de combattre ce genre de violence.« Je suis très satisfaite de cette formation qui va m’aider  à sensibiliser ma communauté sur la violence basée sur le genre. Je profite de cette occasion pour lancer un message à l’endroit de ceux qui pratiquent cette violence », a-t-elle souligné. Les participants ont reçu des certificats lors de la cérémonie de clôture. Cette formation est financée par le fond Canadien au Développement.

************

L’ANJFAS VOLE AU SECOURS DES PVVIH DANS LES CENTRES DE PRISE EN CHARGE

L’Association Nationale des Jeunes Femmes Actives pour la Solidarité (ANJFAS) en partenariat avec le Réseau Centrafricain des Personnes Vivant avec le VIH (RECAPEV)  et l’ONUSIDA a lancé ce jeudi 21 janvier 2016 une série d’activité qui vise à accompagner les personnes vivant avec le VIH/Sida. Ces activités se sont déroulées simultanément dans les quatre sites de prise en charge à Bangui.

Carine Ngaraboumé, Secrétaire Général Adjointe de l’ANJFAS donne l’objectif de cette nouvelle activité. « Renforcer l’accompagnement psycho-social au niveau des centres de prise en charge, venir en aide à l’observance au régime alimentaire, et rendre visite au domicile pour des patients très fatigués, et surtout contribuer à la fidélisation des patients dans la prise des médicaments, sont là les objectifs de cette activité », a-t-elle indiqué.

Elle a par ailleurs profité de l’occasion pour encourager des patients de sortir de leur isolement. « Le Sida est comme toute autre maladie. De nos jours, personne ne meurt de ce fléau à moins que ce dernier ne suive les conseils des médecins. J’encourage les malades de venir s’approprier de cette opportunité »,a ajouté Carine Ngaraboumé.

Face à la timide prise en charge des PVVIH/Sida, l’ANJFAS espère amener sa modeste contribution pour donner un coup de main à ces dernières. Cette activité durera un mois. Elles sont réalisées aux Centres de Santé de Boy-rabe, de Bégoa, des Castors et de la gendarmerie.

****************

Le personnel de la mairie de Bimbo réclame 46 mois d’arriérés de salaire

Le personnel de la mairie de Bimbo est en grève depuis le lundi 18 janvier 2015. Il réclame des autorités locales, le paiement de 46 mois d’arriérés de salaire. Cette situation a paralysé les activités au sein de la mairie de Bimbo.

Firmin Kanda, délégué du personnel de la mairie de Bimbo a expliqué les raisons de leur mécontentement en ces termes « nous avons un sérieux problème d’arriérés de salaire. Nous totalisons aujourd’hui 46 mois et cela se multiplie. Nous demandons à la mairie de Bimbo de nous payer 14 mois sur les 46 », a-t-il lâché.

Le personnel pointe du doigt Jeannette Déa, présidente de la délégation spéciale de la ville de Bimbo. « Nous avons alerté plusieurs fois la présidente de la délégation spéciale de la ville mais elle ne nous a jamais donné de suite favorable », a ajouté le délégué du personnel.

Jeannette Déa, présidente de la délégation spéciale de la ville de Bimbo se dit surprise par ce mouvement. Elle confie n’avoir pas été informée de ces arriérés lors de la passation de service. « Je pense que c’est un problème de communication. La passation de service n’a pas été faite correctement. Les documents comptables, les registres et autres documents n’ont pas été présentés. Je ne suis pas informée de ces arriérés là »,  a-t-elle indiqué.

C’est la deuxième fois en trois mois que le personnel de cette mairie entre en grève pour réclamer ses arriérés de salaires.

 

**** RJDH  *****

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :