Skip to content

L’Editorial de Julien BELA :VAINCRE LA PEUR

janvier 25, 2016

Le lundi 25 janvier 2016, est une journée ouvrable comme de coutume. Le Centrafricain a de la peine à vaincre la peur. Les mêmes Centrafricains font courir des rumeurs les plus folles. Les élections ont eu lieu, présidentielle et législatives, il faut que la Cour Constitutionnelle de Transition (CCT) proclame les résultats définitifs du 1er tour. Et c’est ce qui se fait ce jour, 25 janvier 2016. Certains se posent la question de savoir s’il faut aller travailler ou non ; d’autres ont peur de sortir le nez de leur maison. Ceux qui s’opposaient aux élections, ont fini par s’aligner et être dans la course électorale. Qui a intérêt à perturber l’ordre public ?

Les contestataires sont le MLPC élargi à l’AFDT et le RDC. Est-ce ces deux (2) partis qui veulent mettre le pays à feu et à sang ? Les partisans de Bozizé sont avec Anicet-Georges Dologuélé, ont-ils intérêt à remettre la crise sur les rails ? Autant d’interrogations au regard de l’attentat terroriste qui a visé le domicile de la présidente de l’Autorité Nationale des Elections (ANE), dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 janvier 2016. Centrafric Matin condamne avec véhémence de tels actes qui n’honorent pas la nation. Deux (2) hommes ont démissionné, abandonnant leur pays dans la tempête de mer. Cette patriote, dame Marie-Madeleine Nkouet Hoornaert a bien voulu se jeter à l’eau pour sortir son pays du naufrage collectif. C’est le peuple centrafricain qui a voté. L’ANE et la présidente constituent une institution qui ne fait que collecter, canaliser les résultats vers la CCT. L’ANE a eu le courage de reconnaitre les imperfections qui relèvent de sa compétence, faut-il lui exiger un miracle surhumain ? A l’impossible, nul n’est tenu. Les forces de défense et de sécurité doivent être vigilantes pour démasquer ces sous-marins torpilleurs. Personne n’a le titre foncier de la RCA : ce sont des temporaires, mieux des locataires qui n’ont que cinq (5) ans. Ces élections doivent-elles nous amener à la paix véritable ou à la guerre ?

Selon certains Anti-Balaka, il leur faut  quatre cent mille (400.000) euros par individu pour déposer les armes. La Communauté internationale doit-elle acheter la paix dont les Centrafricains en ont ardemment besoin pour vaquer à leurs occupations ? Qui va négocier alors que la RCA n’a pas de chef d’Etat légitime ? De plus, la Communauté internationale s’est saignée sang et pus afin de réunir des fonds pour le programme Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR) qui attend sa mise en œuvre avec le nouveau chef d’Etat démocratiquement élu. Faut-il mettre la charrue avant les bœufs ? Pourquoi avoir peur de la justice, si votre conscience n’est pas lourde, chargée ? L’intérêt national prime sur toutes autres considérations. Si pardon il y a, il ne peut venir que du nouveau président de la République.

Julien BELA  

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :