Skip to content

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES

janvier 28, 2016

L’ANNULATION DES LEGISLATIVES SALUEE PAR DE NOMBREUX CANDIDATS

Au lendemain de l’annulation des résultats des législatives, plusieurs candidats contactés par le RJDH, se sont dits satisfaits par la décision.

 

Jean Bertrand Wilibona, candidat malheureux dans le premier arrondissement de Bangui, se réjouit de cette décision, « c’est une bonne décision, c’est une décision non seulement de la justice mais c’est même la sagesse qui a prévalu. Il nous faut un scrutin transparent et crédible », a-t-il indiqué. Cette position est partagée par le candidat de la circonscription de Obo 1, Hugues Edgard Zangagoumet, « Je ne peux que me réjouir de la décision de la CCT qui n’a fait que dire le droit. Je pense également que c’est le pays qui est honoré à travers cette sage décision » a-t-il précisé.

Beatrice Epaye, vainqueur au premier tour des législatives dès le premier tour, pense que la cour est souveraine et sa décision ne doit souffrir d’aucune contestation, « la décision de la CCT est irrévocable, il n’y a rien à faire. C’est la loi, je me plie, mais je sais que j’ai gagné les élections au premier tour » a-t-elle lancé.

Antione Théophile Nguerengou, candidat en ballotage dans la circonscription de Bambari II reconnait cette décision. Toutefois, il appelle la cour à la vigilance« c’est une décision qui émane de la cour suprême. Il faut la respecter, seulement j’attire l’attention de la CCT sur le second tour pour que les dérapages ne puissent être répétés ».

Davy Victorien Yama, candidat du parti PUN dans la circonscription de Kouango 1 salue cette décision mais regrette le fait qu’elle ne soit pas appliquée pour la présidentielle.

Au moment où nous mettons sous presse, l’Autorité Ntaionale des Elections a proposé le 14 février 2016 pour la tenue de prochains scrutins.

***********

L’ARRET DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE DE TRANSITION APPRECIEE PAR CERTAINS CENTRAFRICAINS

 

Certains habitants de  Bangui se sont prononcés  ce 26 janvier 2016, sur la  délibération définitive  des élections groupées du 30 Décembre2015. La majorité se félicite de cette décision.

 

Marie Madeleine Rékamba, institutrice à l’école  Saint  Charles se réjouit du verdict de la Cour Constitutionnelle de transition « la Cour Constitutionnelle a été sage, malgré les tentatives de boycotte de certains candidats et leurs électeurs. Je salue la position de la cour », a-t-elle dit.

« Le peuple centrafricain à trop souffert. Nous ne pouvons que nous aligner derrière ce résultat qui est satisfaisant pour la sortie de crise en Centrafrique », a souligné Didier  Saint Cyr Redebona habitant le quartier Gobongo dans le 4ème arrondissement de Bangui.

Margueritte Wanfio, vendeuse de poissons fumés au marché combattant, appelle les candidats malheureux à la présidentielle à la retenue pour le bon déroulement du second tour « j’invite les candidats malheureux surtout ceux de la présidentielle à avoir confiance en la justice de  leur pays. Qu’ils restent calmes afin que le second tour se passe bien » a-t-elle précisé.

Yves Martial Kainozo, étudiant à l’université de Bangui invite la population  centrafricaine  à s’impliquer d’avantage pour le bon déroulement du  second tour, qui  selon lui est décisif pour le retour de la paix.

Ces réactions sont recueillies  au lendemain de l’arrêt de la cour constitutionnelle de transition.

**********

RETOUR PROGRESSIF DES HABITANTS DE MARKOUNDA, REFUGIES AU TCHAD

Les habitants de Markounda, localité située au nord de Centrafrique, ayant trouvé refuge au Tchad, commencent à retourner chez eux. Cette information a été confirmée, le lundi dernier, par l’abbé Guy-Alain Andjélidou, curé de la paroisse Saint-Joseph de Markounda.

 

Selon le père curé, la majorité des habitants de Markounda, réfugiés au Tchad est en train de revenir dans la ville. Selon l’abbé, Guy-Alain Andjélidou, ce retour se fait en vague et de manière progressive.

Mais, il a expliqué que certains sont restés de l’autre coté à cause des champs qu’ils ont cultivés pendant leur séjour. « En fuyant les hostilités des groupes armés pour le Tchad, les réfugiés ont cultivé. Ils sont en train d’attendre la récolté après quoi, ils retourneront », a témoigné le curé qui a indiqué que la ville de Markounda a retrouvé son ambiance.

L’abbé Guy-Alain Andjélidou a déploré toutefois, l’insuffisance de forces pour protéger la population. « Les activités de la gendarmerie, de la police et des Forces Armées Centrafricaines (FACA) n’ont pas repris. L’effectif des éléments de la Minusca est insuffisant. Les ex-Séléka gardent encore des armés, ce qui montre que la sécurité n’est pas totalement rétablie », a expliqué l’abbé.

Ce religieux a fait savoir que la population a demandé que les ex-Séléka déposent les armes avant de revenir dans la ville « cette fraction de l’ex-Séléka qui se trouve à Maïtikourou a le désir de regagner la ville de Markounda. Mais la population exige leur désarmement »

Selon le curé, la justice est tenue par les chefs de quartiers. « Les présumés auteurs des infractions sont libérés après quelques jours, parce que la gendarmerie n’est pas opérationnelle pour mener des enquêtes afin de traduire les présumés en justice », a fait savoir Guy-Alain Andjélidou.

La ville de Markounda s’est vidée de sa population depuis 2013.

**********

LE BATIMENT DE LA BRIGADE FLUVIALE DU PORT BEACH REHABILITE PAR LA DOUANE CENTRAFRICAINE

 

Le bâtiment du bureau des douanes de la brigade fluviale Port Beach vient d’être réhabilité par la douane centrafricaine. La cérémonie d’inauguration et de remise a eu lieu ce matin en présence du  ministre des Finances et du Budget, Abdallah Kadre.

 

Le bâtiment réhabilité est composé de cinq pièces, d’une véranda pour  accueillir les usagers, trois bureaux destinés aux responsables de la brigade, et une toilette combinée avec la douche.

L’objectif de la réhabilitation de ce bâtiment est, selon la Directrice Générale de la Douane centrafricaine, Rachel Ngakola, de mettre les agents de cette brigade dans de bonnes conditions de travail. « Ce bâtiment était en ruine et nos agents avaient des difficultés. Pour les mettre dans les conditions de travail, nous avons décidé de réhabiliter le bâtiment, c’est ce que vous voyez aujourd’hui », a-t-elle dit.

Elle a profité de cette occasion  pour  lancer un appel aux usagers de ce bâtiment. « J’exhorte les fonctionnaires et agents de la douane qui travailleront dans cette maison d’en faire bon usage et de veiller constamment à son entretien », a souhaité Rachel Ngakola.

Constant Dounda, commandant Adjoint à la brigade fluviale de port Beach s’est réjouit de ce geste qui relève de la compétence de la Direction Générale de la douane Nationale. « Nous sommes très émus de recevoir ce bâtiment  qui va nous permettre de récolter les recettes de l’Etat. Je pense que cela est à mettre à l’actif de la Direction Générale », a-t-il livré.

La cérémonie de la remise de ce bâtiment coincide avec la journée internationale de la douane qui est  célébrée tous les 26 janvier.

************

 

L’ONG SEARCH FOR COMMON GROUND FAIT SON BILAN ET PROJETTE L’ANNEE 2016

 

L’ONG Search For Common Ground organise depuis ce matin une rencontre stratégique de deux  jours avec ses partenaires à Bangui. Il est question de faire le bilan des activités entreprises entre 2014 et 2015 afin de projeter les activités de 2016.

 

Selon les organisateurs, c’est une revue stratégique, une planification axée sur le compte rendu des activités réalisées. « Nous avons travaillé toute l’année 2015 et  nous voulons revoir tout ce qu’on a pu réaliser dans le passé», a expliqué Thomas Paul Banze, chef de Mission de l’ONG Seach For Common Ground.

Il ajoute que cette assise est très capitale car, elle permet de faire un pas vers l’amélioration dans les activités de l’ONG.

Thomas Paul Banze trouve que le travail réalisé tout au long de l’année a été une réussite avec l’appui de la population centrafricaine.

Search For Common Ground est une organisation internationale qui travaille dans le secteur  de la transformation  des conflits. Ses activités en 2015 se sont focalisées sur la recherche de la cohésion sociale./

***********

UN PRESUME SORCIER PASSE A TABAC DANS LA VILLE DE BOSSEMBELE

 

Un homme âgé d’une cinquantaine d’année, accusé de sorcellerie a été frappé par la population de Bossembele, localité située à 156 Km de Bangui axe Boali. L’acte s’est produit dans la nuit du 23 au 24 janvier 2016.

 

Selon une source locale, la police de Bossembele a perquisitionné le domicile du présumé où elle aurait retrouvé des gris-gris.

Marie Micheline Wané-Yombo, présidente de la délégation spéciale de la ville de Bossembele a confirmé les faits en ces termes. « Le samedi  23 janvier 2016, un homme âgé d’une cinquantaine accusé de sorcellerie a été passé à tabac par la population. Le présumé sorcier était gravement blessé à la tête, il a eu la vie sauve grâce à  l’intervention de la gendarmerie locale », a-t-elle témoigné.

Cette dernière dit regretter cette attitude «malgré l’intervention de la gendarmerie et du procureur, la population voulait à tout prix tuer cet homme. Je dénonce ce comportement qui ne nous honore pas », a-t-elle déploré.

Un habitant de Bossembele a témoigné que depuis 48 heures après les évènements, la tension est encore vive dans la ville de Bossembele.

La localité de Bossembele est l’une des villes où la justice populaire bas son plein dans ces derniers temps

********

UN PROJET D’ALPHABETISATION LANCE AU QUARTIER KPETENE PAR L’ONG SEWA MAI

 

L’ONG nationale ‘’Séwa Mai’’ a lancé le weekend dernier un projet dénommé « Quartier d’avenir » au quartier Kpéténé dans le 6ème arrondissement de Bangui. Il s’agit d’un programme d’alphabétisation à l’intention des jeunes et des mères dudit arrondissement.

 

Ce projet est axé sur trois principales activités notamment des séances de formation sur les activités génératrices de revenu, des causeries éducatives sur la planification familiale et la lutte contre la propagation du VIH-sida.

Pour Lassy Lord Josué Agoalo, coordonnateur de Séwa Mai, ce programme est mis en œuvre par rapport aux besoins du secteur. «  La plus part des jeunes, des mamans ne savent ni lire ni écrire, c’est le constat fait dans cet arrondissement. Ce projet va nous permettre d’aider ces gens à apprendre à lire et à écrire et surtout à se prendre en charge » a-t-il expliqué.

 

*****  RJDH  *****

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :