Skip to content

Second tour de l’élection présidentielle :la jeunesse et les femmes centrafricaines face a leur destin

janvier 28, 2016

La Cour Constitutionnelle de Transition (CCT) a publié les résultats définitifs du 1er tour de l’élection présidentielle du 30 décembre 2015. A l’issue des résultats, Dologuélé et Touadéra, les deux anciens Premiers ministres, sont autorisés par la CCT à aller au second tour puisqu’aucun de trente (30) présidentiables n’a obtenu la majorité absolue des suffrages valablement exprimés. A cet effet, les jeunes en âge de voter et les femmes sont face à leur destin. Qui de Dologuélé ou de Touadéra vont-ils choisir à ce second tour de l’élection présidentielle dont la date de l’élection n’est pas encore connue. ?

La balle est désormais dans le camp de ces deux (2) couches sociales. Car nous pensons pour notre part que c’est à la jeunesse et aux femmes de décider du sort de ces deux (2) présidentiables, arrivés à la tête du 1er tour de cette présidentielle. Pourquoi avons-nous pensé ainsi ? La raison est très simple. Les jeunes et les femmes constituent plus de 70% de la population centrafricaine. Et de ce fait, ces jeunes en âge de voter et les femmes ont le plein pouvoir dans les urnes de peser sur le résultat de la présidentielle. Car vous êtes sans ignorer que c’est la majorité qui décide, qui prend des décisions. A titre d’exemple, pour qu’une loi soit votée à l’Assemblée Nationale, il faut que plus de la moitié des députés (51 ou plus sur 100) approuvent la loi. Compte tenu de la place qu’occupent les jeunes et les femmes dans la société centrafricaine, ils ont l’obligation de jouer un rôle capital au second tour du scrutin présidentiel pour leur futur destin.

C’est pour autant dire qu’ils doivent mûrir leur réflexion, remuer mille (1000) fois leur matière grise avant de porter leur choix, soit sur Dologuélé, soit sur Touadéra. Ces deux présidentiables sont tous des Centrafricains, c’est à dire des fils de ce pays. Ils ont occupé chacun le poste du premier ministre, chef du gouvernement à une époque donnée. Ils ont posé des actes positifs et négatifs dans l’exercice de leur fonction. Et ils doivent être jugés sur leurs actes posés ça et là : qui a bien travaillé ? Qui avait bien répondu aux attentes du peuple centrafricain ? Qui a fait quoi ? Et pour qui ? Si c’est pour son ethnie, son oncle, sa famille, sa région, son parti politique, vous devez tout de même vous méfier de ce présidentiable. Car quant on est nommé premier ministre, on doit travailler pour tous les citoyens quelque soit leur ethnie, leur couleur.. Il en est encore plus pour la fonction du président de la République qui est pourtant élu. Mais il n’est pas élu à 100% de voix. Dans une région ou une autre, il est voté à 30%, 40%, 15%, 50%, ainsi de suite ; et c’est le cumul de toutes ces voix qui lui ont permis d’être président de la République ; il ne pourra en aucun cas dire qu’il travaillera rien qu’avec ceux qui l’ont voté majoritairement. En agissant ainsi, il perd sa crédibilité car il est le président du peuple et non d’une région, d’une ethnie, d’un clan, de son parti politique. Et il convient de souligner que, quand on est président de la République, on doit s’occuper de la vie de la nation et de son peuple.

Les jeunes et les femmes qui iront au second tour de l’élection présidentielle doivent porter leur choix sur celui qui cherche l’intérêt de son peuple au détriment de son intérêt personnel, égoïste, partisan. Que ces jeunes et ces femmes ne disent pas que le candidat Y est mon oncle, mon cousin, l’ami de mon père, nous devons le voter. Ils se trompent largement. L’expérience a toujours démontré que, une fois au pouvoir, nos gouvernants ne regardent plus en arrière. Ils ne pensent qu’à leur famille, leurs proches, leurs connaissances. Donc ces deux couches sociales ont l’obligation d’élire celui qui est capable de rassembler le peuple centrafricain, d’essuyer les larmes de nos mamans qui ont trop coulé durant cette crise barbare qu’a connu la RCA.

Nous profitons de cette occasion pour jeter des fleurs surtout aux jeunes qui ont gardé leur calme durant la proclamation provisoire des résultats du 1er tour des élections couplées par l’ANE et la proclamation définitive par la CCT. Nous les exhortons à en faire autant pendant la publication des résultats du second tour de l’élection présidentielle. En ce qui concerne les femmes, nous leur demandons de ne plus courir derrière les tee-shirts, les morceaux de savon, de sucre, les pagnes. Ceux qui distribuent ces objets sans valeur ne cherchent que leur intérêt personnel. Une fois qu’ils sont élus, ils ne regardent plus en arrière car ils doivent récupérer tout ce qu’ils ont dépensé pendant la campagne. Votez celui qui est proche de vous, qui vous assiste dans les malheurs. N’allez pas sur la planète Mars, Neptune… Votre candidat est celui qui est à côté de vous.

Comme les femmes et les jeunes ont payé le plus lourd tribut de cette guerre, ils n’ont plus droit à l’erreur. Ils sont face à leur destin et cela se joue désormais entre Dologuélé et Touadéra. Qui des deux sera-t-il élu président de la République centrafricain par les jeunes et les femmes au second tour de l’élection présidentielle ? A vous de jouer.

 

Denis Lougoussou-Ngouvenda

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :