Skip to content

Ce que dit le peuple centrafricain sur FAUSTIN-ARCHANGE TOUADERA

janvier 29, 2016

Touadera-FaustinFaustin-Archange Touadéra, sans se tromper, est l’homme qu’ « il faut à la place qu’il faut », dit-on. C’est la raison pour laquelle les Centrafricains en âge de voter que nous avons rencontrés dans les rues de Bangui ont clairement fait savoir que c’est le « candidat du peuple ». Il en est de même des témoignages des Centrafricain dans l’arrière-pays et de ceux des diasporas qui nous sont parvenus. Tous affirment que Faustin-Archange Touadéra est leur candidat au second tour de l’élection présidentielle qui aura lieu probablement le dimanche 14 février 2016.

Et ces Centrafricains ne se sont pas trompés, pour la simple raison que Touadéra n’a pas de parti politique. C’est un candidat indépendant. Il travaillera avec tous les Centrafricains, qu’ils soient Anti-Balaka ou Séléka, musulmans ou non musulmans, militants ou sympathisants d’un parti politique quelconque. Il rassemblera autour de lui tous les candidats  malheureux à la présidentielle du 30 décembre 2015. Donc quand il sera élu président de la République, il sera appelé « Président Rassembleur ». C’est pour cette raison qu’une vingtaine de candidats à la présidentielle se sont ralliés à Touadéra.  Et ce n’est pas pour rien. Beaucoup ont été ministre dans son gouvernement. Ils ont travaillé avec lui à un moment donné et connaissent ses qualités, son engouement au travail, son sens patriotique et sa vision de hisser la RCA au même diapason que les autres pays de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC). C’est une personnalité posée, attentive aux vœux de son peuple, quand il était Premier ministre sous le régime du président déchu François Bozizé-Yangouvonda.

Sous son gouvernement, la cimenterie de Nzila, située dans la commune de Bimbo a vu le jour. N’eût été l’avènement de la coalition Séléka, les Centrafricains ne devraient même pas éprouver des difficultés en ciment. Des maisons seraient construites en ciment, depuis la fondation jusqu’au mur. Mais, il n’est jamais trop tard. Quand Touadéra sera élu président, il remettra sur rail cette usine de cimenterie pour permettre à tous les Centrafricains et Centrafricaines de construire des maisons décentes, dignes de ce nom, pourquoi pas des gratte-ciels. La ville de Bangui ressemble aujourd’hui à un grand village. Et il faut la toiletter. Seul Touadera avec tous les fils et filles du pays qui se sont rangés derrière lui au second tour de l’élection présidentielle pourront redonner vie à la ville de Bangui, à nos villes de provinces et redonner espoir au peuple centrafricain dont il est leur candidat.

Ne dit-on pas que « l’union fait la force »? Et c’est ce que nous voyons avec Touadera et tous ceux qui le suivent. D’ailleurs tous les Anti-Balaka et les Séléka, à travers le Comité des Centrafricains pour la Réconciliation (CCR), piloté par le ministre Sébastien Wénézoui, ont décidé unanimement de le soutenir. Et d’après les dernières informations dont nous disposons, d’autres candidats qui n’ont pu passer au second tour de l’élection présidentielle, s’apprêteraient à signer des pactes avec Touadéra au second tour. Si ces informations se concrétiseront dans les jours à venir, il ne fera aucun doute que Touadéra est le candidat du peuple centrafricain tout entier.

« Un bien fait n’est jamais oublié », dit un adage populaire. Et Touadéra est entrain de récolter les bons fruits de ce qu’il a semés quand il était chef du gouvernement. Toutes ces alliances que nous avons évoquées ci-haut prouvent à suffisance que Touadéra n’est pas choisi au hasard par ses paires. Car sous son gouvernement, les fonctionnaires étaient payés à terme échu. Les arriérés de salaire qui se sont accumulés sous les régimes précédents comme le mont Kilimandjaro ou Himalaya, n’ont pas vu le jour avec Touadéra. Les fonctionnaires qui avaient perdu leur crédibilité, leur autorité parentale à cause des arriérés de salaire les ont retrouvés. Et ce, grâce à la clairvoyance de ce digne et honnête fils du pays qu’est Faustin-Archange Touadéra. Il a fait beaucoup d’œuvres salvatrices que nous ne pouvons toutes énumérer ici, sinon, nous allons écrire un livre. L’essentiel a été dit et nous reviendrons dans notre prochaine parution sur d’autres aspects.

Et au moment où nous mettons cet article sous presse, la jeunesse, dans son ensemble, a décidé de porter leur choix sur Touadéra. Elle a estimé pour sa part que c’est Touadéra seul qui pourra résorber le chômage endémique qui gangrène les jeunes et les pousse à agir n’importe comment. Les femmes qui ont payé le plus lourd tribut de cette guerre fratricide sont aussi prêtes à déposer leurs bulletins de vote dans les urnes au nom de Touadéra. Avons-nous encore besoin de preuves ? Elles sont visibles et nous avons énuméré quelques unes. Touadéra est le seul candidat du peuple centrafricain au second tour de l’élection présidentielle, un point, un trait.

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :