Skip to content

L’ANE n’a plus droit a l’erreur :  pas de report, d’irregularite, de fraudes massives, de menaces

février 1, 2016

L’Autorité Nationale des Elections (ANE), convient-il de souligner, est l’organe chargé de préparer, d’organiser et de publier les résultats provisoires du second tour de l’élection présidentielle et du 1er tour des législatives couplées du 14 février 2016. D’après le verdict final de la Cour Constitutionnelle de Transition (CCT) du 25 janvier dernier, les scrutins législatifs ont été entachés d’irrégularités, de fraudes massives, de menaces des combattants des groupes armés qui sévissent dans certaines régions du pays. En plus de cela, les deux (2) scrutins couplés ont été à maintes reprises reportés. C’est la raison pour laquelle les électeurs ont demandé à l’ANE de ne plus avoir droit à l’erreur ; concernant un probable report des scrutins au-delà du 14 février, d’irrégularités, de fraudes massives, de menaces entretenues par les ennemis de la paix et de la République.

Report

Depuis l’enclenchement du processus électoral à nos jours, les élections présidentielle et législatives couplées ont connu des reports successifs. La dernière en date fut les élections couplées du 27 décembre qui ont été reportées au 30 décembre  2015, à la grande surprise générale des électeurs. Mais comme l’ANE a évoqué deux (2) raisons (technique et de formation) qui justifient ce report, le peuple centrafricains a dû accepter et a pu voter le 30 décembre. Comme à chaque report des élections, il y a prorogation de la transition et vice-versa, cette fois-ci, le peuple a dit niet à un quelconque report des élections au-delà du 14 février 2016 qui entraînerait probablement dans son sillage la prorogation de la transition de Catherine Samba-Panza. Pour les Centrafricains, la fin de la transition prévue au 31 mars doit être scrupuleusement respectés à la lettre par toutes les institutions républicaines de la transition.

En outre, la Communauté internationale qui nous soutient, nous accompagne, surtout les chefs d’Etat de la CEMAC et de CEEAC, doit user de leurs efforts, de leurs poids pour que les élections se tiennent au 14 février et que la transition s’achève le 31 mars 2016. Le médiateur international dans la crise centrafricaine, le président congolais, Denis Sassou-Nguesso, a l’obligation d’entériner cette nouvelle date car il y va de l’intérêt supérieur de la nation centrafricaine et de son peuple tout entier.

Report sur report des élections, prorogation sur prorogation de la transition, les Centrafricains sont fatigués. Ils veulent la paix et la sécurité sur toute l’étendue du territoire national. Et cette paix et cette sécurité ne peuvent revenir qu’avec l’organisation des élections, crédibles, transparentes, apaisées, démocratiques dont les résultats seront acceptés par tous. Et non avec des reports sur reports qui n’arrangent rien et ne modifient guère le vécu des Centrafricains. Etant donné que les reports et les prorogations sont érigés en mode de gouvernance sous le régime de transition de Samba-Panza, leur fin a sonné. Les Centrafricains veulent tourner la page sombre de l’histoire de leur pays par les élections. Plus de reports des élections.

Irrégularités

D’après le dictionnaire français le Petit Robert, l’irrégularité est définie comme étant une chose contraire à la loi, à un règlement. Et c’est ce que le peuple centrafricain a observé durant le déroulement des élections couplées du 30 décembre 2015. Certains candidats tant à la présidentielle qu’aux législatives ont violé le Code Electoral, régissant les élections en RCA. Ils ont foulé aussi aux pieds le Code de Bonne Conduite. Et pourtant le Conseil National de Transition (CNT) a délibéré et adopté la loi n° 13-003 « portant code électoral » et successivement, la loi n° 15-004 portant dérogations à certaines dispositions de la loi n° 13-001. La cheffe de l’Etat de la transition Catherine Samba-Panza a aussi promulgué ladite loi. Mais le mépris ou l’inobservation de ces lois par les acteurs des élections a entraîné de nombreuses irrégularités constatées çà et là. Certains candidats sont allés loin en battant campagne électorale après le délai fixé par le décret convoquant le corps électoral. D’autres se sont permis le luxe de tenir des propos incendiaires ou d’injurier les autres candidats. Les uns ont tendu des embuscades à leurs concurrents tout en les empêchant de battre campagne dans leur circonscription électorale.

L’ANE de son côté n’a pas prévu de Bulletin de vote en grand nombre dans certaines circonscriptions électorales. D’autres circonscriptions n’ont pratiquement pas reçu des bulletins de vote. Le numéro d’ordre de certains candidats a été modifié au dernier moment. Certains candidats aux législatives ont été virés dans d’autres circonscriptions qui ne sont pas les leurs et que les électeurs les méconnaissent. En outre les dossiers de certains candidats ont été validés en dernier ressort par le Tribunal Administratif et ils n’ont pu battre campagne comme les autres.

Les irrégularités sont nombreuses que nous ne pouvons pas les évoquer toutes. Les candidats aux élections et l’ANE ont l’obligation de corriger toutes ces irrégularités pour que les élections couplées du 14 février 2016 se tiennent normalement.

Fraudes massives

Toujours d’après le dictionnaire le Petit Robert, une fraude est une tromperie ou falsification punie par la loi. Et autant de candidats se sont lancés dans les fraudes électorales. Nous citons entre autres : l’achat de conscience, le bourrage des urnes par les bulletins de vote d’un seul candidat, la falsification des procès-verbaux (PV), le vote par un seul électeur dans plusieurs bureaux de vote, le fait de voter avec la carte d’électeur d’un autre. S’agissant de la falsification des procès verbaux, le rapporteur général et porte parole de l’ANE, Julius Rufin Ngoadébaba a éclairé la lanterne des Centrafricains sur un cas qui s’est produit dans plusieurs bureaux de vote où un seul individu a signé autant de PV. Est-il possible qu’un individu soit le président de plus de deux bureaux de vote ? C’est intolérable et inadmissible. Il en est de même pour un individu qui a détenu plusieurs cartes d’électeur et qui a été arrêté par les policiers dans un bureau de vote à l’école Fatima garçons. Des arrestations ont eu lieu durant le déroulement des scrutins du 30 décembre 2015. Où en sommes-nous avec les enquêtes ouvertes par la justice centrafricaine ? Si ces fraudeurs étaient jugés à temps, nous pensons que d’autres ne pourront plus s’aventurer sur le terrain glissant des fraudes massives.

Menaces

Pour les menaces, les intimidations, n’en parlons pas. Ces cas ont été le plus souvent commis par certains compatriotes qui étaient combattants, soit des Anti-Balaka, soit de la Séléka. Pour illustrer notre propos, nous prenons comme exemple, la circonscription électorale de Mbaïki 2 où un chef Anti-Balaka que nous nous réservons le droit de le citer nommément est passé de village en village menacer ou intimider les chefs desdits villages. Il a même menacé les électeurs le jour « J » de voter pour lui. Au cas où ils éliront d’autres, il les tuera tous. Et ce candidat aux législatives est arrivé en tête du scrutin dans cette circonscription au grand dam de tous les autres concurrents. Est-il faisable ? Non. Et ces candidats, d’après notre humble avis, devraient en principe être disqualifiés dans la course. Mais il n’en est rien.

Au regard de tout ce que nous avons énuméré dans cet article, l’ANE n’a plus droit à l’erreur. Les reports, les irrégularités, les fraudes, les menaces doivent disparaître sous toute leur forme durant le déroulement du 2ème tour de la présidentielle et du 1er tour des législatives. A bon entendeur, salut.

 

Denis Lougoussou-Ngouvenda

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :