Skip to content

 Les membres de demembrement de l’ANE doivent se conformer au serment prete

février 4, 2016

L’Autorité Nationale des Elections (ANE) a Bangui, , avait, jadis, installé ses démembrements dans les seize (16) préfectures de la République Centrafricaine. A elle seule, elle ne peut pas tout faire. Raison pour laquelle, elle a délégué certains de ses pouvoirs à ces membres de démembrement. Mais ce qui se passe aujourd’hui dans les démembrements de l’ANE installés dans tout le pays, dépasse l’entendement humain.

Des plaintes fusent un peu partout. Et ceux qui sont épinglés par ces plaintes, sont les membres de démembrement de l’ANE dans certains arrondissements de la ville de Bangui et dans d’autres villes de nos provinces. Pour exemple, nous prenons la ville de Mingala dans la préfecture de la Basse-Kotto. Les habitants de cette sous-préfecture déplorent l’organisation des scrutins du 1er tour par le président de l’Autorité sous-préfectorale des Elections (ASPE) et certaines autorités locales qui se sont ingérés dans le déroutement des élections du 30 décembre 2015. Ils menacent de boycotter le 1er tour des législatives et le second tour de la présidentielle si l’ANE de Bangui ne réagit pas face aux comportements de ces responsables qu’ils qualifient d’irresponsables. Selon un habitant de la sous-préfecture de Mingala, joint au téléphone, le vendredi 29 janvier 2016 par un correspondant de la RJDH (Réseau des Journalistes pour les Droits de l’Homme), le président de l’ASPE de Mingala, Pierre Loudiaga et certaines autorités locales de Mingala, ont orchestré un désordre dans l’organisation des élections présidentielle et législatives couplées du 30 décembre 2015. D’après ces habitants, ce président de l’ASPE n’a recruté rien que ses proches comme des agents recenseurs. Est-ce possible et faisable ?  Dans d’autres villes de la RCA, certains membres de démembrement de l’ANE ont milité pour certains candidats qui leur sont favorables. Ce qui est inadmissible au regard du Code Electoral. D’autres sont allés plus loin en modifiant certains procès-verbaux en faveur de leur candidat préféré.

Cet acte est-il tolérable ? ont-ils prêté un serment ? Mais où est passé ce serment ? Quand on prête serment, on doit le respecter scrupuleusement à la lettre. Mais la plupart des membres de démembrement de l’ANE  n’ont pas respecté le serment qu’ils ont prêté. Et le peuple centrafricain aujourd’hui se demande : à quoi sert le serment prêté par les uns et les autres ? Ne savent-ils pas que ce sont les serments prêtés non respectés qui sont à l’origine de la crise que nous vivons aujourd’hui ? Ceux qui sont concernés dans la prestation des serments en savent quelque chose. Ils nous lisent. Et nous ne pouvons pas les citer nommément aujourd’hui. Un jour viendra où ils seront dévoilés.

Quand on est membre de démembrement de l’ANE, on doit respecter à la lettre la loi. Un membre de l’ASPE n’a aucun droit ou aucun pouvoir de soutenir qui que ce soit. Il travaille pour tous ses concitoyens. Privilégier un compatriote et abandonner l’autre est contraire à la loi. Quant on est chef, on doit diriger son peuple. Quand on est berger, on doit paître tout son troupeau. Il serait inadmissible de donner de quoi à manger à certains et abandonner les autres. Les membres de démembrement de l’ANE doivent travailler  en toute impartialité et neutralité. Privilégier les uns et délaisser les autres ne cadre pas avec le Code Electoral.

Et les agissements, les irrégularités des membres du démembrement de l’ANE, l’écho est parvenu à l’ANE de Bangui à travers les recours déposés par les candidats aux législatives. Le rapporteur général, porte-parole de l’ANE, Julius Rufin Ngouadébaba en est parfaitement conscient. D’après ce dernier, sur les ondes de la Radio Ndéké-Luka, si ces derniers sont reconnus coupables, ils seront sanctionnés. Pourquoi pas traduits en justice et incarcérés à la prison centrale de Ngaragba ? Les yeux des Centrafricains et du monde les observent. Si les membres de démembrement de l’ANE installés sans les seize (16) préfectures de la RCA ne veulent pas être sanctionnés ou poursuivis par la justice de leur pays, ils doivent se conformer au serment qu’ils ont prête. A bon entendeur, salut.

 

Denis Lougoussou-Ngouvenda

 

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :