Skip to content

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES

février 10, 2016

CENTRAFRIQUE : UNE PARTIE DES ORGANES DE BASE DU PARTI KNK SOUTIENT TOUADERA AU 2E TOUR

Les responsables de certains organes de bases du parti KNK dénoncent le protocole d’accord politique et électoral conclu entre l’URCA et le KNK en date du 22 décembre 2015. C’est une déclaration faite ce matin au micro du RJDH par Grothe Delphin Crépin, président du conseil sous préfectoral de Bimbo.

Il s’agit des Conseils préfectoraux de la Mambéré Kadei et  de l’Ouham, les conseils sous préfectoraux de Bimbo et des 1er, 2e, 6e  et de7e arrondissements qui ont signé la déclaration.

Serge Delphin Grotho, Président du conseil Sous-préfectoral  du KNK de Bimbo a fait savoir que le parti KNK avait signé un accord politique avec l’URCA de Anicet George Dologuélé qui n’a  pas  été respecté par  ce parti. Selon lui, l’URCA est en train de les rouler dans la farine. « Bien que le KNK a signé un accord politique avec  l’URCA depuis le 1er tour, mais cet accord n’est pas respecté d’où nécessité de dénoncer. Nous  ne nous sentons pas dans l’accord politique, parce que jusqu’aujourd’hui l’URCA a exclu les partisans du parti KNK de la campagne électorale», a expliqué Serge Delphin Grotho.

Sur le contenue de l’accord politique conclu entre l’URCA et le KNK  le 22 décembre 2015, Serge Delphin Grotho n’a pas voulu se prononcer. Il affirme que c’est au bureau politique du KNK de  faire le point. « On avait une singularité dans cet accord qu’un avenant devrait être signé  après et c’est dans cet avenant que des contrats devraient être fait entre l’URCA et le KNK. Mais jusqu’à présent, rien n’est fait. Et donc, pour le contenu de l’accord du 22 décembre je m’abstiens, mais c’est le bureau politique de KNK qui a l’habilité à répondre », a-t-il soutenu.

Sept présidents préfectoraux, sous préfectoraux et des arrondissements de Bangui, qui avaient soutenu Dologuélé au 1er tour reviennent pour soutenir Touadera, l’ancien 2e vice-président du KNK qui a postulé en indépendant.

Par ailleurs, la Concertation Elargie des Plateformes Politiques, Partis et Associations Politiques et Personnalités Politiques Indépendantes, réunie en Assemblée Générale aux fins de débattre de son positionnement politique à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle, a « décidé d’apporter un soutien unanime et franc à la candidature de Faustin Archange TOUADERA ».

« Cette position a été confortée lors de la rencontre organisée au Stade 20 000 places le Jeudi 4 Février 2016 entre la Concertation et le Candidat Indépendant Faustin Archange TOUADERA, rencontre au cours de laquelle la vision de l’après-élection du Candidat a emporté l’adhésion des membres de la Concertation », a dit dans une déclaration y relative Me Crépin Mbouli-Goumba.

Le second tour de la présidentielle opposera les candidats Anicet Georges Dologuélé et Faustin Archange Touadera, tous des anciens premier-ministres.

***********

LA PLATE FORME SOCIETE CIVILE DE CENTRAFRIQUE DENONCE LES PRATIQUES DE LA MUTILATION GENITALE FEMININE

La Plate forme  Société Civile de la République Centrafrique célèbre ce samedi 06 février 2016 la 13e  journée internationale de la tolérance zéro aux mutilations génitales féminines. Cette journée est marquée par une conférence débat animée par Madame Kondomat Claire au restaurant Fort de l’eau à Bangui.

« Ensemble, mobilisons nous pour contribuer à la réalisation des nouveaux objectifs mondiaux à travers l’élimination des mutilations génitales féminines d’ici 2030 », est le thème de cette journée célébrée par la Plate forme  Société Civile de la République Centrafrique. C’est pour lutter contre les pratiques néfastes faites aux femmes  que cette célébration a eu lieu.

Madame Solange Chantale Touabena, coordonatrice de cette organisation explique que ces pratiques néfastes continuent  d’être faites aux femmes sur toute l’étendue du territoire Centrafricain. « Les pratiques de mutilations génitales féminines ont toujours eu des effets néfastes sur la santé des femmes.  C’est pour cela que nous avons voulu marqué cette journée par une causerie débat pour faire comprendre le danger de cette pratique aux participantes» a-t-elle dit.

Selon elle, presque toutes les couches sociales de la République Centrafricaine pratiquent l’excision. « Dans le milieu musulman que chrétien ou animiste, l’excision continue d’être affligée aux femmes. Nous avons mené des enquêtes, et les résultats ont montré qu’à Bangui, Bambari, Boda et autres villes des provinces, des jeunes filles subissent toujours cette pratique de mutilation génitale féminine tout en reconnaissant que cela n’est pas fréquent, mais les gens continuent de pratiquer sur les filles », Ajoute-elle.

Par ailleurs, pour lutter contre cette pratique, la Plate forme  Société Civile de la République Centrafrique (SCRCA), se lance dans des sensibilisations afin d’interpeler les femmes Centrafricaines à l’éviter. « J’ai demandé aux leaders de la plate forme ainsi qu’aux autres organisations non gouvernementales de s’impliquer d’avantage, de parler autour d’eux et de sensibiliser que ça soit dans les lycées, les marchés et un peu partout pour passer le message afin de dire non à l’excision», a ajouté Solange Chantale Touabena.

La pratique de la mutilation génitale féminine est interdite  par le gouvernement Centrafricain par une ordonnance depuis 1960. Mais cette pratique poursuit son chemin en faisant des victimes.

**********

2E TOUR DE LA PRESIDENTIELLE: MOHAMED M.DHAFFANE DECLARE SON SOUTIEN A FAUSTIN ARCHANGE TOUADERA

Le Président de la Séléka Rénovée pour la Justice et la Paix et de Matabissi ti Siriri, le Général Mohamed-Moussa Dhaffane a dans une déclaration, décidé de soutenir le Professeur Faustin Archange Touadera, candidat au second tour de la présidentielle du 14 février prochain. L’annonce a été rendue publique ce vendredi 5 février 2016 à l’hôtel du Centre à Bangui.

Dans cette déclaration, Mohamed-Moussa Dhaffane a souligné que le sang ne sèche pas le sang, et que la violence engendre la violence. Il est intérêt du peuple centrafricain d’éviter la vengeance en faisant la paix définitive en occurrence la Séléka et Anti-Balaka autour d’un candidat commun. « J’ai  décidé de prendre mes responsabilités devant l’Histoire en déclarant que, nous avons choisi de soutenir la candidature du Professeur Faustin Archange Touadera à la Magistrature Suprême de l’Etat Centrafricain. Nous appelons à voter pour lui », a déclaré Mohamed-Moussa Dhaffane.

Au cours de cette décision, le Président de la Séléka Rénovée et de Matabissi ti Siriri a salué la détermination du peuple centrafricain et les candidats à la course présidentielle prévue pour le 14 février en République Centrafricaine.

« Je saisi cette opportunité pour rendre hommage à tous les candidats à la présidentielle et aux législatives, de saluer la détermination du peuple Centrafricain qui à tourner définitivement la page de la violence. Je félicite également les deux candidats arrivés en tête de la liste pour le deuxième tour »

Il a profité de l’occasion pour adresser toute sa gratitude au Président Tchadien Idriss Deby qui, par son implication stratégique, a réussi à faire échec au projet de partition de la République Centrafricaine.

Selon Moussa Dhaffane, la priorité des priorités du prochain gouvernement au retour rapide de la paix, de la cohésion sociale, la Santé et l’Education.

« nous insistons sur la priorité des priorités suivante, la réforme des Forces de Défense et de Sécurité impliquant la mise en œuvre de l’Accord portant la question du DDR-R et l’intégration dans les Corps en uniformes de l’Etat Centrafricain. L’assainissement des Finances publiques pour attirer les investisseurs en vue de relancer rapidement l’économie nationale, gage de la stabilité, la reconstruction ou la redynamisation de la Chaîne pénale pour mettre fin à l’impunité, le retour des déplacés et réfugiés avec des programmes solides de réinsertion dans la dignité et la sécurité aux fins de réussir la réconciliation nationale » a conclut le président de la Séléka Rénovée  Matabissi ti Siriri.

La déclaration du président de la Séléka Rénovée et de Matabissi ti Siriri Mohamed Moussa Dhaffane intervient suite à la décision de la base du mouvement politique à quelques jours de la présidentielle prévue pour le dimanche 14 février 2016 en République Centrafricaine.

**************

CERTAINS OTAGES DE LA LRA RETROUVENT LA LIBERTE

Deux hommes, une femme et deux filles, pris en otage par les éléments de la LRA, ont été libérés le mercredi dernier, a-t-on appris de sources bien informées. Ils sont tous habitants de la ville de Zémio.

Ces habitants ont été pris en otage la semaine dernière suite à une attaque des éléments de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Kony,  dans les villages Tambourah à 20 kilomètres de la ville d’Obo, Gambara situé à 10 kilomètres et Guibéré à 30 kilomètres d’Obo.

Selon nos informations, ces otages ont été libérés après plusieurs jours passés en brousse avec leurs ravisseurs. Un des otages a confié au RJDH qu’ils ont passé plusieurs jours avant de retrouver le village « Nous nous sommes égarés dans la brousse parce que nous ne maîtrisions pas la zone. C’est un pêcheur rencontré au bord de la rivière Mbomou qui nous a aidés à regagner le village » a-t-il expliqué. La même source a indiqué que les éléments de la LRA les avaient utilisés comme de porteurs de bagages.

Une autorité locale de Zémio a confié que ces ex-otages sont dans une famille d’accueil au quartier Argué 2 à Zemio.  « Des procédures sont en cours afin de réunifier ces otages à leurs familles. Ils ont reçu la visite des autorités locales et des ONG en charge des victimes de la LRA » a précisé cette source.

Le 30 janvier dernier, ces éléments de la (LRA) appelés « Tongotongo », ont attaqué plusieurs localités dans le Haut-Mbomou et dans la Haute-Kotto.

******

TROIS PERSONNES BLESSEES PAR BALLE DANS LA VILLE DE KABO

Une femme de quarante ans, une fille de vingt et deux ans et un homme de trente et trois ans ont été blessés par balle dans la ville de Kabo. L’acte s’est produit le weekend dernier aux environs de 2 heures du matin. Les auteurs de cet acte ne sont pas encore identifiés.

Selon un témoin qui a requit l’anonymat, ces personnes ont été attaquées par des hommes armés qui étaient au nombre de quatre. « Ils étaient armés de Kalachnikov. Ils se sont présentés devant la porte de la femme vers 2 heures pour lui demander d’ouvrir. Lorsque la femme a refusé, ils ont tiré et les balles qui ont traversé la porte, l’ont l’atteinte au niveau de l’abdomen », a raconté cette source qui a précisé que la femme se trouve à l’hôpital pour des soins.

Une source proche de l’hôpital de Kabo a confié au RJDH que « la balle serait toujours dans le ventre de la femme, ce qui nécessite une intervention chirurgicale ».

Dans la même nuit, un homme de 33 ans et une fille de 22 ans, tous dans la même maison ont été aussi blessés par des hommes armés. La même source hospitalière a confirmé l’information tout en précisant que chaque semaine, ils reçoivent deux ou trois personnes blessées par des hommes armés non identifiés.

Ces cas de blessures par balle sont signalés après le meurtre d’un jeune homme de 21 ans par des hommes armés non identifiés dans la ville de Kabo, la semaine passée.

 

****  RJDH ****

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :