Skip to content

Le RDC de Nzanga-Kolingba s’est aligne derrière Dologuele : a-t-il choisi le bon camp ?

février 10, 2016

Après la proclamation des résultats provisoires du 1er tour de la présidentielle du 30 décembre 2015 par l’Autorité Nationale des Elections (ANE), une vingtaine de candidats malheureux à ce scrutin avaient décidé unanimement de soutenir le candidat Faustin-Archange Touadéra au second tour. Quelques jours suivants, le Collectif des Centrafricains pour la Réconciliation (CCR) que dirige le ministre Sébastien Wénézoui, regroupant les combattants Séléka et Anti-Balaka, a emboîté le pas à ces présidentiables malheureux. Ensuite, la plate-forme des cinquante (50) partis et associations politiques, des personnalités politiques indépendantes, sans oublier le Mouvement de Libération du peuple Centrafricain (MLPC) de Martin Ziguélé, arrivé 4ème au 1er tour de la présidentielle, se sont tous alignés derrière le candidat indépendant, Faustin-Archange Touadéra. Et ce n’est pas tout. A entendre la plupart des électeurs de Bangui, ils disent qu’ils sont prêts pour le moment à porter leur choix sur Touadéra. Dans une partie du 6ème arrondissement de la ville de Bangui, favorable au Rassemblement Démocratique Centrafricain (RDC), les électeurs seraient penchés vers Touadéra. Et les informations qui nous parviennent de certaines villes de nos provinces sont identiques à celles de Bangui. Face à cette situation, le centrafricain lambda s’interroge ainsi : le RDC de Désiré Nzanga Konlingba Bilal, a-t-il choisi le bon camp ?

Chaque parti ou association politique est libre de choisir son camp. Cette liberté est reconnue par la loi et accordée à tous les partis politiques ou les personnalités politiques indépendantes de choisir au second tour de l’élection présidentielle le candidat X ou Y qu’ils veulent soutenir. Si le RDC a signé un pacte d’alliance avec l’URCA ((Union pour le Renouveau Centrafricain), d’Anicet Georges Dologuélé, c’est leur droit le plus absolu. Ce n’est pas interdit au RDC de soutenir Dologuélé au second tour de la présidentielle de 2016. Ce n’est pas seulement en RCA que ces alliances politiques se tissent. Sous d’autres cieux, certains partis ou associations politiques les font.

Il en de même pour le candidat Faustin-Archange Touadéra qui est soutenu officiellement aujourd’hui par une vingtaine de candidats malheureux à la présidentielle, le CCR, la plateforme des 50 partis et associations politiques, le MLPC et nous en passons. Toutes ces alliances sont bonnes pour les deux (2) candidats, Anicet-Georges Dologuélé et Faustin-Archange Touadéra, encore dans la course au fauteuil de Catherine Samba-Panza.

Mais la question qu’on doit se poser est la suivante : est-ce que les alliances seront respectées ? Les consignes de vote seront-ils tenus par les sympathisants et militants ? Car convient-il de signaler que les électeurs en Afrique et plus particulièrement en RCA n’observent pas le plus souvent à la lettre les décisions émanant de leur parti politique respectif. Si ces alliances répondent vraiment aux attentes du peuple centrafricain, il ne fera aucun doute que Faustin-Archange Touadéra serait élu président de la république au 14 février 2016. Ce n’est pas une affirmation gratuite. Car si nous nous référons à tous les partis et associations politiques, les personnalités politiques indépendantes, et autres qui soutiennent aujourd’hui Touadéra, nous pouvons dire, sans nous tromper que c’est l’homme que les Centrafricains attendaient depuis fort longtemps. Les alliances tissées avec Touadéra prouvent à suffisance que le peuple centrafricain est derrière lui.

Mais nous ne pouvons affirmer ou infirmer que le match est déjà gagné soit par Dologuélé, parce qu’il est soutenu par le RDC de Nzanga Kolingba arrivé 3ème, soit par Touadéra, pour la simple raison qu’il a eu beaucoup d’alliances. Les deux (2) candidats à la présidentielle sont tous sur les mêmes pieds d’égalité et repartent à chance égale dans la course au Palais de la Renaissance. Ni Dologuélé, ni Touadéra, n’est mathématiquement élu. Le dernier mot revient aujourd’hui à ceux qui seront gouvernés demain par l’un des candidats. Nous voulons parler ici des Centrafricains en âge de voter et qui ont leur carte d’électeur. Aujourd’hui Dologuélé et Touadéra comptent sur eux. Demain, ils compteront sur l’un d’eux qui gagnera l’élection.

Mais en attendant que les choses sérieuses se mettent en marche le dimanche 14 février prochain, les alliances peuvent continuer leur petit bonhomme de chemin. Se demander aujourd’hui si le RDC a choisi le bon camp ne relève pas de notre compétence. Nzanga Kolingba et Dologuélé connaissent l’importance de leur accord signé le dimanche 07 février. Cet accord, comme disaient certains centrafricains que nous avons rencontrés dans les rues de Bangui, n’engage que les auteurs. Le peuple centrafricain n’attend que le jour « J » pour porter leur choix sur l’un des candidats, Touadéra ou Dologuélé.

Denis Lougoussou-Ngouvenda

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :