Skip to content

Quartier Guitangola : deborah surprend son mari paterne en flagrant delit d’adultere  

février 10, 2016

Au jour d’aujourd’hui, la RCA est une véritable jungle. Si la Séléka et les Anti-Balaka ont du moins cessé leurs actes barbares, ce que nous saluons très vivement et les exhortons à abandonner ces pratiques indignes, inhumains qui n’honorent personne, Joseph Kony de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) ne baisse pas les bras.

Il ne se passe pas un jour sans que l’on parle de ce sanguinaire et de ses hommes. Les populations du Haut-Mbomou, du Mbomou, de la Haute-Kotto ne peuvent vaquer librement à leurs occupations habituelles. Fermer les yeux la nuit devient un problème d’état. Aller au champ, à la pêche, à la chasse n’est pas chose aisée. Ces populations des préfectures citées ci-dessus vivent avec la peur au ventre. Elles sont traquées quotidiennement comme des lapins par les hommes de Joseph Kony qui n’ont ni foi, ni âme. L’être humain créé à l’image de Dieu n’est plus sacré à leurs yeux. Ils agissent comme bon leur semble. Les destructions des champs, les incendies des maisons, les kidnappings des hommes, des femmes, des jeunes filles sont leur mode opératoire. Les hommes deviennent plus tard leurs soldats et les femmes et filles, des esclaves sexuels. Le mode de vie de ces habitants a sensiblement changé. Ils ne peuvent plus vivre dans leurs villages respectifs et sont contraints de s’entasser dans les grandes villes pour fuir aux atrocités de Kony et ses hommes.

Pendant que les yeux des Centrafricains sont rivés sur les élections, dans la journée du dimanche 07 février 2016, les hommes de Kony ont attaqué un village situé à environ soixante-dix kilomètres de la ville de Bangassou. Des hommes et des femmes ont été capturés, des biens emportés, des maisons brûlées. Après leur opération éclaire, ils sont repartis dans la brousse avec leur butin. Et pourtant, si nos mémoires sont bonnes, une force tripartite Ouganda, RCA et Soudan du Sud se trouve présentement dans cette partie de la RCA. Leur mission principale est de traquer et d’arrêter Joseph Kony afin qu’il réponde de ses actes devant la Cour Pénale Internationale (CPI). Mais que fait concrètement cette force tripartite ? Les soldats qui composent cette force cherchent réellement à arrêter Kony et à protéger les populations civiles en proie à des exactions de cet Ougandais et de ses hommes ? Autant d’interrogations qui laissent perplexes les populations du Mbomou, du Haut-Mbomou, de la Haute-Kotto en particulier, et la population centrafricaine en général.

Trop, c’est trop. Comment les Centrafricains ne peuvent pas vivre en toute quiétude sur la terre de leurs aïeux ? Sommes-nous des esclaves sur notre propre sol ? Toutes les opérations menées pour capturer Kony ont échoué lamentablement. La population centrafricaine demande à cette force tripartite de revoir leur stratégie, leur plan de capture de Joseph Kony et de ses hommes. Car il est inadmissible que c’est toujours les hommes de la Séléka qui pêchent (capturent) les hommes de Kony. Dans un passé récent, ils ont mis la main sur Dominic Ongwen. Et ce sont ces mêmes personnes qui ont encore capturé un colonel de la LRA. Et les Centrafricains se demandent : que fait concrètement la force tripartite ? Kony et ses hommes ne sont-ils pas entrain de défier la Communauté internationale ?

Il en est de même pour le mercenaire tchadien, Nourredine Adam qui s’était métamorphosé en Centrafricain. En dépit de l’interdiction de voyager, sanction imposée par l’ONU à Nourredine Adam, celui-ci roule cette organisation mondiale dans la farine. Nourredine Adam fait fi de celle-ci. Il voyage comme bon lui semble, au Kenya, en Ethiopie. Seule la compagnie Ethiopian Air Lines n’autorise pas ce dernier à s’embarquer dans ses appareils. Les autres compagnies aériennes ne sont-elles pas au courant de cette interdiction de voyager prise à l’encontre de Nourredine Adam ? C’est un sujet à réflexion.

En plus de cela, les hommes de Nourredine Adam, encore dans la ville de Kaga-Bandoro, détiennent des armes par devers eux. Alors que cette ville a été décrétée par le représentant du secrétaire général des Nations Unies en Centrafrique, Parfait Onanga-Anyanga, « zone sans armes ». Mais ce qui se passe dans cette ville dépasse l’entendement humain. Ces hommes de Nourredine se promènent avec leurs armes cachées sous leur vêtement. Au moindre incident, ne peuvent-ils pas faire usage de leurs armes sur les populations civiles ?

Au vu et au su de tous les actes barbares, commis par Joseph Kony et ses hommes et le non respect de la sanction onusienne par Nourredine Adam, nous pouvons valablement dire aujourd’hui que ces deux (2) rebelles sanguinaires défient et roulent la Communauté internationale dans la farine. A cet effet, elle doit prendre ses responsabilités. De tels individus ne peuvent continuer inlassablement à mettre à genou l’ONU. C’est impensable et c’est regrettable. Après les élections, les nouvelles autorités issues des urnes doivent agir vite, sinon, Kony et ses hommes écumeront les régions sous leurs bottes. Le Tchad de son côté, puisque Nourredine est sur son sol, doit mettre fin aux agissements de ce dernier. C’est vraiment dommage pour la Communauté internationale.

 

Denis Lougoussou-Ngouvenda

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :