Skip to content

Touadéra est-il le candidat du peuple : cas du « café Touadéra », une initiative de Blanche Dackobo  

février 23, 2016

Considéré comme un outsider avant le 1er tour de la présidentielle du 27 décembre 2015 par la presse métropolitaine (RFI) et comme un candidat de surprise après les résultats définitifs de cette même présidentielle, le candidat N°2, professeur Faustin-Archange Touadéra vient de remporter haut les mains le second tour de la présidentielle du 14 février 2016 en RCA. Et ce, d’après les résultats provisoires et globaux proclamés par l’Autorité Nationale des Elections (ANE). Il ne reste que la confirmation des résultats de cette présidentielle par la Cour Constitutionnelle de Transition (CCT). D’ailleurs, dès l’annonce provisoire et globale des résultats par l’ANE, le samedi 20 février 2016, son principal challenger arrivé au premier rang de la présidentielle, Anicet-Georges Dologuélé de l’URCA, avait reconnu sa défaite, même s’il a dénoncé le faible taux de participation des électeurs qui ne cadre pas avec la réalité des suffrages valablement exprimés. Faustin-Archange Touadéra est-il réellement le candidat du peuple ?

Nous osons dire certes oui. Oui dans la mesure où une personne ou un groupe de personnes se sont mobilisées, organisées pour soutenir le candidat indépendant Faustin Archange Touadéra à la présidentielle, selon leurs manières et moyens lors de la campagne électorale. Un exemple palpant parmi tant d’autres, c’est le cas du « café Touadéra », une initiative de dame Blanche Dackobo. Selon elle, « c’est un acte symbolique qui me permet de rassembler les jeunes du quartier M’Poko 1 dans le 2ème arrondissement de la ville de Bangui et de leur expliquer pourquoi j’ai décidé de soutenir et de voter Faustin Archange Touadéra à l’élection présidentielle de 2015 et 2016. D’ailleurs, vous savez même comment j’étais venue dans ce quartier, et comment j’avais évolué, quand Touadéra était encore premier ministre. Il a fait beaucoup de réformes pour assainir les finances publiques : bancarisation des salaires des fonctionnaires et agents de l’Etat ; mise en place d’un Comité National de Lutte contre la Corruption (CNLC) et bien d’autres réformes. Toutes ces réformes avaient porté leurs fruits, entre autres le paiement à terme échu des salaires (le 05 de chaque mois) ; des bourses et pensions à leurs ayant droits ; le système de paiement de deux (2) Sims pour éponger les arriérés de salaire du régime du feu président Ange-Félix Patassé ; la disponibilité des ressources financières au Trésor Public pour permettre à l’Etat de répondre à ses tâches traditionnelles régaliennes, pour ne citer que celles-ci.

Dans le régime précédent, une fois intégré dans la Fonction Publique, il faut attendre un (1) an pour prétendre percevoir son salaire. Mais avec Touadéra, ce n’était pas le cas. Pour preuve, Touadéra, après avoir passé cinq (5) ans à la primature, est parti sans laisser aucun arriéré de salaire. Les fonctionnaires et agents de l’Etat avaient retrouvé leur dignité perdue d’antan, quand Touadéra est encore premier ministre. Ce qui m’avait permis de faire de l’économie, de réaliser certains de mes projets : la construction des boutiques mises en location, et leur électrification ainsi que mon domicile ; la construction d’un pont sur le canal à mon entrée. Donc Touadéra est capable d’en faire plus, en tant que président de la République pour tout le peuple centrafricain ».

Pour les jeunes du quartier M’Poko 1, « nous avons voté Touadéra parce que c’est un homme humble, pragmatique et un rassembleur. Ce n’est pas un vote basé sur la région, ni le tribalisme, ni l’ethnie. Mais en retour, nos préoccupations sont : l’électrification 24/24 heures de l’avenue des Martyrs (axe aéroport) pour réduire les risques de braquages, de pillages, de vols à main armée, de viol, de crimes et autres actes de banditismes ; l’insertion de certains jeunes parmi nous dans la Jeunesse Pionnière Nationale (JPN), pour les occuper de manière positive ; la création des Activités génératrices de Revenus (AGR), tel que le curage des canaux d’évacuation des eaux des pluies et autres pour réduire le chômage et la délinquance en milieu jeune ; l’intégration dans la Fonction Publique selon le profil des candidats et le besoin de l’Administration, en tenant compte des critères de promotion et d’excellence ».

Fort de tout ce qui précède, nous pouvons affirmer sans risque de nous tromper que Faustin Archange Touadéra est réellement le candidat du peuple. Car, « l’humilité précède la gloire », déclare la Bible. Et c’est « Dieu qui établit un homme roi », et non le contraire.

Propos recueilli par Le Petit Yékoa

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :