Skip to content

Faustin Archange Touadera parviendra-t-il a releverle defi securitaire ?

février 25, 2016

Le nouveau locataire du Palais de la Renaissance, Faustin Archange Touadéra après son investiture au courant du mois de mars, aura du pain sur la planche. La tâche qui l’attend est immense. D’abord il doit nécessairement relever le défi sécuritaire. Parviendra-t-il ou pas ?

Touadéra, si nous ne nous trompons pas, héritera dans un proche avenir d’une situation catastrophique. Plongée dans un chaos indescriptible depuis le 10 décembre 2012, date du déclenchement de la crise par la coalition Séléka, la RCA tente tant bien que mal de sortir du gouffre. L’accalmie précaire que nous observons aujourd’hui est un bon signe. Mais elle n’est pas suffisante pour rassurer le peuple centrafricain. Touadéra a l’obligation de s’investir pleinement dans la recherche de la paix et de la sécurité qui doivent être son cheval de batail. La priorité des priorités du nouveau gouvernement sera la sécurité. Pour ce faire, Touadéra doit placer des hommes dynamiques, clairvoyants, aptes, à la tête des ministères de la Défense Nationale et de la Sécurité Publique pour relever le défi sécuritaire ? Nous osons croire qu’il parviendra. Là où Djotodia, Samba-Panza ont lamentablement échoué, Touadéra réussira. Il a tous les atouts nécessaires. Sa longévité à la tête du gouvernement (5 ans), sous le régime du président déchu François Bozizé est capital pour mettre fin au désordre généralisé.

En plus de cela, il a le soutien du peuple centrafricain en commençant par les combattants des groupes armés (Séléka et anti-Balaka). S’il est élu président de la République tant par la Séléka que les Anti-Balaka, la volonté d’aller à la paix est là. Il suffit tout simplement d’appuyer sur le bouton vert, tout ira dans le bon sens. Les combattants Séléka et Anti-Balaka sont des Centrafricains. Beaucoup d’entre eux ont suivi aveuglement les auteurs, co-auteurs, et commanditaires de cette crise. Ils n’ont rien gagné. Au contraire, ils ont échoué sur tous les plans, perdus tous leurs biens même leur famille. Ils sont prêts aujourd’hui pour faire la paix.

Ils n’attendent que la mise en œuvre du programme DDRR. Si le DDRR est bien respecté par ceux qui nous gouvernent dans les jours à venir, la sécurité sur toute l’étendue du territoire national ne tardera pas à venir. Pour la réussir, le professeur Faustin Archange Touadéra doit nommer des hommes intègres en charge du DDRR pour ne pas tomber dans l’erreur du passé. Les fonds qui seront destinés pour ce volet DDRR doivent parvenir aux destinataires, c’est-à-dire les combattants des groupes armés. Aucun individu n’a le droit d’insérer tous ses parents sur les listes des combattants. Sur ce point, les combattants doivent être vigilants et veiller au grain.

Une erreur concernant le DDRR entraînera inévitablement le pays vers un autre chaos. Si tous les groupes armés sont satisfaits, la sécurité reviendra d’elle-même. Les populations vaqueront à leurs occupations habituelles. La libre circulation des personnes et des biens sera certainement respectée par les uns et les autres. Un adage dit, « ventre plein, nègre content ». Dès que les groupes armés seront rassasiés, ils abandonneront les armes au profit du commerce, de l’agriculture, de l’élevage et autres. Si Catherine Samba-Panza n’a pu relever le défi sécuritaire, c’est qu’elle ne s’était pas préparée. Mais Faustin Archange Touadéra avant de déposer sa candidature à l’élection présidentielle, s’est entouré de toutes les garanties nécessaires.

Les Centrafricains ne sont pas des sanguinaires. C’est parce qu’ils ont été manipulés par certaines puissances qu’ils sont ce qu’ils sont aujourd’hui. S’ils sont taxés de tous les maux du monde, ce n’est pas de leur faute. Quand on est sous la domination de quelqu’un ou d’un groupe d’individus on ne peut que faire sa volonté, exécuter ses ordres. C’est ce qui est arrivé aux Centrafricains. Mais après avoir pris conscience de leur avenir et de l’avenir de leur pays, ils sont revenus à de bons sentiments. Nous l’avons touts observé lors du déroulement des élections du 30 décembre 2015 et du 14 février 2016.

Les Centrafricains avaient unanimement décidé de tourner la page sombre de l’histoire de leur pays par les élections dites de « dernière chance ». C’est déjà chose faite. Vont-ils tourner le dos à leur futur président ? Nous ne le pensons pas. Séléka et Anti-balaka, sans oublier ceux qui détiennent les armes par devers eux déposeront leurs armes, puisqu’ils ont tous voté Faustin Archange Touadéra. Donc Touadéra n’éprouvera aucune difficulté pour relever le défi sécuritaire car tout le peuple est derrière lui. Après cela, ce sera le tour de bouter la LRA de Joseph Kony hors du territoire national.

Conscient de la situation chaotique du pays, Touadéra parviendra à relever le défi sécuritaire car le peuple centrafricain aspire aujourd’hui à la paix et à la sécurité sur toute l’étendue du territoire national.

 

Denis Lougoussou-Ngouvenda

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :