Skip to content

Entre gouvernants et gouvernes, qui commande qui au lycee de Miskine ?

mars 4, 2016

L’école est un lieu d’éducation, d’apprentissage, et non un lieu de vagabondage où toute chose est permise. Avoir le pouvoir de commandement est une autre chose, se soumettre au pouvoir de commandement en est une autre. C’est la loi de la nature dans tout Etat au monde. Confondre ces deux (2) pouvoirs est synonyme d’un mélange de salade.

Le Lycée de Miskine était en ébullition depuis deux (2) jours. A l’origine, une dispute entre les élèves de la classe de terminale A3, et celle de la classe de 1ère, qui s’est tournée en drame dans la journée du mardi 1er mars 2016. Selon les informations que nous avons recueillies de certains élèves qui fréquentent cet établissement, les deux (2) classes de terminales A3 sont souvent perturbées au moment des cours par les élèves de la classe de 1ère, quand ils sont en permanence. Ceux-ci ne manquent jamais de faire des reproches à leurs cadets de la classe de 1ère. Mais depuis lors, c’est le statu quo. C’est ainsi que dans la journée du 1er mars 2016, les élèves de la terminale A3, profitant de leur permanence ont décidé à leur tour de perturber ceux de la 1ère en plein cours. Le professeur qui dispensait le cours aux élèves de la classe de 1ère s’est vu obliger d’arrêter car ne pouvant plus supporter les bruits. C’est de là que la dispute a commencé entre les deux classes.

Informé de la situation, le proviseur s’est lui-même descendu sur le terrain et a promis aux deux classes de cesser immédiatement leur querelle, dans le cas contraire, il fera appel aux forces de l’ordre. Ces élèves ont répliqué à cette reproche faite par le proviseur et ont promis une résistance farouche, quant à l’intervention des forces de l’ordre. Chose promise, chose faite. Le proviseur a interpellé les forces de l’ordre basées au commissariat du 8ème arrondissement. Dès leur arrivée dans l’établissement, elles étaient prises d’assaut par les jets des pierres de la part des élèves. Pour se libérer, ces forces de l’ordre étaient obligées d’ouvrir le feu sur les manifestants, faisant des blessés qui seront transportés à l’hôpital. Automatiquement, les élèves ont érigé des barrières sur une partie de l’avenue des Martyrs, paralysant la circulation aux véhicules et aux engins à deux (2) roues.

Dans la journée du mercredi 02 mars, les manifestants ont repris avec les barricades érigées, demandant  cette fois-ci le départ du proviseur. C’était aux environs de 12 heures que les barrières érigées furent enlevées par les forces internationales. Depuis lors, les activités scolaires restent paralysées.

La délinquance et le vagabondage ne garantissent nullement une meilleure éducation dans les établissements primaires, secondaires, voire universitaires. L’utilisation des téléphones portables doit être systématiquement interdite dans les milieux scolaires. Certains élèves qui se croient tout permis, utilisent des téléphones portables pendant les heures de cours pour perturber les autres. L’attitude qu’a démontrée les élèves du Lycée de Miskine est une culture incivique dans le monde moderne. Dans toute chose, il y a toujours une hiérarchie pour mettre de l’ordre. Le proviseur est par excellence la toute première personnalité à respecter. Les élèves, même les enseignants doivent lui obéir. Force est de constater malheureusement qu’un lézard peut se tenir devant un éléphant. Que les vielles habitudes cessent d’enfoncer l’image du système éducatif centrafricain dans la boue.

Bénistant Mballa

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :