Skip to content

La lutte contre le vih/sida nous concerne tous

mars 24, 2016

 Depuis 2011, la prévalence est mesurée à partir des estimations et des projections. Il es primordial d’avoir des données récentes et de qualité en terme de prévalence du VIH/Sida sur l’ensemble du territoire afin de mieux apprécier l’ampleur du problème et y apporter une réponse adéquate. C’est ainsi que le HCR a remis le 04 mars dernier du matériel de laboratoire et des testes pour la syphilis à la Coordination Nationale du Comité National de Lutte Contre le Sida (CNLS) à Bangui.

Ce matériel permettra à la CNLS de commencer l’enquête sur le Vih/Sida et la syphilis dans cinq (5) régions sanitaires du pays, notamment dans les villes suivantes: Bangui, Mbaïki, Bossembélé, Boda, Berberati, Bouar, Niem, Gamboula, Bossangoa, Bozoum, Batangafo et Bambari.

L’objectif principal de l’enquête est de mesurer la prévalence du VIH et de la Syphilis parmi les femmes enceintes dans les sites sentinelles accessibles afin d’apprécier l’évolution de l’infection suite à la crise qui a secoué le pays depuis 2012. Plusieurs équipes seront déployées dans ses régions pour former les sages-femmes et les laborantins en charge de la collecte des sérums.

Pour le Représentant du HCR en RCA, Etienne-Lazare Kouassi, « le HCR est fier de pouvoir y contribuer à travers l’expertise du CNLS. Plus d’un million de personnes ont été déplacées à cause de la crise centrafricaine et ceci a eu une incidence sur l’accès au traitement des personnes vivant avec le VIH/Sida mais a également pu propager l’infection à cause des relations sexuelles non protégées, ainsi que les nombreux cas de violences sexuelles perpétrées durant ces trois (3) dernières années. Avec le retour au calme, nous espérons que les données de l’enquête permettront d’obtenir des évidences pour une réponse effective afin d’endiguer le fléau du Sida en Centrafrique ».

Le professeur Nali-Nestor a affirmé qu’« ils sont heureux de recevoir ce don alors que la situation sécuritaire commence à se stabiliser dans le pays. Cela fait cinq (5) ans que nous n’avions pas réalisé d’enquête de séro-surveillance à cause de l’insécurité mais aussi par manque de ressources financières et matérielles ; mais aujourd’hui, nous sommes outillés pour aller sur le terrain et collecter les données nécessaires ». Précisons que la RCA est le pays le plus touché par le VIH dans la région de l’Afrique centrale avec une prévalence estimée à 4,12% en 2015 (projection spectrum  du CNLS). Cette situation est exacerbée par une pauvreté extrême et un manque de ressources financières dédiées à la lutte contre le SIDA. Plus de cent mille (100.000) personnes vivant avec le VIH ont besoin de traitement Anti-Retro-Viral (ARV) en Centrafrique, or, seules 25.000 sont sous traitement. La violence de ces deux dernières années est venue aggraver la situation des Personnes Vivant avec le VIH/Sida (PVVIH/Sida). Notons que le HCR est l’agence responsable de la coordination VIH en situation d’urgence. Il a appuyé le programme Vih/Sida en RCA en 2015 en investissant entre autres, dans les domaines de l’accès au traitement et de la sensibilisation.

Prudence YAMETE    

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :