Skip to content

L’Editorial de Julien BELA : RACHEL NGAKOLA DANS LA PANIQUE

avril 11, 2016

« La peur du gendarme, est le commencement de la sagesse »,dit-on. La campagne électorale du nouveau locataire du Palais de la Renaissance s’est bâtie sur l’intégrité. C’est autant dire que les Centrafricains entrent dans la sphère des hommes intègres. Un bilan de gestion, se fait en fin d’année, au mois de décembre, et non en pleine année d’exercice. Le BARC dispose de toutes les antennes, dont la douane et le Trésor Public. La bancarisation est depuis longtemps entrée dans les us et coutumes. des Centrafricains, sauf la Direction générale des douanes centrafricaines qui déroge à la règle au sein exclusivement du BARC. Les recettes pouvaient être versées sur place, à l’antenne Trésor Public, soit directement à la caisse du Trésor Public. Toutes les recettes de l’Etat sont bancarisées.

Rien ne justifie cette procédure du «banco aux yeux d’or », durant toute la transition. Selon la directrice générale Rachel Ngakola, il s’agit de mini-recettes des droits et taxe de petits commerçants qui squattent les véhicules de transports des marchandises. Or, même les timbres fiscaux de 1000F, 3000F sont payés à la banque. A plus forte raison un bureau des douanes dont les recettes avoisinent les millions. La gestion transparente, rigoureuse, intègre est une culture. Elle est dans le sang. Quant une gestion est tordue et que l’on persévère dans l’erreur, toute justification est vaine. Tous les Centrafricains réclament l’audit sans complaisance de toute la transition, département par département, service par service, bureau par bureau. Quelle loi des finances a instauré la « bancorisation », cette caisse mobile qui circule dans les sinuosités. Ni le Premier ministre, encore moins le ministre des Finances, n’ont osé arrêter ce parallélisme « banco », made in Rachel Ngakola.

Est-ce une campagne de charme auprès des nouvelles autorités ? Est-ce la panique à la direction générale des douanes ? Rachel Ngakola croit-elle émerveiller les Centrafricains par des chiffres ronflants, retentissants, extrasolaires ? La direction générale de la douane et des droits indirects, n’est pas une institution de la transition, qui doit justifier ses trois (3) ans. C’est un service normal comme toute l’administration centrafricaine. Rachel Ngakola est-elle élue, comme Nguéndet et Catherine Samba-Panza à la tête de la douane ? Il y a anguille sous roche à la direction générale des douanes, au regard de cette perte de sang froid.

Les Centrafricains n’accusent personne, seulement, ils veulent voir clair dans cette gestion très opaque de la transition. Aucun secteur ne sera épargné. L’heure est venue d’arrêter l’érosion, l’hémorragie financière de tous les temps. L’impunité zéro a été inaugurée par le régime de transition. Il faut bien le traduire dans les faits et les actes à poser.  

Julien BELA

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :