Skip to content

LES POLYCOPS, SOURCES D’ENRICHISSEMENT ILLICITE DES PROFESSEURS.

avril 11, 2016

Faut-il envoyer maintenant des enfants à l’école quand on n’a pas les moyens financiers pour payer les polycops qui se vendent à tour de bras dans les lycées et à l’Université par les professeurs ? La situation est grave et doit interpeller la conscience de tout un chacun et surtout du nouveau ministre de l’Education Nationale. A l’allure où vont les choses, les enfants des pauvres n’iront plus à l’école.

Depuis plusieurs décennies, les ventes des polycops sont devenues sources d’enrichissement illicite des professeurs. Du lycée de Gobongo au lycée de Bimbo dans la préfecture de l’Ombella-Mpoho, en passant par les lycées Boganda, Miskine, Martyrs, Fatima, Technique, Marie-Jeanne Carron,… et même à l’Université de Bangui, les élèves et étudiants se plaignent des comportements de professeurs. Pour qu’un élève ou un étudiant prenne part activement aux cours dispensés par un professeur, il lui faut absolument payer ce polycop ou fascicule. C’est la porte d’entrée sans laquelle l’accès n’est pas autorisé. Pire encore, les devoirs en classe, les sujets des compositions sont rédigés sur une feuille de frappe, photocopiés et vendus aux élèves à raison de cent francs (100F) ou  plus. Celui ou celle qui ne l’achète pas, ne peut pas  composer. Même les croquis se vendent aussi. A quoi servent le tableau noir fixé au mur dans chaque classe et les morceaux de craie qu’on donne à ces professeurs ? Si nos mémoires sont bonnes, à notre époque, les professeurs écrivaient au tableau ou dictaient le résumé de leur cours aux élèves. Les croquis étaient faits aussi au tableau et chaque élève faisait des efforts pour les reproduire dans son cahier. Et lors d’un devoir ou d’un examen,  si on demande le croquis d’une dent ou d’un appareil digestif, il le fait lui-même puisque c’est noté. Mais aujourd’hui, un élève ou un étudiant ne peut reproduire sur sa feuille de composition le croquis d’un appareil digestif, pour la simple raison que tout se fait sur un polycop par le professeur lui-même. L’élève ne se contente seulement que de l’acheter. Et il ne peut faire aucun effort.

Dans ce tableau sombre dressé ci-haut, concernant les polycops, les fascicules, est- il possible que les enfants des pauvres aillent loin dans leurs études ? Les élèves et étudiants peuvent-ils faire des efforts ? Il leur serait très difficile. De surcroit une fois les polycops achetés par les élèves et étudiants, les professeurs ne prennent même pas la peine pour leur expliquer les cours contenus dans ceux-ci. Et le jour «J », c’est-à-dire pendant les examens, ces derniers somnolent devant les sujets ou les questions qui leur sont proposés. Face à cette situation apocalyptique, des mesures doivent être prises, par le nouveau gouvernement pour éradiquer ce phénomène qui prend de l’ampleur.

Et c’est le rôle du Ministre de l’Education Nationale  et de l’Enseignement Supérieur. Nous pensons que des mesures ont été prises dans ce sens. Mais comme en Centrafrique, il n’y a  pas de suivi, les professeurs font à leur tête. Les inspecteurs, les conseillers pédagogiques qui doivent constamment descendre sur terrain pour sanctionner ceux qui continuent ces pratiques mafieuses, sont devenus des bureaucrates.

Ne pouvant plus continuer leurs études, certains élèves abandonnent le chemin de l’école, faute d’argent pour payer les fascicules, les polycops. Quant aux professeurs, ils s’enrichissent sur le dos de ces derniers, appauvrissant les parents d’élèves et d’étudiants. Et pourtant le jour de paye, ils sont les premiers à se pointer devant les Banques de la place. S’ils étaient traités de la  sorte par leurs professeurs d’antan, seront-ils aujourd’hui enseignants ? Que ces pratiques cessent pour que l’« Educations Pour Tous »  (EPT) se concrétise. Et le nouveau ministre de l’Education doit en faire son cheval de batail pour relever le niveau  de nos élèves et étudiants.

Dénis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

 

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :