Skip to content

AMELIORATION DE LA SITUATION SECURITAIRE, BAISSE DE VIOLENCES, PROTECTION DE LA POPULATION, … PIRE FARCE OU FLATTERIE DE LA MINUSCA ?  

avril 15, 2016

Dix-neuf (19) mois, jour pour que la MINUSCA, cette force onusienne en RCA, a pris le relais de la MISCA. Mais force est de constater que la mission qui est dévolue à ces soldats onusiens ne cadre pas avec les attentes du peuple centrafricain qui espérait à un retour rapide et définitif de la paix et de la sécurité sur toute l’étendue du territoire national.

Malgré leur pleine capacité opérationnelle annoncée tambour battant par le secrétaire adjoint des Nations-Unies pour le maintien de la paix, Hervé Ladsous, le 22 avril 2015, au camp militaire de Mpoko, les Centrafricains sont restés sur leur soif. Heureusement certains groupes armés non conventionnels ont compris le danger de cette crise larvée et sont revenus à de bons sentiments. Raison pour laquelle nous assistons aujourd’hui à l’accalmie précaire. Mais d’autres persistent encore dans leurs actions de tout genre sur les populations civiles, au vu et au su de ces Casques Bleus de la MINUSCA. Parfois ces exactions se déroulent sous leur barbe.

Pendant que le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Montero, parle de l’amélioration de la situation sécuritaire dans la ville de Kaga-Bandoro, lors de la conférence hebdomadaire de cette institution onusienne, le correspondant de la Radio Ndéké Luka est attaqué par des hommes armés assimilés aux combattants Séléka. C’est ça l’amélioration de la situation sécuritaire à Kaga-Bandoro ? C’est vraiment triste et regrettable. Un tel propos n’aurait pas dû être tenu par le porte-parole de la MINUSCA.

En outre dans la ville de Ndélé, située  au Nord de la RCA, c’est un autre son de cloche. Les habitants de cette localité ne peuvent circuler librement sur la terre de leurs aïeux. Depuis fin mars jusqu’à maintenant, les braquages des motos ne se comptent plus. Les rebelles soudanais y règnent en maitre absolu. Quatre (4) cas de braquages ont été enregistrés en l’espace de deux (2) semaines. Des blessés à l’issue de ces  actes barbares sont entrain d’être soignés à l’hôpital de Birao et d’Am Dafock.  Deux (2) morts ont été enregistrés dont une fillette et un agent des eaux et forêts, abattu même dans ladite ville. Et pourtant les Casques Bleus sont bel et bien déployés dans la ville avec leur pleine capacité opérationnelle. Qu’est-ce qui les empêche de faire usage de leurs engins militaires pour neutraliser ces hors-la-loi, ces bandits de grand chemin ? Malgré cette situation alarmante la MINUSCA nous parle de la protection des populations civiles. Mais de quelle protection s’agit-il dans la mesure où des têtes tombent et continuent de tomber à longueur de journée ? Incroyable, mais pourtant vrai. Vladimir Montero a bien signifié qu’il y a l’amélioration de la situation sécuritaire et la protection des populations civiles par les Casques Bleus. Que pouvons-nous dire encore ? Vladimir a tout dit et il appartient aux centrafricains de donner leur point de vue sur les actions menées par la MINUSCA sur le terrain depuis 19 mois.

Pour notre part, nous savons que les Casques Bleus de la MINUSCA ont bel et bien sécurisé les élections couplées en RCA qui ont découlé sur l’élection de Faustin-Archange Touadéra à la Magistrature Suprême de l’Etat et des députés à l’Assemblée Nationale. Ensuite, ils ont organisé des ateliers de formation et de sensibilisation à l’encontre des populations centrafricaines. Mais leur vraie mission qui est et qui demeure la protection des populations civiles, Dieu seul sait ce qu’ils ont fait en RCA. Tous ces Casques Bleus de la MINUSCA rendront compte de leurs actions menées, non seulement à leurs chefs hiérarchiques, mais aussi à Dieu, car à lui revient le dernier mot. Mais à voir de près, ces soldats onusiens sont en Centrafrique pour les viols et les abus sexuels commis sur les mineurs, les jeunes filles et les femmes. C’est tout et rien d’autre, car chaque jour qui passe, les échos de leurs exactions nous parviennent.

Il serait judicieux de réhabiliter les éléments intègres des Forces Armées Centrafricaines (FACA) et de les redéployer sur l’ensemble du territoire national pour donner un coup de pouce à ces forces onusiennes qui peinent à protéger les populations civiles. La levée partielle de l’embargo sur les armes à destination de la RCA annoncée par l’Union Européenne n’est pas la bonne solution. Seule la levée totale de l’embargo pourra permettre aux nouvelles autorités de ramener la paix et la sécurité.

L’amélioration de la situation sécuritaire, la protection des populations civiles, c’est la pire flatterie ou farce de la MINUSCA, inventées de toutes pièces. La situation sécuritaire reste volatile  et la protection des populations n’est pas pour demain avec la MINUSCA.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA  

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :