Skip to content

Les elements des faca bases a l’antenne de l’ocrb de damala sont-ils habilites a trancher des affaires civiles et maritales ?

avril 15, 2016

La mission première d’une armée nationale dans tout Etat de droit et civil est de protéger les populations civiles et de défendre l’intégrité ainsi que l’intangibilité du territoire. Force est malheureusement de constater qu’en RCA, tel ne semble pas être le cas avec nos Forces Armées Centrafricaines (FACA). Bon nombre d’éléments des FACA se baignent dans des actes antisociaux et rétrogrades, et se livrent à des rackettes des conducteurs de taxis-motos, sur l’axe Damala, ex-Marché de Combattant et vice-versa. C’est le cas patent des éléments des FACA basés à l’antenne d’OCRB, en cas de menaces armées ou d’intentions musclées. Mais ces éléments des FACA ont passé outre leur mission citée ci-haut, en se substituant aux policiers pour trancher des affaires civiles et maritales. Incroyable , mais pourtant vrai. Est-ce normal ?

Pour preuve tangible, un jeune conducteur et propriétaire d’un taxi-moto a été victime de leur acte barbare, le samedi 09 avril 2016. Et pour tout motif, parce qu’il avait corrigé son épouse pour manque de respect et de pratique d’infidélité à son égard. Mécontente, l’épouse en question est allée soudoyer ces éléments des FACA d’une grosse somme d’argent, car étant une femme d’affaires  qui fait l’axe Bangui-Douala et Douala-Bangui. C’est ainsi que ces éléments des FACA avaient fait une descente musclée au domicile du jeune conducteur de taxi-moto, et l’ont entraîné manu-militari à leur base, sise à l’antenne de l’OCRB de Damala, et l’ont battu copieusement, sans pour lui donner la chance de s’exprimer sur ce qui s’était réellement passé entre lui  et son épouse. Est-ce faisable sous d’autres cieux ?

Un tel acte barbare va déplaire aux voisins et voisines de ce couple, qui ont qualifié cette femme d’affaires de « méchante et de mauvaise réputation ». Car c’est grâce à ce jeune conducteur de taxi-moto qu’elle est devenue ce qu’elle est. En plus, « cette dame est très âgée que son époux », selon leurs propos.

Mais ce n’est pas tout. Au niveau de trois (3) postes avancés des FACA (Bar Casier, hôpital de Bédé et terrain de tapis rouge) sur l’axe Damala, Ex marché de Combattants, les éléments des FACA en faction sont tellement dans les rackettes des conducteurs de taxis-motos à partir de 19 heures. Et leur mot de passe habituel est, « donnez-nous la chose du café », en un mot « l’argent du café ». Et ce, bien qu’ils perçoivent régulièrement leurs salaires et Primes Globales d’Alimentation (PGA). D’où les conducteurs de taxis-motos de ce secteur se plaignent sans avoir gain de cause. C’est bien dommage ! D’après certaines allégations, ces éléments des FACA ont leur geôle parallèle où croupissent certains centrafricains. En outre, ils tranchent des affaires civiles et maritales en lieu et place des policiers et gendarmes.

Fort de tout ce qui ce précède, nous osons dire que le tamissage et la refondation de nos FACA sont des impératifs à prendre au sérieux par les nouvelles autorités du pays.

 

Le Petit YEKOA

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :