Skip to content

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES

avril 22, 2016

TROIS JOURNALISTES CENTRAFRICAINS A KIGALI PARTICIPENT A LA FORMATION SUR LES DROITS AU TRAVAIL

 La formation des journalistes sur « communiquer sur les droits au travail », à l’intention des journalistes francophones est ouverte ce lundi 18 avril à Kigali au Rwanda. Trois journalistes centrafricains prennent aussi part à cette formation.

Fridolin Ngoulou du RJDH, Hippolyte Nicaise Kongbo Toungbé de la radio Centrafrique détaché au ministère du travail et Jules Mamadou du journal Libération Plus sont les trois journalistes centrafricains qui participent depuis ce matin à cette formation.

L’objectif, selon les initiateurs, est de doter les participants de connaissances et d’outils sur les normes internationales de travail afin de leur permettre de traiter des questions y relatives.

Des questions liées au travail des enfants, aux travaux forcés, l’égalité de chances et de traitement, les droits des peuples indigènes et tribaux et des travaux pratiques, la liberté syndicale et négociation collective,  sont au menu de cette formation.

Une vingtaine de journalistes et de communicateurs prennent part à cette formation qui prendra fin le 23 avril prochain.

C’est la première fois que cette formation est organisée en Afrique francophone.

***********

DES OFFICIERS ET AGENTS DE LA POLICE ET DE LA GENDARMERIE FORMES SUR LES VIOLENCES BASEES SUR LE GENRE

320 officiers de la police et de la gendarmerie sont en formation depuis ce matin  à l’ENAM, sur les violences basées sur le genre. Initiée par Onu-Femmes, la Minusca et le PNUD, cette formation vise à donner des connaissances nécessaires à ces forces en matière de la police de proximité.

Ces cadres de la police et de la gendarmerie viennent de Bangui, Bimbo et Bégoua. L’objectif de cette formation, selon les initiateurs, est de les doter de connaissances et aptitudes nécessaires pour respecter les droits humains.

Cette formation est organisée, selon Fortuné Dacko, représentant du directeur pays de PNUD, pour améliorer la performance des forces de l’ordre, « l’initiative qui a réuni 320 policiers et gendarmes, vu le contexte actuel, est incontestablement l’une des plus utiles pour l’amélioration des performances de la police et de la gendarmerie », a-t-il dit.

Pour Flavien Mbata, ministre de la justice des droits de l’Homme garde des sceaux, cette formation va permettre aux agents de la police et de la gendarmerie de mieux intervenir auprès de la population, « la République centrafricaine a besoin d’avoir des hommes de qualité pour servir le peuple centrafricain », a lancé Jean Serge Bokassa, ministre de l’intérieur, de la sécurité publique et de l’administration du territoire, présent à l’ouverture des travaux.

ONU Femmes, PNUD et MINUSCA entendent mener des activités d’accompagnement pour la mise en œuvre des enseignements dispensés à ces forces de défense et de sécurité.

**********************

Centrafrique : Le personnel de Nationlink/Azur menace d’entrer en grève

Le personnel de la société de téléphonie dénommée Nationlink menace de cesser le travail. Il élaboré des revendications qui ont été portées à la connaissance de la direction Générale qui malheureusement ne veut pas ouvrir les négociations.

Les revendications du personnel concernent le retard dans le paiement des salaires, la non prise en charge des frais médicaux du personnel depuis plus de six mois par ASCOMA, le non-paiement des impôts, exposant la société à des sanctions étatiques, le surendettement de la société et le versement du treizième mois de l’année 2015.

Les agents de cette société ont donné à la Direction Générale jusqu’au 25 avril prochain « nos révendications sont connues. Aujourd’hui, c’est le temps des négociations. Si rien n’est fait, d’ici le 25 avril, nous allons entrer en grève et le mouvement sera lancé » a confié Théophile Pierre Ouoko, secrétaire général du syndicat du personnel de cette société.

Le secrétaire général a dénoncé l’attitude du Directeur Général qui, selon lui a refusé d’ouvrir les pourparlers « nous avons été reçus le 18 avril 2016 par la responsable  des ressources humaines car le Directeur Général a refusé d’ouvrir des négociations  avec le syndicat. Il est question d’attendre le PDG du groupe qui sera là à Bangui dans les prochains jours pour évoquer nos revendications », a-t-il dit.

Le Directeur Général de Nationlink/Azur n’a jamais voulu répondre à la presse. Le RJDH a tenté en vain de le rencontrer pour sa version. Selon nos sources, face à ces affaires, le Directeur Général a l’habitude de couper court en allant voir les autorités qu’il considère comme ses couvertures

***************

DES GROUPES REBELLES EN MOUVEMENT DANS PLUSIEURS VILLES DU PAYS

Plusieurs déplacements des groupes rebelles sont signalés dans les provinces de la RCA. Cette information a été confirmée par des sources militaires et administratives contactées par le RJDH.

Les mouvements de ces groupes armés sont signalés entre Kaga Bandoro et Kabo, sous contrôle de MPC, une branche de l’ex-Séléka dirigée par le général Alkhatim. Selon les informations du RJDH confirmées par des autorités locales de Bandoro, plusieurs convois des hommes armés sont entrés dans la ville depuis le week-end dernier. Une présence massive des ex-Séléka est confirmée par plusieurs sources indépendantes et humanitaires présentes dans cette ville.

Le même mouvement est signalé à Paoua. Le procureur de la République près le tribunal de Paoua parle de renforcement de dispositifs militaire de la Séléka dans la ville. Comme à Kaga Bandoro, personne ne connait les raisons de ce rassemblement. Un élément ex-Séléka de Paoua que nous avons réussi à joindre a indiqué que les  nouveaux arrivés sont du MPC de Alkhatim « ils ont quitté ce mouvement pour rentrer dans la ville » a confié cette source.

A Bambari, des leaders de l’UPC ont initié plusieurs rencontres dont celle de la mairie le lundi 18 avril dernier. Les autorités de Bambari ne connaissent pas les sujets débattus lors de ces rencontres entre chefs rebelles. Selon des informations non encore confirmées par de sources indépendantes, certains cadres de l’ex-Séléka fidèles à Ali Daras mais portés disparu depuis quelques mois dans la ville, ont fait leur apparition, ces derniers jours pour prendre part aux rencontres.

Les mouvements de différentes branches de l’ex-Séléka sont signalés après des rencontres que le nouveau président de la République a initiées avec eux pour évoquer la question du DDR que Faustin Archange Touadéra compte exploiter pour mettre fin à l’insécurité.  De sources généralement bien informées sur les groupes rebelles centrafricains, les leaders militaires des différentes fractions de l’ex-Séléka n’ont pas apprécié leur mise à l’écart du jeu politique par la composition du gouvernement. Ces derniers seraient en train d’envisager un front commun pour discuter avec le nouveau président qui a promis reprendre les pourparlers avec eux d’ici la fin de la semaine.

***************

BANGUI : UN PRESUME VOLEUR TUE PAR SES PROPRES PARENTS A GALABADJA 3

Un jeune homme âgé d’au moins trente ans a été tabassé à mort par quelques membres de sa famille au quartier Galabadja 3 dans le 8ème arrondissement de Bangui. Il a été appréhendé aux environ de 2 heures du matin pour un cas de vol.

Selon les témoignages recueillis sur les lieux,  c’est plusieurs fois que le jeune opère au sein de sa famille où se trouve l’ONG nommée ‘’Arbre de Vie’’, « le jeune opère souvent, et comme hier il a tenté encore de voler quelques matériels de cette ONG, c’est ainsi que les membres de sa famille l’ont appréhendé en flagrance.  Ils ont commencé à le tabasser jusqu’à la mort », a expliqué un habitant proche de l’événement.

Après l’avoir tué, ils ont jeté son corps devant la clôture où se trouve le siège de l’ONG Arbre de vie dans le 8ème arrondissement de Bangui.

Les éléments de la police du 8ème arrondissement de Bangui étaient arrivés sur les lieux et ont récupéré le corps pour déposer à la morgue.

La famille de la victime se réserve de se prononcer sur cette affaire, car selon elle, c’est plusieurs fois que la victime vol.

Des autorités locales du 8e arrondissement déplorent la justice populaire qui a conduit à la mort de ce jeune homme. Un chef de quartier a souligné que la justice est opérationnelle pour s’occuper de ces cas.

Des cas de justice populaire sont devenus récurrents dans ce secteur voir dans d’autres régions du pays depuis la crise que le pays a connue il y’a trois ans.

*****************

 

 

 

16 ANTI BALAKA RENONCENT A LA VIOLENCE ET OPTENT POUR LA RESTAURATION DE LA PAIX A BELOKO

 

16 combattants Anti Balaka de Béloko ont décidé d’abandonner la violence la semaine dernière. Le sous-bureau de la Minusca les a soutenus à travers des minis projets.

Selon nos informations, ces ex- combattants qui ont déposé les armes, ont été recensés par la Minusca. Ils ont bénéficié des  activités génératrices de revenu. Certains se sont déjà lancés dans de petites activités commerciales.

Narcisse- Baudouin Yakindi,  commissaire de police de Béloko se dit satisfait des gestes volontaires accomplis par ces ex- combattants qui ont abandonné les armes suite aux campagnes de sensibilisation effectuées dans la localité “ la restauration de la paix dépend de tout le monde”, a t-il lancé.

Cet officier de la police témoigne le retour progressif de la paix « le retour progressif des déplacés à domicile prouve que la paix, la sécurité sont au rendez-vous, ce ci parce que les jeunes ont décidé de rétablir la quiétude. Nous continuons de lutter contre la consommation des stupéfiants, les jeux de cartes et les réunions nuisibles pour garantir cette paix », note t-il.

Une source proche de la section DDR de la Minusca a fait savoir que « les 16 Anti Balaka qui ont déposé les armes bénéficient des activités génératrices de revenu. Les alentours du centre de santé de Cantonnier, de l’établissement scolaire et du marché, ont été nettoyés par ces jeunes avec l’appui de la Minusca », a affirmé cette source.

Le programme du désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) des ex- combattants fait partie des priorités du président de la République Centrafricaine. Le Président Touadéra a engagé, la semaine dernière des négociations avec les chefs des groupes armés.

**********

DES COMBATTANTS DE MPC DE ALKATIME SE RALLIENT AU RJ DE SAYO

 

Des combattants de MPC une branche de l’ex-seleka sont arrivés ces derniers jours dans la ville de Paoua. Selon les informations du RJDH, ces rebelles ont fait défection pour se rallier au Révolution Justice de Sayo.

L’arrivée des combattants de l’ex-séléka dans la ville de Paoua est signalée depuis le week-end dernier. De sources autorisées, il s’agit d’un ralliement des éléments de  cette faction de l’ex- séléka  à la cause du mouvement rebelle RJ de Sayo,   » nous avons rencontré sur notre initiative l’un de ces hommes armés. Ils nous ont fait savoir qu’ils ont quitté la ville de Kaga-Bandoro, pour s’installer à Bemal, car il y’a une mésentente entre eux et  leur chef, le général Alkatime. Il nous aussi dit qu’ils ont rallié les gens de RJ depuis un certain temps », a précisé une autorité locale qui a requis n’anonymat.

Armel Ningatouloum Sayo, ancien ministre et responsable de RJ, n’était pas disponible pour confirmer ce ralliement.

 

************

TIMIDE REPRISE DES ACTIVITES A RAFAÏ APRES LES ECHAUFFOUREES DE LA VEILLE

Les activités ont timidement repris ce mardi 18 Avril dans la ville de Rafaï, 48h après l’attaque d’un groupe de la LRA qui s’est soldée par des échauffourées, a-t-on appris de sources locales.

Les sources contactées ce matin par le RJDH ont parlé d’une ville calme qui tente de reprendre ses activités « les villageois qui ont fui la présence des éléments de LRA, commencent à regagner petit à petit la ville depuis hier soir. Les autorités locales ont multiplié les sensibilisations, ce qui fait que les commerces, les écoles et la circulation tentent de reprendre » a confié un humanitaire, présent dans la ville.

Un habitant joint dans la journée est plus nuancé « ce ne sont pas toutes les activités qui ont repris. La peur est encore visible malgré l’effort que certains font pour reprendre leurs activités » a-t-il noté.

Selon les informations du RJDH, la personne tuée dans les échanges de tirs dimanche entre la Minusca et la population, est inhumée hier lundi tandis que l’élément blessé de la LRA serait évacué à Bangui. Les patrouilles de la Minusca se sont multipliées dans la ville depuis le dimanche.

L’attaque du village Agoumar par les éléments de la LRA, le dimanche dernier a débouché sur un premier affrontement entre les villageois et ces assaillants dont un a été blessé. La protection apportée au blessé par la Minusca s’est soldée par des échanges de tirs entre la population et les casques bleus. Un militaire onusien a été tué.

***** RJDH  *****

 

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :