Skip to content

ADEQUATION « FORMATION-EMPLOI » : DE LA NECESSITE DE JUMULER LA THEORIE A LA PRATIQUE

avril 26, 2016

Les système éducatif centrafricain calqué sur celui de la France, ancienne puissance coloniale, ne cadre plus avec l’adéquation « formation-emploi », ni avec les réalités socio-économiques et financières du pays. C’est un système éducatif qui forme plus des diplômés généralistes et qu’à la fin de leurs études, n’attendent que leur intégration dans la fonction Publique. D’où le fort taux des diplômés sans emploi, pour ne pas dire des chômeurs qui moisissent dans les quartiers et ne savent quoi faire pour joindre les deux (2) bouts. De ce fait, ils sont devenus très dangereux non seulement pour leurs parents et familles, mais aussi pour la société toute entière. C’est bien dommage pour l’avenir des élites centrafricaines et du pays.
Il serait donc judicieux pour qu’il y ait effectivement l’adéquation « formation-emploi », de jumeler la théorie à la pratique tout en les adaptant aux réalités socio-économiques et financières actuelles du pays. Et cela n’est possible qu’à travers un vaste programme de réformes de tout le système éducatif centrafricain, où la priorité sera accordée plus au secteur privé, avec la construction à travers tout le pays, des lycées techniques et de grandes écoles de formations professionnelles polyvalentes pour booster l’économie nationale.
Nul n’ignore que c’est à travers le secteur privé que bon nombre d’Etats sont devenus économiquement et financièrement puissants dans le concert des notions. Nous citons comme exemple, les Etats Unis d’Amérique, le Japon, la Chine, la France, l’Allemagne, la Russie, l’Afrique du Sud le Nigéria, le Cameroun, l’Angola, pour ne citer que ces quelques Etats. Or, tel ne semble pas être le cas en RCA, depuis l’indépendance jusqu’à ce jour. Et les « mêmes faits produisent les mêmes effets ». A qui la faute ?
« Qui ne risque rien n’a rien », et « on ne peut pas faire les omelettes sans casser les œufs », dit-on. Il faut donc oser réformer tout le système éducatif centrafricain afin de l’adapter aux nouvelles donnes du pays. Et ce, pour qu’il y ait effectivement l’adéquation « formation-emploi ». Notamment l’entreprenariat et la reconversion des diplômés vers le secteur productif.
Le Petit-Yékoa

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :