Skip to content

AMELIORER LA SANTE MATERNELLE EN AFRIQUE ET BEAUCOUP PLUS EN RCA   

mai 6, 2016

 

Des progrès, mais beaucoup de femmes et des bébés meurent encore lors de l’accouchement malgré l’initiative « Ita Ouali » lancée officiellement il y a quelques années à l’Hôpital Maman Elisabeth Domitien sur le thème : « Femmes debout, vie des femmes sauvée ». Celle-ci  souffre de nos jours d’un manque de sensibilisation pouvant mobiliser homme et femme sur la santé de reproduction en République Centrafricaine.

Une grande partie de décès maternels dans le monde surviennent en Afrique. En  2013, environ deux cent quatre-vingt neuf mille  (289 000) femmes sont décédées pendant leur grossesse ou au cours de l’accouchement et 62% de ces décès se sont produits toujours en Afrique. C’est ce qui ressort du rapport conjoint de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), du Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP), de la Banque Mondiale et de  la Division de la Population de l’Organisation des Nations Unies sur les « Tendances de la mortalité maternelle sur la période de 2013 ».

Pour les experts, la pauvreté est un facteur important de mortalité maternelle, ce qui explique les taux de mortalité plus élevés dans les pays pauvres que les pays riches. « Pour les mères comme pour les enfants, le risque de mourir pendant ou peu après l’accouchement est de 20 à 50 % », toujours d’après cette même source.

Selon l’OMS, les risques de complications pendant l’accouchement ou la grossesse sont très élevés pour les adolescentes de 15 à 19 ans. L’objectif de cette initiative est de contribuer à l’élimination du premier retard, promouvoir l’implication des hommes dans la réduction de la mortalité, la planification familiale, la sexualité et la parenté responsable pour les jeunes et l’accouchement assisté par un personnel médical, améliorer la connaissance des femmes, des couples, des jeunes et des familles sur les signes de dangers pendant la grossesse.

« Tant que le problème de la mortalité maternelle demeure, elle devient notre préoccupation de tous les jours car cette stratégie communautaire focalisée sur l’implication de la communauté dans les efforts de réduction de la mortalité maternelle est capitale pour que les femmes ne  doivent pas mourir en donnant la vie ».

L’initiative veut que les femmes deviennent des opportunités pour les autres femmes. Bien que l’objectif fixé demeure encore mais les femmes continuent de mourir dans les dispensaires de la  capitale. L’approche consistera à présenter les problèmes de grossesse et de planification familiale comme des problèmes de couple, accompagnée des séances de causeries  éducatives destinées aux femmes , aux jeunes sur le droit reproductif et qui devraient être  organisées. La connaissance des facteurs de risques et des conséquences des décès maternels amènerait les hommes à s’impliquer dans la prévention de ces décès dans leurs familles et les jeunes filles et garçons à retarder leur paternité ; mais également du personnel médical qui de fois se montre d’une manière négligente à l’égard des femmes.

Précisons que la viabilité de cette stratégie de mobilisation communautaire dépend de renforcement parallèle des structures de santé. C’est pourquoi, l’initiative « Ita Ouali » se développera dans les rayons des centres de santé disposant d’un personnel formé à l’accueil, disponible et offrant des services conviviaux à la femme et au couple.

  Prudence YAMETE

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :