Skip to content

« LA CENTRAFRIQUE SERA RECONSTRUITE PAR LES CENTRAFRICAINS EUX-MEMES », DIXIT CHARLES MALINAS. LE FPRC, L’UPC…  ONT-ILS COMPRIS ?

mai 6, 2016

 

ambassadeur de france en centrafrique charles melinasAu plus fort de la crise, la République Centrafricaine n’existait que de nom. Les tissus socio-économique, culturel, sportif, éducatif, sanitaire… étaient ébranlés. La cohésion sociale et le vivre ensemble entre musulmans et non musulmans n’étaient plus d’actualité. Les édifices publics et privés, les maisons d’habitation d’autrui, étaient détruites, saccagés, incendiés. Les animaux domestiques étaient  décimés par les groupes armés. Bref, tout est à plat. La RCA est par terre. Elle nécessite une reconstruction. Et ce ne sont pas les étrangers qui vont le reconstruire. C’est la raison pour laquelle l’ambassadeur de France à Bangui, Charles Malinas a clairement fait savoir aux centrafricains, « la reconstruction de la RCA, c’est l’affaire des Centrafricains eux-mêmes ».

Mais ce qui nous préoccupe aujourd’hui, c’est l’attitude de certains groupes armés tels que le FPRC de Nourredine Adam, l’UPC de Ali Daras et tant d’autres qui prennent leurs armes pour leur survie, pour la reconstruction, alors qu’ils sont entrain de détruire et non de reconstruire le pays.

Mais ces groupes armés ont-ils réellement compris le sens du propos de l’ambassadeur de France à Bangui ? Nous osons croire qu’il a tout dit. Et nous devons tous nous mettre résolument au travail. Récemment, il a mis en garde les combattants des groupes armés qui tenteront encore de commettre des exactions sur les populations civiles. Cette mise en garde est indispensable et justifiée car « il y a un temps pour faire la guerre et un temps pour faire la paix ». Le temps de la paix est arrivé avec les nouvelles autorités démocratiquement élues. Et le retour progressif de cette paix doit permettre à tout un chacun, fils et filles de Centrafrique, de mettre la main à la pâte pour reconstruire notre cher et beau pays, la RCA

Beaucoup de Centrafricains continuent toujours de penser que c’est la Communauté Internationale qui va reconstruire la RCA. Ils se trompent largement. Cette Communauté Internationale a toujours dit et redit qu’elle est ici pour accompagner les Centrafricains. C’est pour autant dire que c’est à nous de prendre notre responsabilité. Et cette responsabilité doit passer par le Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR). Tant que les groupes armés ne déposent pas les armes, toute action gouvernementale tendant à la reconstruction du pays sera vouée à l’échec. Car on ne peut reconstruire un pays, avec des armes en main. Les armes détruisent, tuent des individus. De ce fait, elles constituent un frein au développement d’un pays. Le Président de la République, Chef de l’Etat, le Professeur Faustin-Archange Touadéra a bien compris le sens du propos tenu par l’ambassadeur de France à Bangui, Charles Malinas, raison pour la quelle il a affirmé que le DDRR passe avant la reconstruction du pays. Mais le problème qui se pose est de savoir : est-ce que certains combattants des groupes armés tels que le FPRC de Nourredine Adam, l’UPC de Ali Daras et tant d’autres qui ne veulent pas que la paix revienne en Centrafrique et que les Centrafricains eux-mêmes reconstruisent leur pays, ont compris le message de Charles Malinas ? Il leur est très difficile car plus de 90% d’entre eux sont analphabètes. Ils ne savent ni lire, ni écrire et ne pensent que, seules leurs armes peuvent leur procurer de l’argent, assurer leur suivie durant toute leur vie. C’est faux, archi-faux. Dans la bible, il est dit, « tu gagneras ton pain à la sueur de ton front ». Prendre des armes pour tuer ses concitoyens et s’accaparer de ses biens, est contraire à cette parole biblique.

Après ce retour à l’ordre constitutionnel où les combattants des groupes armés ont participé aussi à l’élection des autorités de la République, nous devons tous retrousser les manches, parler peu et travailler beaucoup. Le DDRR est une opportunité pour nos compatriotes qui ont pris les armes de revenir à la vie normale. Mais pourquoi les combattants du FPRC, de l’UPC s’agitent, pour des postes au gouvernement ? Qu’est-ce qu’ils cherchent réellement ? Que veulent-ils ? La guerre est terminée, l’heure de la réconciliation, de la cohésion sociale, du vivre ensemble, de la reconstruction, a sonné. Ceux qui ne veulent pas aller dans le sens de cette logique, nous demandons à l’ambassadeur de France, Charles Malinas de mettre en application sa mise en garde au cas où ces milices tenteront d’enfreindre à la reconstruction du pays. Car trop, c’est trop.

Tant qu’ils ne seront pas désarmés, les Centrafricains qui ont envie de reconstruire leur pays eux-mêmes ne pourront rien faire. Même ceux qui posent des actes concrets maintenant, allant dans le sens de cette reconstruction, leurs œuvres seront détruites en une fraction de seconde. Et ce sera l’éternel recommencement. Les Centrafricains désirent reconstruire leur pays dès maintenant. Mais faudrait-il que la France, à travers l’Opération Sangaris nous accompagne en mettant hors d’état de nuire tous les combattants des groupes armés. Car un civil nu comme un verre de terre ne peut rivaliser avec un rebelle qui a une arme. Malinas a bien raison de tenir un tel propos. Abandonnons nos armes et mettons-nous à la reconstruction de notre pays.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA.

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :