Skip to content

LA QUESTION DE LA SOUVERAINETE EST INCONTESTABLE ET PASSE OBLIGATOIREMENT PAR LA RESTAURATION DE L’AUTORITE DE L’ETAT DANS TOUTE SA PLENITUDE.

mai 6, 2016

 

Carte RCA 5Les élections sont une affaire de souveraineté. Le peuple centrafricain vient de tourner la page sombre de son histoire, à travers les élections en cours. Aujourd’hui, le pays s’est doté de nouvelles institutions démocratiquement élues. La dernière phase est celle de remettre toutes les institutions de l’Etat, en place pour acquérir la véritable souveraineté. Cela doit se passer obligatoirement par la restauration de l’autorité l’Etat dans toute sa plénitude sur l’ensemble du territoire. Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, l’autorité de l’Etat doit être restaurée, car il n’y a que le gouvernement de Sarandji qui peut prendre des décisions engageant la vie politique de la nation.

Les politico-militaires n’ont aucun droit de décider ou de se mêler dans la gestion de la chose publique ou de l’Etat. Les nouvelles autorités du pays n’ont que de compte à  rendre au peuple centrafricain qui leur a confié cette lourde mission de gérer le pays. Les bâtiments de l’Etat occupés par les groupes armés dans l’arrière-pays, doivent être libérés au plus vite possible, pour permettre aux fonctionnaires et agents de l’Etat, de regagner leurs postes respectifs et rependre le travail. Nous osons croire que cela doit se faire dans un  bref délai pour palier aux difficultés de l’heure. Il est hors de question que des combattants armés puissent continuer à percevoir les impôts, les taxes, à effectuer des contrôles de routines dans le pays. Cela ne relève en aucun cas de la compétence des forces non conventionnelles. C’est une procédure bloquant tous les systèmes du développement de la RCA. Dans quel pays au monde, chacun  peut-il décider librement comme bon lui semble ?

Le programme Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR) des groupes armés est déjà dans sa phase décisive. C’est la dernière opportunité offerte aux combattants, de déposer les armes et réintégrer la vie sociale. C’est une logique que tous les mouvements rebelles, doivent suivre en même temps, s’il y a une réelle volonté de faire la paix. La façon de chercher à contourner ce programme DDRR, est une manière de maintenir tout un peuple en otage, ce qui est très anormal dans le contexte actuel du pays. Personne ne peut accepter de continuer à vivre la pauvreté, la misère au quotidien. A travers le désarmement, chacun est libre d’aller et venir, et peut vaquer librement à ses occupations de tous les jours.

L’« Education Pour Tous » d’ici 2030, est l’un des Objectifs du Millénaires de Développement (OMD). La RCA ne doit pas manquer cet objectif. L’expérience a démontré qu’en RCA, l’éducation est encore loin du compte. L’analphabétisme bat son plein sur l’ensemble du territoire. Conséquence, la jeunesse centrafricaine est toujours prête à prendre les armes au moment des rebellions, pour tuer, braquer, sans foi, ni loi. Il est temps de mettre un terme à la culture de la violence par les armes et laisser les jeunes suivre une meilleure éducation. Depuis le fin fond de village, l’autorité de l’Etat doit être restaurée pour permettre à nos enfants d’étudier au même titre que les autres enfants de la planète.

Bénistant MBALLA

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :