Skip to content

LE PERCHOIR DE L’ASSEMBLEE, UNE AFFAIRE DES INDEPENDANTS : AUCUNE PLACE POUR LES EPAVES POLITIQUES

mai 6, 2016

Assemblée Nationale Le peuple centrafricain est formel depuis le processus électoral du 30 décembre 2015 jusqu’à ce jour. La racaille des partis politiques n’a plus sa place. Il ne revient pas aux députés de remettre en scelle les carcasses politiques déboutées par le peuple. La logique populaire doit être maintenue jusqu’au bout. Les échos des billets craquants qui circulent chez les députés, ont fait le tour du monde et sont montés jusqu’au ciel. Les députés ne sont pas des marchandises, encore moins une belle femme à courtiser à coup de billets de banque. Les partis politiques n’ont pas d’argent pour la presse, mais quand leurs intérêts égoïstes et lugubres sont en jeu, l’argent coule à flot. Combien de partis politiques sont allés dans les « Legders » pour soulager les populations déplacées, et pourtant les billets de banque pleuvent.

Des partis politiques qui utilisent la corruption comme mode de conquête des voix, sont-ils recommandables ? Quel sera le goût d’une telle victoire et qu’en sera-t-il de l’honneur des députés et de leur réputation ? Le mot d’ordre insufflé par le nouveau régime, a pour épicentre, « L’INTEGRITE ». Quels partis politiques sont intègres pour occuper le perchoir de l’Assemblée Nationale ? C’est pour remplir les bureaux de l’Assemblée Nationale avec les médiocres militants faute d’embauches. Les indépendants ont le vent en poupe. C’est une option invariable du peuple centrafricain et les députés doivent maintenir le même cap. Les caractéristiques du locataire du perchoir tournent aussi autour de l’intégrité, de la compétence et de la rigueur. Aucun parti politique ne remplit ces conditions pour prétendre s’y accrocher.

Les députés ne doivent pas se sentir lié par l’argent qu’ils reçoivent de X et Y, mais, ils doivent être exclusivement mus par la trajectoire du peuple. Les calculs machiavéliques des partis politiques sont pernicieux, mais ils jouent aux agneaux, pour tromper la vigilance des députés. Ils ne disent jamais ce qu’ils projettent au fond de leur ventre. Les indépendants et les alliés sincères de Touadéra doivent s’organiser pour récupérer le perchoir. Car les partis politiques vont se faire du beurre sur le dos des députés et de la population. Le pays est tombé très bas pour se prêter au jeu des calculateurs véreux, hypocrites et à stratégie variable difficilement maitrisable. Ils sont si endettés qu’ils vont sacrifier les intérêts du pays au profit du remboursement de leurs dettes, depuis les élections présidentielle et législatives. C’est un danger que les députés ne semblent pas percevoir. C’est l’anguille sous roche, alors  un homme averti en vaut deux. Les donnés ont changé, car il s’agit de faire de la RCA, « UN PAYS DES HOMMES INTEGRES » et ce n’est pas un parti politique qui peut le faire. Tous les leaders aujourd’hui candidats au perchoir, ont eu à gérer le pays à un niveau ou à un autre, ils n’ont jamais provoqué le déclique, ni bousculé les montagnes. Quel parti politique peut sanctionner ses militants véreux, détourneurs de deniers publics, si le leader est au perchoir ?  Ces conservateurs roublards sont bien connus de toute la population avec des passés lourds et sombres. Une femme semble mener l’aventure du perchoir. Elle a été ministre dans ce pays, quelle prouesse a-t-elle laissé sur ses traces ? La transition a démontré que la femme centrafricaine n’est pas encore suffisamment mûre et responsable pour occuper de haute fonction. Le palmarès des femmes qui ont géré la transition est si lamentable qu’il faut du temps au temps, pour que de vraies femmes engagées, des dames de fer puissent émerger. Malheureusement elles ne sont encore nées : la présidence, la mairie, les départements ministériels, c’est une catastrophe sismique au féminin.

Les indépendants renferment des valeurs sur lesquelles le pays peut compter pour asseoir la bonne gouvernance, la transparence, surtout la culture de l’intégrité, condition sine qua non du développement. La RCA doit se mettre sur les rails de l’émergence et non traîner encore sa bosse avec les bras cassés politiques, dépourvus d’imagination, d’esprit de créativité. De la présidence, en passant par la Primature et le perchoir, comme on le dit, il faut des oiseaux de même plumage, ainsi ils voleront ensemble. La RCA ne doit plus tourner éternellement en rond. C’est le travail qui compte et non les honneurs liés à la fonction. Pour la première fois, les élus du peuple doivent être souverains et ne voir que l’intérêt du pays et non fléchir les genoux à cause des billets de banque des marchands d’illusions et des vieux crocos inconvertibles dans l’espace et le temps. Ils ne sont jamais fils de leur temps, amoureux et nostalgiques du passé, rouillés et hors d’usage. Quel intérêt de repêcher des épaves abandonnées en cours de route par le peuple en chair et en os ?

Les choses doivent changer. Même le président Denis Sassou-Nguesso s’est débarrassé de sa vieille garde. Il a fortement rajeuni son gouvernement. Pourquoi les députés doivent recourir à des Dougourous politiques, ces sultans politiques propres au musée des arts politiques. Les indépendants et les alliés sincères de Touadéra ne doivent pas  recourir dans l’antichambre d’un musée pour décevoir la population. C’est une question de dignité et de survie de tout un peuple, une question de vie et de mort, car l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Dynamique, intègre, bosseur, vigilant, capable d’écrire une nouvelle page de l’Assemblée Nationale.

 

Julien BELA

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :