Skip to content

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES

mai 13, 2016

LA MINUSCA COMPTE ADAPTER SON MANDAT AVEC LE PROGRAMME DU GOUVERNEMENT ACTUEL

 

Le porte-parole de la Minusca Vladimir Monteiro a annoncé ce matin la volonté de la représentation onusienne d’adapter son nouveau mandat au programme du nouveau régime. C’était lors de la conférence de presse hebdomadaire de cette organisation.

Vladimir Monteiro a indiqué que la révision du mandat se fait en étroite collaboration avec les nouvelles autorités car, l’objectif est qu’il réponde à la situation actuelle « le sous-secrétaire général aux opérations de la paix est à Bangui depuis quelque temps avec son équipe. Il est question d’adapter le mandat avec la période politique actuelle. Ceci se fait avec les nouvelles autorités qui sont en train d’être consultées. La Minusca fera en sorte que les prochains éléments de ce mandat correspondent avec la nouvelle période », a-t-il expliqué.

L’ONU a engagé le processus de la modification du mandat de la Minusca au moment où le pays a renoué avec l’ordre constitutionnel.

Cette modification se justifie par la fin de la transition, « avant on était dans une période de transition, aujourd’hui, il y a des autorités élues. Les autorités nouvellement élues ont de nouveaux défis qu’il faut prendre en compte », a fait savoir le porte-parole.

Le nouveau mandat de la Minusca sera validé en Août prochain.

 

*************

 

LA VISITE DE HOLLANDE EN CENTRAFRIQUE, UN SOUTIEN AU PROCESSUS DE PAIX, SELON CHARLES MALINAS

 

Charles Malinas a, dans une interview accordée le mardi dernier au RJDH, indiqué que la visite de François Hollande à Bangui s’inscrit dans le cadre du soutien de la France au processus de paix et de stabilité. Le programme de cette visite n’est pas encore connu par l’ambassade.

Le président français sera à Bangui ce vendredi 13 mai. Il s’agit d’une visite de soutien à la paix, selon Charles Malinas, « le Président François Hollande arrive ce vendredi 13 mai, après la visite du Président Touadéra au mois d’avril dernier à Paris. Le but de cette visite est de venir personnellement apporter son soutien à la paix et à la stabilisation du pays », a-t-il expliqué.

Le programme de cette visite n’est pas encore maitrisé par l’ambassadeur « son programme n’est pas encore connu. Je sais seulement qu’il y aura un entretien avec le président Touadéra, deux visites sur le terrain y compris à la base des militaires de la Sangaris », a-t-il précisé.

Le président François Hollande se rend en Centrafrique où pèsent de forts soupçons d’abus sexuels sur des soldats français ayant servi dans l’opération Sangaris.

A la présidence centrafricaine, on se réjouie de cette visite qui est interprétée comme le signe d’un appui de haut niveau au nouveau régime « la visite du président français est attendue. Elle sonne comme la preuve du soutien de haut niveau dont la RCA a besoin pour reprendre sa place dans le monde » a confié un conseiller de Touadéra.

De sources concordantes, les présidents Hollande et Touadéra animeront une conférence de presse après leur tête à tête prévu au palais de la renaissance.

Ce sera la troisième rencontre entre les deux hommes depuis l’élection de Faustin Archange Touadéra à la présidence de la République en Centrafrique. La première fois, c’était avant l’investiture du président centrafricain et la seconde après l’investiture.

 

***********

 

DES JOURNALISTES FORMES SUR LA CRIMINALITE FAUNIQUE ET LE BRACONNAGE DES ELEPHANTS

 

Vingt-sept journalistes ont été entretenus, le mardi 10 mai sur la criminalité faunique et le braquage des éléphants en Centrafrique. Cette formation est organisée par le département de l’Environnement, du Développement Durable,  des Eaux, Forêts, Chasse et Pêche, sur l’initiative du Programme de Conservation de la Biodiversité en Afrique Centrale-Sauvegarde des Eléphants d’Afrique Centrale (PCBAC-SEAC) avec l’appui du Fonds Mondial pour la Nature (WWF).

Le programme de conservation de la biodiversité en Afrique centrale-sauvegarde des éléphants d’Afrique centrale (PCBAC-SEAC), la résolution de l’Assemblé Générale des nations unies sur le trafic des espèces sauvages, les prescriptions de la loi faunique en vigueur en République Centrafricaine et les techniques de reportage sur les braconnages des éléphants sont les principaux points abordés lors de cette formation d’une journée.

La présence des journalistes à cet atelier rassure Pierre Kafando, Assistant Technique WWF/PCBAC qui dit compter sur ces professionnels des médias pour protéger la faune centrafricaine « le gros du travail sera fait par vous. C’est pourquoi, votre présence nous rassure » a-t-il indiqué.

Cette formation a permis aux journalistes d’avoir des informations précises sur la faune et les dangers qui la guettent, a déclaré Chantal Moyama Banga, chef de service de la communication au ministère de l’Environnement, du Développement Durable,  des Eaux, Forêts, Chasse et Pêche « cette rencontre est d’une importance capitale. Elle nous (journalistes) a permis d’avoir des informations fiables sur la régression drastique des éléphants en Centrafrique. C’est là que nous avons découvert qu’en dix ans, 62% des éléphants ont disparu ».

Elle a appelé ses pairs à s’impliquer dans la lutte contre le braconnage « avec cette formation, nous sommes plus que jamais invités à nous impliquer dans cette lutte de laquelle dépend l’avenir de notre environnement » lance t-elle.

Rémy Djamouss, journaliste et membre de l’Association des Radio Communautaires (ARC) dévoile sa méthode de lutte contre ce fléau « nous allons couvrir l’actualité qui touche aux dangers que les éléphants rencontrent chaque jour. Aussi, nous diffuserons des messages à l’endroit de nos compatriotes afin de les  pousser à protéger leur forêt et les éléphants » promet ce dernier.

Le Programme de Conservation de la Biodiversité en Afrique Centrale – Sauvegarde des Eléphants d’Afrique Centrale (PCBAC-SEAC) est financé par la Banque Africaine  de Développement. Ce programme est mis en œuvre depuis septembre 2013 dans trois pays de la CEEAC que sont le Cameroun, la  RCA et le Tchad.

 

*************

 

 

 

 

 

 

LES PARENTS DES TROIS OTAGES DE BABOUA PERTURBES PAR L’ULTIMATUM DE TROIS JOURS LANCE PAR LES RAVISSEURS

 

Les parents des otages de Baboua sont très inquiets depuis que les ravisseurs ont lancé un ultimatum de trois jours. Ruben Gboko, petit frère du maire de Baboua appelle à une plus forte implication du gouvernement pour que les trois otages retrouvent la liberté.

Ruben Gboko a confié au RJDH avoir reçu l’appel des ravisseurs dans la journée du mardi 10 mai « ils m’ont annoncé leur intention de tuer les otages. Ce qu’ils réclament c’est la rançon exigée sinon d’ici trois jours, ils vont tuer les trois otages », a-t-il expliqué.

Cet ultimatum a paniqué les parents du sous-préfet, du maire et du pasteur« les trois familles sont dans un état de choc. Certains ont décidé de marcher pied nu dans la ville. La peur grandit un peu partout et c’est la désolation », raconte Ruben Gboko qui appelle l’aide du gouvernement « il faut que le gouvernement s’implique davantage pour éviter que ces ravisseurs passent à l’acte. L’ancien premier ministre Kamoun nous avait promis une libération en fin mars mais, cela ne s’est pas fait », a-t-il annoncé.

Les ravisseurs de ces trois otages lancent cet ultimatum au moment où des attaques des groupes armés ont repris sur l’axe Baboua-Bouar.

Le RJDH a tenté en vain sur le numéro que les ravisseurs utilisent pour appeler les parents des otages. Le ministère de la sécurité publique n’a pas souhaité réagir officiellement sur le dossier mais certains cadres ont confié au RJDH que tout est mis en œuvre pour la libération des otages.

C’est le ministre conseiller à la primature, Christophe Gazam-Béti qui était sur ce dossier mais depuis un certain temps, il ne souhaite plus se prononcer sur l’affaire.

 

*********  RJDH******

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :