Skip to content

QUEL SENS A LA JOURNEE COMMEMORATIVE DE LA « MEMOIRE DES VICTIMES DES CONFLITS EN RCA » ?

mai 13, 2016

les-victimes-de-seleka. afriquenewsblog.wordpre.com. publié le 26 avril 2013 dans l'Afrique Centraledes.corps.de.quelques.victimes.des.soldats.tchadiens.de.la.misca....prosper.yakaLa RCA, suite à la grave crise militaro-politique sans précédent qu’elle a connue, crise due au coup d’Etat de la nébuleuse coalition Séléka, de Michel Djotodia, le 24 mars 2013, contre le régime du général Président François Bozizé du KNK, le pays vient de commémorer la première journée de la « Mémoire des victimes des conflits en RCA », le mercredi 11 mai 2016 à Bangui la capitale. C’est une suite logique de l’une des recommandations du Forum National de Bangui (FNB) qui vient d’être mise à exécution. Et ce, après seulement plus d’un mois de retour à l’ordre constitutionnel, avec l’installation officielle de nouvelles autorités politiques démocratiquement élues du pays. Mais quel sens donné à la journée commémorative de la « Mémoire des victimes des conflits en RCA » ? Et pourquoi choisir la date du 11 mai de chaque année ?

Nous osons dire qu’une telle manifestation revêt beaucoup plus un sens politique que socio-humanitaire, ponctuée que par de grands discours politiques qui n’ont aucun impact positif sur le vécu quotidien du peuple centrafricain. Et plus particulièrement des survivants et rescapés (veufs, veuves, orphelins et orphelines) de ces conflits armés. Or, il serait judicieux de mobiliser les ressources financières pour voler à leur secours directement que d’organiser une telle manifestation en grande pompe, mais qui n’a pas atteint les résultats attendus.

Même si la date du 11 mai de chaque année est officiellement retenue, car marquant le début des travaux du FNB de 2015, nous osons dire qu’elle est insignifiante pour les Centrafricains lambda. La logique aurait voulu à ce qu’on retienne soit la date du 24 mars (coup d’Etat de la Séléka) déclenchant les hostilités en RCA, soit la date du 05 décembre (avènement des Anti-Balaka à Bangui) ayant fait des milliers de  personnes déplacées internes et vivant sur des sites de fortune, communément appelés « Ledger ».

D’ailleurs, de tout ce qui précède, il serait mieux de prendre le « taureau par les cornes », c’est-à-dire de chercher par tous les voies et moyens les causes des crises militaro-politiques récurrentes en RCA, afin de leur apporter des solutions adéquates, idoines et appropriées. Et c’est ce à quoi aspire tout le peuple centrafricain du Nord au Sud, d’Est à l’Ouest.

Le Petit YEKOUA

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :