Skip to content

ELECTIONS ET DEMOCRATIE : LES FARCES DE MAUVAIS GOUT QUI TERNISSENT L’IMAGE  DE NOTRE PAYS

mai 17, 2016

Depuis l’élection démocratique des institutions de la République, nous assistons à des farces de très mauvais goût qui n’honorent pas le pays. Si ce n’est pas Touadéra qui est fustigé, c’est Karim Meckassoua sur qui des insanités pleuvent. Les auteurs utilisent des avatars, des sobriquets. Et pourtant, ils sont identifiables, connus. C’est de la malhonnête intellectuelle, de la fourberie, indigne d’un pays qui a réussi de manière élogieuse son processus démocratique. Des élections reconnues et appréciées dans le monde entier. Ce n’est pas le président français François Hollande qui nous démentira. Pour la première fois, la France reconnait des élections transparentes, crédibles, démocratiques et libres.

La RCA a réussi une élection de tous les risques, sans bavure, malgré qu’elle est une monstrueuse poudrière. La sécurité était encore très volatile. Les Centrafricains n’y croyaient pas au départ. Mais, hélas, « à cœur vaillant, rien n’est impossible ». La RCA est aujourd’hui un îlot de démocratie en Afrique Centrale. Nous avons des élus ouverts aux débats, que ce soit au sein de l’Exécutif, que ce soit au sein du Parlement, nous avons des intellectuels qui sont disponibles et disposés aux débats francs, sincères et constructifs pour notre pays. La RCA est sur les rails de la vraie démocratie. C’est une école où tout le monde doit apprendre, pour que les jeunes s’inspirent et  adoptent la culture démocratique pour des lendemains prometteurs. Le Burkina-Faso est un bel exemple pour nous inspirer. La population sait ce qu’elle veut, où elle va, ses attentes et ses aspirations. C’est un boulevard qui s’ouvre à la société civile qui, malheureusement n’existe que de nom, pour informer, éduquer, conscientiser et communiquer avec la population. Qu’elle connaisse ses droits et ses devoirs, notamment la culture civique qui fait cruellement défaut.

Encore une fois, les leaders des partis politiques démontrent leur nullité, en usant des voies détournées pour nuire à leurs adversaires  politiques. Quel est l’intérêt d’attribuer à Touadéra, une fille qu’il ignore l’existence, qu’il ne connait ni de près, ni de loin ? Qu’est-ce que le pays gagne en traitant Karim Méckassoua de tous les maux de la planète ? Ils sont là, en chaire et en os, en savoir et en culture politique. Si des partis politiques veulent constituer une opposition, c’est tout à fait normal. La contradiction est le ferment de la démocratie. L’hémicycle de l’Assemblée Nationale est une tribune appropriée pour faire valoir ses idées, ses pensées innovantes pour le bonheur de notre pays. C’est l’industrie du choc des idées. Les meilleurs idées, même venant de l’opposition, honnêteté intellectuelle et culture démocratique obligent, seront prises en compte par l’Exécutif. Ce sont des Centrafricains qui débattent des problèmes cruciaux, de leur pays. Beaucoup d’intellectuels, d’instruits à l’instar des Avocats au barreau de Centrafrique, ont investi l’hémicycle de l’Assemblée Nationale. Les débats, nous l’espérons, auront de la hauteur, de la qualité et de la substance nutritive pour le pays et le peuple. Les alliés et les indépendants formeront l’union sacrée pour défendre leurs idées. C’est la culture démocratique qui en sortirait grandie et la jeunesse pourrait s’abreuver à cette source bouillonnante et très enrichissante pour son épanouissement politique.

Ce à quoi nous assistons est ridicule, intoxiquant, nuisible, négativement déformant pour la jeunesse centrafricaine qui attend collecter les meilleures graines chez les aînés, acteurs sur le podium politique. Pendant que bien des pays nous admirent pour le succès éclatant du processus électoral, au lieu de saisir la balle au bon, non, nous retombons dans le nanisme, la médiocrité, l’intox politique. Ce qui corrobore la prise de position de la population durant les élections. Les leaders des partis politiques tombent comme les chenilles de la Lobaye qui sont bonnes pour la consommation, leur dernière demeure. Que l’on soit de l’opposition ou de la majorité, ce qui compte, c’est la contribution efficace et positive à la reconstruction du pays et la vulgarisation de la culture démocratique et citoyenne. La crise est en grande partie la conséquence de l’ignorance, de l’incivisme, de l’obscurantisme d’une grande majorité de la population.

Plus personne ne sera arrêtée pour son opinion, sauf si elle ne touche pas l’honneur et dans le respect de la loi. Arrêtons de noircir gratuitement les autorités de notre pays et par voie de conséquence, le pays lui-même.

Le gouvernement projette une rencontre en novembre avec les partenaires au développement et les bailleurs de fonds. Chaque centrafricain qui a des compétences nécessaires doit faire des suggestions, monter des projets que les départements ministériels peuvent faire intégrer selon les secteurs. Aidons nos gouvernants à ficeler un dossier de plan Marshall pour le développement exponentiel de notre pays. C’est stérile de perdre son temps à injecter du venin sur les réseaux sociaux par pure nuisance. Tous les Centrafricains doivent se mobiliser comme un seul homme pour des horizons meilleurs, en rose.

 

Julien BELA

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :