Skip to content

LES DEPLACES DU SITE M’POKO VIVENT DANS DES CONDITIONS PITOYABLES ET INDECENTES

mai 23, 2016

Depuis leur entrée dans le site M’Poko, sis dans le 8ème Arrondissement de la ville de Bangui, le 05 décembre 2013, suite à l’assaut des Anti-Balaka contre la nébuleuse coalition Séléka, les déplacés vivent dans des conditions pitoyables et indécentes. Et surtout que ce site est très proche de l’aéroport international de Bangui la capitale, baptisé « Aéroport Bangui-M’Poko ». Il ne faut pas aussi perdre de vue que nous sommes entrés déjà dans le premier mois de la saison des pluies en RCA. Allez-y donc comprendre le reste.

Selon l’un des délégués des déplacés de ce site, qui a requis l’anonymat, « jusqu’aujourd’hui, il y a plus de 25.000 déplacés (enfants, jeunes, femmes, hommes et personnes de troisième âge) qui y vivent dans des conditions pitoyables et indécentes.  Les plus touchés sont les habitants des 3ème et 5ème arrondissements de la ville de Bangui. Ce sont les plus vulnérables, car leurs biens et maisons ont été saccagés et incendiés. Et c’est grâce aux aides et assistance multiformes de différents organismes et ONG comme le HCR, la CICR, le PAM, l’ACTED, le MSF, l’UNICEF … que survivent les déplacés. Ces divers organismes et ONG ont leurs domaines d’intervention spécifiques. Et c’est l’ONG Première Urgence (PU) qui coordonne les activités de ce site, mais elle ne remplit pas bien sa tâche, en s’enrichissant sur le dos des déplacés. Un adage populaire dit ceci : « le malheur des uns fait le bonheur des autres ». Et c’est le cas qui se passe actuellement au site M’Poko.

Depuis quelques mois, les déplacés n’ont reçu aucune assistance alimentaire, ni matérielle, ni financière. Si bien qu’ils ne vivent que par la grâce divine et ne savent à quel saint se vouer pour avoir gain de cause. Les responsables de la PU en s’enrichissant sur le dos des déplacés, ne veulent pas entendre parler de leur retour dans leurs quartiers respectifs. Il en est de même pour ACTED en charge de la salubrité et de l’assainissement au niveau de ce site. Il y a treize (13) zones bien reparties mais l’insalubrité y est de mise. On peut estimer à mille cinq cent vingt sept (1527) déplacés par zone, et pour deux(2) latrines seulement. Ce qui va obliger certains déplacés d’aller se soulager dans la brousse. Imaginez ce qui pourra advenir par la suite sur la santé de la population environnante

C’est pourquoi nous lançons un SOS au gouvernement de mettre rapidement en œuvre le programme DDRR des groupes armés afin de créer les condition de sécurité et de paix, pour permettre notre retour dans nos domiciles respectifs. Car, nous avons aussi droit à une vie décente comme tous les autres centrafricains ».

Eu égard à tout ce qui précède, gageons que le gouvernement Sarandji fera de son mieux pour rappeler à l’ordre ces ONG humanitaires œuvrant en RCA, au strict respect des lois de la République dans l’accomplissement de leurs différentes missions. Dans le cas contraire, nous osons dire que leur place n’est  pas en RCA. Car , « nul n’est au-dessus  des lois de la République ».

 

Petit YEKOA

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :