Skip to content

QUAND LES GROUPES ARMES AGISSENT EN LIEU ET PLACE DU GOUVERNEMENT, LA RCA EST A L’ENVERS.

mai 26, 2016

Depuis plus de trois (3) ans, la RCA vit au rythme des combattants des groupes armés qui écument le pays à longueur de journée. Les malfrats de tout bord, les bandits de grand chemin, les criminels de tous poils, les assassins, bref les hommes du Moyen âge, sont sortis de leur tanière et agissent en lieu et place du gouvernement de la transition, dirigé à l’époque par Catherine Samba-Panza, jusqu’à l’investiture du président de la République, démocratiquement élu le professeur Faustin-Archange Touadéra, tout semble que la RCA est à l’envers.

Certaines régions du pays sont administrées, soit par les combattants Séléka, soit par les Anti-Balaka. Les taxes et impôts qui constituent les recettes de l’Etat sont versés par les contribuables, directement dans les poches de ces derniers. Dans certaines villes de de la RCA, des barrières illégales sont érigées ça et là par ces miliciens et on y trouve des gendarmes, des policiers, des douaniers, des agents des Eaux et Forêts… fabriqués de toutes pièces. Ils font des contrôles de routine qui sont du domaine exclusif des agents de l’ordre formés par l’Etat. Pour les zones minières et forestières, n’en parlons pas. Le diamant, l’or, le bois sont leur domaine de prédilection, leur zone d’influence. Les recettes découlant des ventes de ces richesses servent à acheter des armes et munitions contre les populations civiles innocentes. A tel enseigne que certaines ONG internationales avaient qualifié le diamant et le bois de la RCA comme le « diamant de sang » et le « bois de sang ». Les édifices publics dans les villes de nos provinces sont devenus leur état-major ou l’habitation de leurs chefs hiérarchiques, les généraux, les colonels, les capitaines, les commandants qui ne se comptent plus. Même à Bangui, la capitale certains camps militaires sont occupés par ces hommes armés. Nous citons entre autres le camp Béal, l’ex-RDOT à la sortie Nord de Bangui. Les cas sont nombreux et nous en avons cités quelques uns.

Devant ce tableau sombre que nous venons d’énumérer, la RCA n’est-elle pas à l’envers ? Est-ce possible que ces miliciens se comportent de la sorte ? Cette situation qui prévaut aujourd’hui en République Centrafricaine dépasse tout entendement humain. Où est passée l’autorité de l’Etat ? C’est triste et c’est grave pour un Etat comme le nôtre qui a accédé à l’indépendance dans les années 60 et qui se dit souverain. Où est la souveraineté dans la mesure où presque les 2/3 du territoire national sont contrôlés par les groupes armés non conventionnels ? Ils sont omniprésents et agissent comme bon leur semble. Ils ne sont nullement inquiétés malgré la présence massive des forces  internationales (Sangaris, MINUSCA). Dans une telle situation chaotique où l’on ne peut pas distinguer le vrai du faux, que peut-on faire ? Faut-il laisser ces va-t-en-guerre, ces hors-la-loi continuer toujours à s’opposer au redéploiement de l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire national ? Trop, c’est trop ! Non et non ! La RCA n’est pas une jungle, encore moins un pays où tout est permis.

Après le retour à l’ordre constitutionnel, les Centrafricains veulent vivre en toute liberté. C’était la raison pour laquelle ils se sont rendus massivement aux urnes pour élire, les nouvelles autorités qui doivent présider à la destinée de la RCA pour une durée de cinq (5) ans. Ces autorités doivent mettre en pratique les projets de société sur lesquels elles sont élues. Et pour y parvenir, l’autorité de l’Etat doit être restaurée dans les villages, villes, communes, sous-préfectures et préfectures. Si ces groupes armés pensent qu’ils sont au-dessus de la loi ou qu’ils sont très forts, ils se trompent largement. Goliath dans la Bible croyait qu’il allait réduire en cendre le petit David, mais au final, David l’a terrassé malgré sa gabarie, à l’aide d’une fronde. Et savez-vous, qui a donné cette force à David ? C’est Dieu, Tout-Puissant.

Touadéra n’a pas de bâton magique comme Moise, mais grâce à la puissance divine, il peut vaincre ces forces de mal, avec les mains nues. De grâce, nous demandons aux combattants des groupes armés de s’aligner sur le programme DDRR et de déposer les armes pour ne pas attirer la foudre de Dieu sur eux. Le temps du désordre est terminé. Agir en lieu et place des agents légitimes de l’Etat, cette période est révolue. Pour ne pas tomber dans la mise en garde de l’ambassadeur de France à Bangui, Charles Malinas, contre tous les groupes armés qui empêchent le redéploiement de l’administration dans nos villes de province, il vaut mieux s’abstenir de tout acte tendant à nuire à l’autorité de l’Etat.

La RCA n’est pas un pays des hors- la loi où les groupes armés doivent se substituer aux Forces de Défense et de Sécurité intérieures. Que cessent ces pratiques indignes, malsaines, impropres qui ne grandissent ni les auteurs, ni les co-auteurs et complices.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :