Skip to content

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES

mai 30, 2016

LE CHEF REBELLE NOURREDINE DE L’EX-SELEKA SIGNALE A NDELE

Nourredine Adam, chef rebelle de l’ex-Séléka et bras droit de Michel Djotodia serait à Ndélé depuis quelques jours. Difficile d’avoir des précisions sur la présence de ce redoutable chef rebelle dans cette localité.

La présence de Nourredine à Ndélé est confirmée au RJDH par plusieurs sources locales. Un notable joint dans la localité a expliqué que le numéro 2 du FPRC (une des branches de l’ex-Séléka) est dans la ville depuis deux jours. Il serait accompagné, selon nos informations, de plusieurs éléments armés « il est rentré avec des hommes armés à bord de deux pick up. Ils sont là mais personne ne connait véritablement les raisons de leurs présence » a expliqué cette source.

Nourredine Adam serait venu du Tchad, selon des sources concordantes« avant, il était au Tchad où vivent ses proches. C’est de là bas qu’il est rentré dans la ville avec ses hommes » a confié un cadre de l’ex-Séléka, présent à Ndélé.

De sources proches du mouvement armé MLCJ, la présence de Nourredine à Ndélé s’inscrit dans le cadre de ses habituelles visites aux bases du FPRC« ce n’est pas pour la première fois qu’il se rend à Ndélé où son mouvement dispose de plusieurs bases. Je crois qu’il vient rendre visite à ses éléments pas plus » a confié un leader du MLCJ.

Contacté par la rédaction du RJDH, le porte-parole de la Minusca n’a pas confirmé l’information. Vladimir Moteiro a promis revenir vers le RJDH s’il a la confirmation de cette présence.

La dernière fois que Nourredine Adam s’est fait parler de lui, c’était en octobre 2015 lors du combat de Sibut où ses hommes venus de Kaga-Bandoro ont été mis en déroute par les forces de la Minusca et de la Sangaris. Quelques jours après cet affrontement, il est reçu au Tchad sur invitation d’une ONG de confession musulmane.

**************

DES APPRECIATIONS DIVERGENT SUR LE TRAVAIL DES CASQUES BLEUS DE L’ONU EN CENTRAFRIQUE

 Des appréciations de certains banguissois sont divergentes sur le travail qu’effectuent les forces de l’ONU pour le maintien de la Paix en Centrafrique. Certains  apprécient la mission du maintien de la paix, d’autres estiment que beaucoup reste à faire. Leurs propos ont été recueillis en prélude à la journée internationale des casques bleus des Nations-Unies, célébrée le 29 mai de chaque année.

Severino Goupou au quartier Pétévo dans le 6ème arrondissement de Bangui, a apprécié le travail de la Minusca en Centrafrique dans le cadre de la restauration de la paix après les crises dans le pays,« la présence des casques bleus en RCA, est importante dans la mesure où ils ont apporté la stabilité dans le pays» a –t-il apprécié.

Un point partagé par un habitant du quartier Lakouanga, Théodora Olive Banda-Ketté qui pense que « la mission de la Minusca est une réussite, et c’est cette mission onusienne qui a permis l’organisation des élections dans le pays ».

D’autres habitants pensent que même si la situation sécuritaire s’est nettement améliorée, beaucoup reste à faire. « Il y a le désarmement qu’ils n’ont jamais fait et les forces non-conventionnelles circulent sous leurs yeux avec des armes et font du mal à la population. La restauration de l’autorité de l’Etat reste un défi et la protection des civiles et des humanitaires un handicap pour la réussite de leur mission », a dit un habitant de Bangui.

«Rendons hommage à nos héros », c’est le thème international de cette journée qui sera célébrée le 29 Mai 2016. Les festivités ont eu lieu ce 28 mai à Bangui. Dans sa résolution 57/129, l’Assemblée Générale des Nations-Unies a proclamé le 29 Mai, Journée Internationale des Casques bleus des Nations-Unies. Cette journée totalise aujourd’hui 60 ans.

Les casques bleus sont opérationnels en Centrafrique depuis le 15 septembre 2014.

*****************

65 MILLIARDS DE FCFA ACCORDES PAR LE FMI EN TERMES DE LA FACILITE ELARGIE DE CREDIT

Samir Jahjah, chef de division adjoint du département Afrique du Fonds Monétaire Internationale (FMI), a annoncé l’octroi de 65 milliards de FCFA à la Centrafrique, en termes de la facilité élargie de crédit. L’annonce a été faite ce vendredi 27 mai à Bangui lors de la conférence de presse conjointe entre son institution et le gouvernement centrafricain.

Cette facilité élargie de crédit est accordée à la RCA sur une période de trois ans et sous réserve d’approbation de la direction générale du FMI et de son Conseil d’Administration  qui se tiendra le mois de juillet prochain. Elle vise à améliorer le secteur de santé et de l’éducation.

Le FMI encourage par ailleurs, le gouvernement à revoir l’ensemble du système fiscal en vue d’engager la réforme fiscale tout en conciliant une discipline budgétaire durable, selon le communiqué de presse publié à la fin de la mission de 10 jours qu’a effectuée la délégation conduite par Samir Jahjah.

Samir Jahjah a déploré le faible taux de pression fiscale qui est de 7%, contrairement aux autres pays de la sous-région d’Afrique Centrale dont le taux de pression fiscale est de 19% « c’est un niveau extrêmement grave qui ne permet pas au gouvernement de payer le salaire », a-t-il précisé, tout en indiquant que le plus important pour le gouvernement c’est d’identifier les priorités à court termes et à moyens termes.

Le chef de division adjoint du département Afrique du FMI a déclaré que son institution pourra appuyer le niveau technique du pays pour pouvoir atteindre ses objectifs.

Pour le gouvernement centrafricain, cette annonce est une bouffée d’oxygène qui intervient à quelque mois de la table ronde de Bruxelles qu’il prépare en collaboration avec les partenaires bilatéraux et multilatéraux.

L’annonce du FMI intervient après l’octroi d’appui budgétaire de 9,2 milliards de la BEAC, ce 11 mai dernier au gouvernement Centrafrique.

**************

UN HOMME RETROUVE MORT AU QUARTIER OUHAM-PENDE A BOUAR

 Un jeune homme âgé de 35 ans a été retrouvé mort dans un jardin à 30 mètres de son domicile au quartier Ouham-Pende, situé dans le quatrième arrondissement de la ville de Bouar. La victime a été poignardée par des hommes non identifiés. L’acte a eu lieu dans la soirée du mercredi 25 Mai 2016.

Le grand frère du défunt, Bernard Sorambai, a témoigné les faits, « il jouait de la guitare dans un groupe de la chorale où il répète chaque après-midi. Bizarrement, il n’a pas quitté la maison tout l’après-midi du mercredi. C’était vers 18 heures qu’il était sorti pour ne plus revenir. Le matin, son corps a été retrouvé par les vendeurs de café », a-t-il relaté.

Le porte-parole du chef de ce quartier a qualifié cet acte de criminel, lequel acte peut fragiliser la cohésion sociale, « de tel comportement peut facilement fragiliser la cohésion sociale dans la ville de Bouar. Il est mieux que les auteurs soient traduits devant la justice », souhaite ce dernier.

La gendarmerie affirme avoir ouvert une enquête pour identifier les coupables afin qu’ils répondent de leurs actes devant la justice. La victime est père d’un enfant avec une femme.

Cet acte est le tout premier enregistré à Bouar depuis le début de l’année 2016.

*********

PROCESSUS DE LA REFONDATION DES FORCES ARMEES CENTRAFRICAINES EN MARCHE

Le Camp Kassaï dans le 7ème arrondissement de Bangui a accueilli ce vendredi 27 mai 2016, la cérémonie marquant la fin de la formation des sous-officiers, organisée par la Minusca en Centrafrique. Vingt-neuf sous-officiers de l’Ecole Nationale des Sous-Officiers d’Active ont reçu leur parchemin à la fin des assises pour marquer le début de la refondation des Forces Armées Centrafricaines (FACA).

L’objectif de ce recyclage des sous-officiers de Forces Armées Centrafricaines (FACA), selon Carole Baudoin, Cheffe de section de réforme du secteur de sécurité à la Minusca, est de refonder les FACA.  Pour elle, les contenus de la formation à l’endroit des Forces Armées Centrafricaines, « sont pédagogiques, et méthodologiques. Ce programme reste dans le cadre du mandat de la Minusca et du soutien à la réforme du secteur de la sécurité (RSS) ».

Jérôme Bouba, Directeur de cabinet au Ministère de la Défense nationale, souligne qu’après la crise, la refondation de l’armée centrafricaine doit commencer par la formation, « l’action à laquelle nous venons d’assister au camp Kassaï, fut notre leitmotive à la fin de cette crise. Notre objectif était de ramener les FACA et de remettre les pendules à l’heure, tout en passant par la formation. Car, de nos jours, le déploiement des FACA ne peut pas se concevoir sans la formation », a indiqué le directeur de cabinet.

C’est un changement pour le sergent Pierre Claver Binza, un des récipiendaires qui a subi cette formation organisée par la Minusca,« c’est un soulagement pour l’armée centrafricaine à la suite de la crise qu’a connue la RCA. Cette formation est un changement dans ma carrière » a-t-il lâché.

En Juillet 2015, 28 bâtiments de camp Kassaï ont été réhabilités, par le PNUD sur financement du Fonds de Consolidation de la Paix. Un appui qui vise à la restructuration et la réforme des Forces Armées Centrafricaines(FACA).

Des informations émanant de l’Opération Sangaris indiquent que le mardi 31 mai, l’armée centrafricaine recevra des matériels militaires pour soutenir son opérationnalisation.

**********

L’ACFPE PRESENTE LA CONVENTION-CADRE SIGNEE AVEC OFPPT POUR RELANCER LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Le Directeur Général de l’Agence Centrafricaine pour la Formation Professionnelle et de l’Emploi (ACFPE), Jean-Pierre Douzima a présenté jeudi dernier la convention cadre que sa structure a signé au Maroc avec l’Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail (OFPPT). L’objectif de cet accord, selon lui, est de reformer la formation professionnelle en Centrafrique.

Le Directeur Général de l’ACFPE, Jean-Pierre Douzima a indiqué que cet accord est signé lors d’une mission que le ministre de la fonction publique a effectuée au Maroc « nous avons signé cet accord au Maroc avec l’OFPPT après des échanges que nous avons eu avec l’autre partie. Il faut rappeler que du 11 au 12 mai,  le ministre de la fonction publique et de l’emploi a dirigé une mission conjointe sur la question au Maroc où nous avons eu des discussions sur le dossier » a-t-il fait savoir.

Cet accord, selon Jean-Pierre Douzima, va satisfaire les besoins en ressources humaines qualifiées, assurer le perfectionnement des salariés pour appuyer l’élan des entreprises. Il va faciliter aussi l’emploi des jeunes.

Il a précisé que cette coopération va permettre l’élaboration d’un programme de restructuration et de remise à niveau du système de la formation professionnelle centrafricaine.

Le directeur général a déploré le fait qu’aujourd’hui plusieurs centres de formation manquent d’équipement adaptés pour assurer une formation adéquate.

L’ACFPE et l’OFPPT sont en partenariat depuis 2007. Chaque année, ils signent une convention-cadre.

*************

L’ONG MEFP DEPLORE PLUSIEURS CAS DE VIOLENCE CONTRE LES PYGMEES A BAYANGA

Le juriste et représentant de l’ONG Maison de l’enfant et de la Femme Pygmées, Yvon Martial Amolet  a, dans une interview accordée au RJDH, fait état de plusieurs cas de violence exercés contre les pygmées de la localité. Il a estimé que les droits de ces minorités sont loin d’être respectés dans la région.

Yvon Martial Amolet dit avoir documenté plusieurs cas de violence contre les pygmées de Bayanga « les pygmées subissent ici de nombreux cas de violation de droit de l’homme. Ils sont utilisés comme des outils. Aussi, les pygmées sont torturés, marginalisés voire violés » a-t-il expliqué.

Le juriste de l’ONG MEFP dit avoir enregistré dernièrement deux cas de violence sexuelle sur des filles pygmées «  ces derniers jours, nous avons enregistré des cas de viols sexuels sur deux mineures. Trois personnes ont violé une petite fille de 12 ans.  Ensuite, une autre fille de 13 ans a été violée par un militaire  qui l’a menacée avec son arme » a-t-il déploré. Il a été difficile pour le RJDH d’identifier les présumés auteurs de ces deux cas de viols.

Yvon Martial Amolet pense qu’il faut une mobilisation générale pour permettre à ces pygmées de retrouver leur dignité « je pense que les pygmées ont les mêmes droits que tous les autres Centrafricains. Aujourd’hui, ces droits ne leur sont pas reconnus, c’est le constat que nous faisons tous aujourd’hui. Il faut pour cela, la mobilisation du gouvernement, des ONG et de la communauté internationale pour faire respecter les droits de ces derniers » a-t-il souhaité.

Les droits des peuples autochtones sont bafoués alors que la République Centrafricaine est signataire de la convention 169 de l’Organisation Internationale du Travail qui consacre les droits des peuples autochtones.

*******

23 REQUETES DEPOSEES A LA COUR CONSTITUTIONNELLE DE TRANSITION APRES LES LEGISLATIVES PARTIELLES DE MI-MAI

La Cour Constitutionnelle de Transition a enregistré vingt requêtes relatives aux législatives partielles organisées dans dix circonscriptions électorales. Selon des sources proches, ces requêtes sont en traitement.

Selon une source à la cour, huit circonscriptions sont concernées par ces requêtes «  il s’agit des circonscriptions de Bimbo 1, de Sibut, de la 3èmecirconscription du 5ème  arrondissement, la 3èmecirconscription du 3ème arrondissement de Bangui, Kaga-Bandoro2, Yppi 1, Bangassou 1 et Bossangoa 3 » a cité la source.

La même source a confié que la majorité des vingt trois requêtes font état de fraudes massives décelées lors des opérations « la plus part des vingt trois requêtes font état de fraudes massives lors du vote. Des cas de confiscation des urnes ont été signalés par exemple à Bimbo…mais ces requêtes sont remises aux conseillers pour traitement comme le veut la loi » a-t-elle précisé.

L’Autorité Nationale des Elections a annoncé les résultats bruts de ces législatives partielles depuis le 21 mai dernier. Selon ces résultats, les élections sont remportées dès le 1er tour dans deux circonscriptions et un second tour est prévu dans les huit autres.

La Cour Constitutionnelle de transition est tenue de proclamer les résultats définitifs d’ici le 05 juin prochain.

 

***** RJDH *****

 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :