Skip to content

LES ELEVES DE 3EME ET TERMINALE DOIVENT S’EN PRENDRE A EUX-MEMES, ET NON AUX RESPONSABLES DE LA D.E.C  

juin 17, 2016

 

La Direction des Examens et Concours (DEC), est l’organe en charge d’organiser et de veiller à la bonne marche des examens, du début à la fin. Elle est neutre, impartiale, à l’endroit des élèves et leurs parents,, ainsi que les enseignants. Malheureusement que certains élèves « tintins », qui n’ont rien dans la tête, ont déversé leur colère sur les responsables de la Direction des Examens et Concours, en les accusant d’être à l’origine de leurs échecs aux examens du Brevet de collège (BC). C’était le cas des élèves du Lycée des Martyrs qui ont farouchement manifesté pour contester les résultats du BC qui venaient d’être proclamés ce mardi 14 juin 2016 dans le centre du lycée Barthelemy Boganda. La cause principale de cette manifestation demeure le faible pourcentage de réussite des élèves dudit établissement aux examens de BC. Selon les informations que nous avons recueillies auprès de certains élèves, seulement quinze (15) candidats au BC, ont été déclarés admis. Où est la part de la DEC dans cette affaire ? Est-ce que ce sont les responsables de la DEC qui ont composé à la place des élèves ? Les sujets proposés ne reflètent-ils pas le programme établi ? A qui la faute finalement ? Chaque candidat malheureux au BC doit s’en prendre à lui-même que d’agir comme des milles et un (1001) diables à l’endroit des responsables de la DEC.

C’est une leçon très claire que les élèves de la classe de terminale, qui vont bientôt se lancer dans cette compétition doivent tirer. Nous avions assisté à ce genre de comportement de la part des élèves de terminale de différents établissements de Bangui, durant les deux (2) années précédentes. Sous le régime de Djotodia, certains candidats malheureux au baccalauréat se sont levés, pour protester contre les résultats. Il en était de même sous le régime de la transition avec Catherine Samba-Panza. Cela se poursuit aujourd’hui avec le régime de Touadéra. Finalement, c’est une nouvelle culture que les élèves et notamment ceux de la classe de 3ème et terminale développent. Désormais, nous savons qui est qui, et qui fait réellement quoi le jour des examens. L’expérience a démontré que bon nombre de candidats déclarés admis aux différents examens de fin d’année, se lancent souvent dans des pratiques mafieuses pour acheter les notes ou compter sur leurs parents, afin de réussir. Une fois ces diplômes obtenus, ils ne valent absolument rien sur le terrain. Cela est aussi valable pour les étudiants de l’université de Bangui. Certains étudiants se vantent des diplômes de master 1, 2 alors qu’ils ne valent rien sur le terrain. La principale raison demeure l’achat des notes pendant les examens. Conséquence, baisse de niveau dans tous les domaines de la vie éducative, conduisant le système éducatif centrafricain à l’enfer. La politique de l’homme qu’il faut, à la place qu’il faut doit être instaurée dans les établissements primaires, secondaires et universitaires.

Bon vent aux heureux gagnants.

Bénistant MBALLA 

 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :