Skip to content

MAIRIE DE BANGUI : 63 CADRES ET AGENTS IMPLIQUES DANS LE DETOURNEMENT DE 48.006.598 FCFA

juin 20, 2016

Soixante trois (63) cadres et agents de la Mairie de Bangui sont sommés de justifier la somme de quarante huit millions six mille cinq cent quatre vingt-dix huit francs (48.006.598 F) CFA qu’ils ont perçue et dépensée, sous peine d’être mis en débet.
Dans une note d’information émanant de la Mairie de Bangui, précisément de la Délégation du Contrôle Financier, N°29/MB/DCF/16 et affichée au babilaire, signée par le contrôleur financier, il est mentionné ce qui suit : « suite au contrôle de conformité effectué sur les pièces de l’exercice 2015, les cadres et agents municipaux ci-dessous cités, ont perçu et effectué des dépenses à hauteur de quarante huit millions six mille cinq cent quatre vingt-dix huit francs(48.006.598F) CFA, dont ils n’ont pas produit les pièces justificatives. Ceci est contraire aux dispositions de l’article 125 du décret N°07.193 du 12 juillet 2007 portant Règlement Général sur la comptabilité publique en RCA.
Le contrôleur financier de la mairie de Bangui demande aux concernés de produire les pièces justificatives dans un délai de trois (3) jours ouvrables, à compter du jeudi 16 juin 2016.
En cas de non production des pièces justificatives et du dépassement de ce délai, les concernés seront mis en débet à concurrence de leurs montants ».
C’est pour autant dire que le nouveau Président de la Délégation Spéciale de la ville de Bangui, Emile-Gros-Raymond Nakombo, veut coûte que coûte voir claire dans la gestion financière de cette municipalité de la capitale, qu’il vient d’hériter de sa prédécesseur, Hyacinthe Wodobodé, très critiquée dans sa gestion des affaires communales. Et ce, sous le régime transitionnel de la présidente Catherine Samba-Panza. En agissant de la sorte, Emile-Gros-Raymond Nakombo s’inscrit dans la logique du président de la République, chef de l’Etat, professeur Faustin-Archange Touadéra, qui, dès son investiture le 30 mars 2016, avait prôné la rupture avec les vieilles pratiques politiques du pays laissées par ses prédécesseurs. C’est un bon exemple à suivre par les autres nouvelles institutions démocratiques de la République. Car, nécessité oblige de faire l’audit de toutes les institutions de la transition. Et ce, pour mettre fin aux détournements des deniers publics et autres malversations financières, afin de lutter efficacement contre l’impunité en RCA.
Seulement, nous n’avions pas pu relever les noms de ces soixante trois (63) cadres et agents municipaux concernés, ainsi que les montants d’argent inscrits devant leurs noms, car étant harcelé par certains agents et cadres municipaux présents. C’était aux environs de 15 heures en allant vers 16 heures. Or, la Mairie de Bangui, à l’instar des grands services publics, est un lieu public ouvert et fréquentable par tous les usagers qui sont dans le besoin. Et surtout que cette note d’information a été publiquement affichée, et donc mise à la portée de tous, y compris la presse nationale et internationale.
Toutefois, c’est un dossier à suivre de près pour connaitre les tenants et les aboutissants.
Le Petit YEKOA

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :