Skip to content

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES

juin 21, 2016

CENTRAFRIQUE : UN CADRE DU FOOT BALL FEMININ SOUS LES VERROUS POUR COMPLICITE DE FAUX-BILLETS LORS DU MATCH RCA-MADAGASCAR

 Jean Marie Dickers Moudayen convoqué comme témoin dans l’affaire de faux billet lors du match RCA-Madagascar a été transféré, le 15 juin dernier à la prison centrale. L’information a été confirmée par la fédération centrafricaine de foot ball.

Cette arrestation intervient après celle d’un membre du comité exécutif de la Fédération Centrafricaine de Football. Tous sont accusés de falsification de billet banque. Pour mémoire, après le match RCA-Madagascar, dans le décompte des billets vendus, un millions de Fcfa a été retrouvé.

Un membre du bureau exécutif de la fédération estime que le parquet ait des preuves contre  Jean Marie Dickers Moudayen « peut-être que le procureur a d’autres preuves contre lui. Je sais qu’il était convoqué comme témoin, mais on l’a inculpé pour complicité d’usage de faux » confirme-t-il.

Selon les informations RJDH, Jean Marie Dickers Moudayen, président de la commission centrale du football féminin  au sein de la Fédération Centrafricaine de Football, était aussi dans l’équipe de vente de billet d’entrée lors de ce match.

De sources proches du parquet, d’autres présumés auteurs pourraient être arrêtés « l’enquête se poursuit, d’autres personnes seront arrêtées dans les jours à venir » a confié une source proche du parquet.

La procédure a été lancée depuis avril dernier. En mai, le procureur de la République, Ghislain Gresenguet avait présenté à la presse des coupures de 10.000Frs falsifiés, attachés dans un sac plastique.

 

***********

LES GENDARMES DESARMES PAR DES MILICIENS A BOGANGOLO, RETROUVENT LEURS ARMES

Les jeunes auto-défenses de Bogangolo ont restitués aux gendarmes les armes qu’ils leurs avaient prises. C’est le compromis obtenu à l’issue d’une réunion convoquée par les autorités administratives de la ville.

La décision relative à la restitution des armes aux gendarmes a été prise lors d’une réunion de crise convoquée par les autorités de Bogangolo et Damara. Selon les informations RJDH, les leaders communautaires et les autorités locales ont demandé la restitution des armes aux gendarmes.

La sous-préfète de Damara, Géneviève Shoure Gbadin a confié au RJDH que les autorités de Bogangolo ont repris leur poste à l’issue de la réunion « nous avons pu ramener le sous-préfet et le commandant de brigade. Les armes récupérées sur les gendarmes, ont été restituées par les jeunes » a-t-elle expliqué.

Les gendarmes de Bogangolo ont été désarmés le 14 juin dernier en réaction à l’arrestation d’un Antibalaka de Damara par les éléments de la gendarmerie.

 

**********

LA POPULATION DE NGAOUNDAYE ENTERRE SES MORTS APRES LE RETRAIT DES EX-SELEKA

La population de Ngaoundaye enterre ses morts après le retrait des combattants de l’ex-Séléka qui ont attaqué la ville le mercredi dernier. Cette information a été confirmée par le député de la localité et plusieurs sources indépendantes.

Selon le député de Ngaoundaye, Bernard Dillay cinq corps ont été retrouvé ce matin dans la ville « chaque jour, les habitants retrouvent des corps dans les coins de la ville. Ce matin, cinq corps ont été retrouvés et enterrés » a-t-il expliqué. Une source religieuse parle d’une dizaine de personnes tuées lors de l’attaque de l’ex-Séléka « il y a déjà plus de dix corps retrouvés et enterrés par la population. Je pense que le bilan est plus lourds que cela car des personnes sont portées disparues jusque-là » confie cette source l’anonymat.

Selon les informations RJDH, les ex-Séléka se sont retirés de la ville. Ils se seraient repositionnés à 40km de Ngaounadye où ils auraient promis revenir pour installer leur base dans la localité. Une source indépendante a signalé la présence des éléments de la Minusca dans la ville « il y a déjà la présence des soldats de l’ONU dans la ville même si l’effectif est dérisoire. Nous savons que certains casques bleus sécurisent l’église catholique de la ville et d’autres protègent le site des déplacés » a-t-elle expliqué.

Depuis l’attaque de la ville de Ngouandaye par les combattants de l’ex-Séléka ni la Minusca ni le gouvernement n’ont réagi. De sources concordantes, les activités sont restées paralysées malgré le retrait de ces combattants et la population vit dans la peur d’une nouvelle attaque.

*****************

 LES TRAUMATISMES CHEZ DES ENFANTS DU 5EME ARRONDISSEMENT TRAITES PAR L’ONG OPID

Plus de mille enfants traumatisés par la crise ont été traités pendant trois mois par l’Organisation pour la Promotion des Initiatives pour le Développement Durable (OPID). Les activités ont pris fin le jeudi 16 juin au quartier Yassara, dans le 5ème  arrondissement de Bangui, à l’occasion de la journée de l’enfant africain.

Ces enfants ont à l’occasion, composé et exécuté des chansons, produit des pièces de théâtre, récité des poèmes axés sur la paix, l’amour, l’unité et les droit des enfants.

Selon Patrick Zacko, président de l’ONG OPID, cette formation est faite suite au constat qui a relevé que le traumatisme a pris une proportion inquiétante chez les enfants après la crise « les enfants ont adopté des comportements. Ils présentaient, selon nos enquêtes, plusieurs aspects de traumatisme. C’est pour cela que nous avons décidé de les encadrer pour qu’ils sortent de cette situation » a-t-il justifié.

Le traitement du traumatisme s’est fait, selon le président à travers l’écoute et l’observation des enfants « c’est à partir de l’observation que nous avons descellé les causes sur lesquelles nous avons travaillé pour créer les conditions afin que ces enfants sortent des traumatismes » a expliqué ce dernier. L’âge de ces enfants, selon le président de l’OPID varie de 7 à 16 ans.

L’apport de cette ONG est salué par Etienne Ngaka, chef de quartier Yassara« les activités réalisées par cette ONG sont à saluer parce que les résultats sont palpables ». Le notable a reconnu que de nombreux enfants de son secteur sont traumatisés par la dernière crise « dans mon secteur, la crise a laissé beaucoup de traumatisme chez les enfants ».

Le chef de quartier Yassara suggère l’élargissement de cette activité à d’autres villes de la RCA.

 

**********

LES OPERATIONS DE RECENSEMENT DES EX-COMBATTANTS, ORGANISEES POUR LA SECONDE FOIS A BOY RABE

Les Antibalaka de Boy Rabe ont été recensés le 13 juin dernier dans le cadre du projet de réduction de violence communautaire. Ces derniers seront formés dans divers domaines d’activités.

Ces opérations consistent à l’enregistrement et au profilage des Antibalaka du 4ème notamment ceux de Boy  Rabe réunis sur le site de Quarting. Ce deuxième passage est organisé à Boy Rabe pour, selon les initiateurs, donner la chance aux combattants retardataires de s’enregistrer. Plusieurs Antibalka se sont présentés pour l’enregistrement.

Landry Feizouré, un Antibalaka du 4ème arrondissement de Bangui enregistré dans le cadre de ce projet, se dit rassuré par ce projet qui va lui permettre de reprendre la vie normale « je suis très content et rassuré par ce projet qui va m’aider à lancer des activités afin de reprendre ma vie d’avant » a-t-il expliqué.

Selon Judicaël Moganazoum Orofé, secrétaire général de la coordination des Antibalaka, quelques combattants sont mécontents « il ya des éléments dont les noms ne sont pas sortis. Ceux-là sont mécontents mais nous essayons avec les organisateurs de trouver des solutions à cette situation » confie-t-il.

Plusieurs activités et métiers sont soumis au choix des retenus. Il s’agit entre autres de la menuiserie, la mécanique, l’élevage, la pisciculture, l’agriculture, la maçonnerie et l’informatique.

Les opérations d’enregistrement des ex-combattants dans le cadre de ce projet ont commencé depuis le 25 avril 2016. Elles ont touché les quartiers combattant et Boeing dans le 8ème arrondissement de Bangui, Bimbo et le village Sékia à la périphérie de Bangui.

Pour l’heure, aucune date n’est fixée pour l’enregistrement des ex-combattants au KM5 et dans les camps militaires où sont casernés des ex éléments Séléka à Bangui. Selon les informations du RJDH, 2000 ex-combattants dont 10% de femmes sont déjà enregistrés dans le cadre de ce projet. Pour la semaine qui s’écoule 257 éléments ont été enregistrés.

 

**************

LES DEPLACES DU MONT CARMEL APPELLENT LE GOUVERNEMENT A FACILITER LEUR RETOUR

Les déplacés du site de Mont Carmel dans la commune de Bimbo ont appelé le gouvernement à créer les conditions pour leur retour à domicile. Ils l’ont exprimé lors de la célébration en différée ce matin de la journée mondiale des Réfugiés et des Déplacés internes.

C’est à travers des productions artistiques et musicales que ces déplacés ont appelé à leur retour. Robert Bia, président dudit site, a indiqué que les déplacés n’attendent que des mesures d’accompagnement pour rentrer « à cause des difficultés que nous avons ici, tout le monde désire rentrer mais, ce sont les moyens qui nous manquent. C’est pourquoi, à travers nos productions, nous appelons les autorités et les ONG à créer les conditions du retour de ces déplacés » explique-t-il.

Ce dernier est revenu sur leurs difficultés en ces termes « auparavant, nos conditions étaient acceptables grace aux ONG mais depuis un certain temps, nous sommes abandonnés et la vie est devenue très difficile. Les vivres sont rares et les conditions d’hygiène inacceptable ».

Le supérieur du  Carmel de Bimbo, père Mesmin Dingbedi reconnait la volonté des autorités de faciliter le retour des déplacés mais pour lui, il faut aller au concret « il y a des réunions pour créer les conditions du retour des déplacés mais jusque-là, ce sont des théories, il faut aller à la pratique » souhaite ce religieux.

Le site de mont Carmel a été ciblé pour le nombre de déplacés qui s’y trouvent «  nous avons ciblé le site de Mont Carmel pour la première journée parce qu’il y’a entre 4000 et 5000 déplacés ici ». Pour lui, cette activité est organisée pour passer des messages clés liés aux questions d’hygiène ».

Cette activité est organisée par l’ONG OXFAM et APSUD. Elle se poursuivra dans les autres sites de déplacés que compte la capitale centrafricaine.

 

************

CENTRAFRIQUE : LE CONTINGENT CONGOLAIS DE LA MINUSCA DECORE A BERBERATI APRES ONZE MOIS DE TRAVAIL

Sept cent cinquante casques bleus du deuxième bataillon congolais de la MINUSCA, basés à  Berberati  ont reçu le 16 juin dernier des médailles de reconnaissance pour les services rendus au sein des  Nations- Unies à Berberati.

Ce contingent opère depuis onze mois dans la Lobaye, la Sangha Mbaéré et la Mambéré Kadei. Selon le colonel Pierre Mboka, commandant de ce bataillon, cette décoration intervient après un travail de grande envergure fait dans trois préfecture «notre mission est de protéger la population civile, d’asseoir l’autorité de l’Etat, d’accompagner le peuple centrafricain dans le processus électoral. C’est ce que ces soldats ont fait avec abnégation, courage et exemplarité, ce qui justifie aujourd’hui cette décoration » explique-t-il.

Mme Diane Corneille, Adjointe du représentant Spécial du Secrétaire Générale  des Nations-Unies a félicité ces soldats de leur travail. Pour elle, ce contingent mérite ces médailles qui sonnent comme une reconnaissance des Nations-Unies à leur égard « nous sommes reconnaissant de votre service. Nous sommes fiers de l’accomplissement  de votre mandat au sein des Nations-Unis, fiers de votre efficacité dans la protection de la population civile. Ces médailles sont notre reconnaissance » souligne-t-elle.

Mme Diane Corneille a attiré l’attention de ces soldats sur les abus sexuels reprochés à plusieurs contingents.

 

*********

UNE CENTAINE D’EX-COMBATTANTS FORMES EN VUE DE LEUR REINSERTION PROFESSIONNELLE

Cent un adolescents sortis des groupes armés sont en formation en vue de leur réinsertion socioprofessionnelle. C’est une initiative de l’ONG Union des Techniciens en Faveur des Jeunes Désœuvrés (UTEFAJEDE), basée dans le 6ème arrondissement en partenariat avec l’ONG Plan International.

Réinsérer professionnellement ces jeunes sortis des groupes armés, c’est l’objectif de cette formation. La couture, la menuiserie, la pâtisserie, le commerce et la saponification sont les domaines d’activités soumis au choix de ces ex-combattants.

Selon Jacques Kachuka chef de projet à Plan international, ce projet est mis en œuvre pour soutenir les enfants associés aux groupes armés après leur sortie des rangs « il est question à travers cette formation de donner l’occasion à ces enfants d’avoir un métier. Ce volet concerne ceux dont l’âge ne permet plus de reprendre le chemin de l’école. Il ya aussi une formation pour ceux qui peuvent retourner dans le système éducatif normal » a expliqué le chef de projet.

Ce projetn selon la même source comprend deux parties, « en dehors de la formation amorcée, la deuxième phase du projet vise le soutien aux écoles. Nous avons soixante écoles au niveau de Bangui que nous allons réhabiliter. Nous allons équiper certaines écoles en table-bancs, former les enseignants, les maitres et maitres formateurs. Nous allons donner des kits scolaires pour chaque enfant à la rentrée scolaire. Tout cela, nous devons le faire dans un délai de six moi » a confié ce dernier.

Philippe Bida-Gredibert président de l’ONG UTEFAJEDE salue cette  initiative et promet l’accompagnement de ces jeunes après la formation « ces enfants, nous allons les former, et nous allons voir comment les accompagner dans leur insertion pour qu’ils deviennent responsables dans leur communauté respective » a-t-il promis.

Ces enfants viennent de tous les arrondissements de Bangui.  Le coût de ce projet s’élève à plus de 2 millions de dollars. Le projet va durer une année.

 

*****RJDH*****

 

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :