Skip to content

ENERCA DANS LA TOURMENTE AVEC UN DIRECTEUR GENERAL INCOMPETENT : FATIMA, NGARAGBA, COMBATTANT DANS LES TENEBRES

juin 21, 2016

 

Trois (3) transformateurs sont hors d’usage : le quartier Fatima dans le 6ème Arrondissement, depuis deux (2) semaines, est plongée dans le noir absolu. Ngaragba dans le 7ème Arrondissement renoue avec les ténèbres, enfin Combattant dans le 8ème arrondissement, se range dans l’obscurité absolue. L’ENERCA est dans la tournante et ne sait à quel saint se vouer. Le Directeur général est perdu, car les transformateurs coûtent très chers. Un transformateur vaut environ trente cinq millions de francs(35.000.000F) CFA.

Or, l’ENERCA avait de l’argent en DTA à la banque, œuvre du précédent directeur général. Malheureusement, cette manne financière a été gâchée. Cet argent a été utilisé pour acheter des véhicules qui coûtent excessivement chers à la CFAO-Centrafrique. Ce qui illustre d’un manque de vision du Directeur général. Les véhicules sont utiles certes, mais ne produisent pas. Les transformateurs quant à eux font partie du circuit de production d’électricité. Il faut produire pour vendre à la clientèle. A quoi servent ces véhicules devant la mort subite successive de trois (3) transformateurs ? L’ENERCA est entrée dans l’œil du cyclone.

L’ENERCA n’a pas besoin d’un économiste, d’un financier ou d’un gestionnaire comme Directeur général. Il y a un service financier et un service commercial qui sont largement suffisants. C’est un technicien, un ingénieur en mécanique industrielle qu’il faut pour veiller sur la production d’électricité. C’est l’« homme qu’il faut à la place qu’il faut ». Cependant, l’ENERCA est empêtrée dans Boali 2 pour renouveler certaines installations vétustes. La colère gagne les rangs de la population qui attend, attend et attend, mais rien ne change, rien ne vient, c’est la nuit noire. Il faut repenser l’ENERCA dans tous ses compartiments, soit faire appel aux ingénieurs qui s’y connaissent. L’ancien Directeur général, monsieur Tozoui, paix à son âme, était un technicien. Il a battu le record de longévité à la Direction Générale de l’ENERCA. Madame Elisabeth Kofio est partie de l’Enerca en laissant la caisse pleine. Et pourtant, « on ne change pas une équipe qui gagne ». Aujourd’hui, l’ENERCA est totalement embourbée dans une avalanche d’explosion des transformateurs.

Pour sauver l’ENERCA, il faut un technicien à la hauteur des enjeux et des défis. L’ENERCA se meurt à petit feu. Ce ne sont pas des cadres techniques qui manquent. Un Directeur Général qui n’a pas une vision lointaine des problèmes de l’ENERCA, se casse rapidement le nez et c’est ce que nous observons à l’heure actuelle. Les transformateurs sont du domaine technique. Il faut des actions musclées pour désengorger les transformateurs, leur permettant de fonctionner. C’est un technicien qui doit de temps en temps déclencher de telles opérations pour protéger les installations. La production est vitale et très importante pour la survie de l’ENERCA. Il faut produire avant d’engranger l’argent. Quand les transformateurs sont hors d’usage, c’est l’apocalypse à l’ENERCA. Que le gouvernement se penche très rapidement dans le sort de l’ENERCA presque dans le coma.

Julien BELA         

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :