Skip to content

DE NGAOUNDAYE A BATANGAFO, EN PASSANT PAR LE KM5 : LA NECESSITE DE PROCEDER AU DESARMEMENT FORCE DES GROUPES ARMES RECALCITRANTS S’IMPOSE

juin 22, 2016

Les textes sont clairs, à moins que les Centrafricains n’ont jamais mis pieds à l’école pour comprendre et saisir leur sens. Les résolutions 2149 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies donnent un mandat précis aux forces internationales, et notamment à la Minusca de procéder au désarmement forcé des groupes armés récalcitrants, en cas de résistance. Mais depuis que les choses sérieuses ont commencé avec la réussite des élections, et l’installation à la tête du pays de nouvelles autorités démocratiquement élues, certains leaders des ex-Séléka, et leurs éléments récalcitrants cherchent par voies et moyens à remettre le couteau dans la plaie.

C’est le cas la semaine dernière, dans la ville de Ngaoundaye où des peulhs armés, assimilés aux éléments du soi-disant général Alkhatim, venus de Kaga-Bandoro ont attaqué la population, faisant de nombreuses victimes. A Batangafo, un affrontement de deux (2) jours, opposant les ex-Séléka et les peulhs armés, a amené les populations civiles à regagner massivement les sites des déplacés. A Bangui, et précisément au Km5, les va-t-en-guerre ont failli replonger le pays dans le feu et le sang ce lundi 20 juin 2016. Tout se passe comme si l’Etat centrafricain a désormais deux (2) gouvernements qui dirigent l’ensemble du territoire, en présence même des forces internationales (Sangaris et Minusca).

Certains leaders des combattants Anti-Balaka étaient arrêtés et incarcérés. Mais jamais, il n’y a eu des revendications. Pourquoi les ex-combattants Séléka protestent toujours quand l’un de leurs éléments est arrêté par la gendarmerie ou la police ? Il y a certainement anguille sous roche. Les nouvelles autorités du pays viennent d’arriver dans une situation chaotique où l’armée nationale n’existe que de nom. Les Nations Unies qui sont en charge d’assurer la libre circulation des personnes et des biens voguent au gré du vent. A chaque attaque des groupes armés contre les civiles, c’est la débandade des Casques Bleus, abandonnant les populations civiles à leur triste sort. De Bambari à Kaga-Bandoro, en passant par Bouca, Batangafo, Kabo, pour arriver dans la préfecture de  l’Ouham-Pendé, les populations ont vu de toutes les couleurs l’hypocrisie et la manipulation des soldats onusiens face à l’attaque des groupes armés. Suite aux derniers évènements survenus au Km5, ce lundi 20 juin 2016, les populations Banguissoises n’ont pas mâché leur mot pour pointer du doigt accusateur les forces internationales d’être à l’origine de leur souffrance. Selon les populations : « ces forces internationales ne veulent plus que la crise termine en RCA, car ils on trouvé leur part de gâteau à travers les commerces illicites qu’elles développent. C’est pourquoi, elles nous manipulent à nous entretuer ». N’ont-elles pas raison de tenir un tel propos ? Seuls les responsables de la Minusca peuvent éclairer la lanterne du public centrafricain à ce sujet.

Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, les Centrafricains sont appelés à vivre le calvaire au quotidien, avec la peur au ventre. A la moindre chose, c’est le feu aux poudres, conduisant la population à reprendre massivement le chemin des « Ledger », en passant des nuits blanches sous la fraîcheur et la pluie. C’est le cas ce lundi dans le 3ème Arrondissement. Ces ennemis du peuple et de la République sont connus depuis la période de transition. Mais jamais, ils n’ont fait objet de poursuite judicaire. Profitant de cette occasion, ils veulent aujourd’hui exterminer l’ensemble du peuple centrafricain. Les responsables de la souffrance des Centrafricains sont désormais connus. Il s’agit des Nations-Unies à travers la Minusca, la France à travers l’Opération Sangaris et les ex-Séléka récalcitrants, qui ternissent l’image du pays.

 

Benistant MBALLA

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :