Skip to content

NAZAIRE GUENEFE-YALANGA, EX-PRESIDENT DE LA DELEGATION SPECIALE DE LA VILLE DE BANGUI, DONNE SA VERSION SUR LA GESTION DE CETTE MUNICIPALITE

juin 23, 2016

 

Nazaire Guénéfé-Yalanga, ex-Président de la Délégation Spéciale (PDS) de la ville de Bangui, s’est confié, cœur ouvert, à travers une interview accordée à certains médias de la place, dans son bureau sis à la Primature, le mardi  21 juin 2016, de 17 heures à 17 heures 40 minutes. Et ce, pour donner sa version sur la gestion de la municipalité de Bangui. D’entrée de jeu, Nazaire Guénéfé-Yalanga a fait savoir qu’il est actuellement Chargé de Mission au Contrôle Général des Entreprises, Offices Publics et Parapublics, Chargé de la Réforme de ce secteur à la Primature, pour être précis.

Il a abordé au cours de cette interview, des questions entre autres, les attributions de la Mairie; les problèmes auxquels elle s’est confrontée, ses réalisations lors de son passage à la tête de cette municipalité ; et ses pistes de solutions.

A en croire Nazaire Guénéfé-Yalanga, « lors de mon passage à la tête de la Délégation Spéciale de la Ville de Bangui, j’ai pu mesurer l’ampleur de la noble mission du Maire ou de ce qu’il convient d’appeler le Président de la Délégation Spéciale. Les attributions de la Mairie sont essentiellement de donner un meilleur cadre de vie à ses concitoyens au travers des Services Publics. Il est important de mentionner que la Mairie a une compétence transversale avec certains départements ministériels, notamment les départements de l’Environnement, de la Santé, de l’Urbanisme, des Travaux Publics et même celui de l’Education Nationale, pour ne citer que ceux-là. Le problème réside dans l’absence de la collaboration et de la coordination des actions entre les différents acteurs. Je veux citer deux (2) exemples de faits : depuis la délocalisation des services de la voirie urbaine de la Mairie de Bangui, et transférés au ministère des Travaux Publics et de l’Urbanisation, il a été mis en place un fonds intitulé Fonds d’Aménagement et d’Equipement Urbain (FAEU), dont les ressources proviennent d’une ligne de la Structure des Prix des Produits Pétroliers pour permettre justement à la Mairie de pallier aux problèmes d’entretien urbain de la ville. L’organe de gestion de ce fonds est un conseil au sein duquel devrait siéger la commune comme membre. L’utilisation de ce fonds devrait faire l’objet d’une session au cours de laquelle la Mairie présente les besoins et programmes à mener dans l’année et à exécuter par cette entité. Un autre exemple est celui du FNE (Fonds National d’Environnement). Il est prévu qu’une partie des taxes collectées soient reversées à la Mairie pour sa politique en matière de l’environnement. Malheureusement, aucune volonté de la part de ce département pour résoudre ce problème. Je précise que, par rapport à ces deux (2) exemples cités ci-haut, j’avais eu en ce temps, et pris sur moi de rendre le climat cordial entre la Mairie et les autres institutions permettant ainsi d’asseoir un véritable débat aux fins de permettre à la Mairie de rentrer en possession des fonds qui lui sont dus, pour satisfaire véritablement les attentes nombreuses de sa population.

Il faut dire que la Mairie, si elle venait à retrouver toute sa plénitude d’actions, et les moyens adéquats de travail, serait une institution qui n’aura rien à envier aux autres. Aujourd’hui, la présidence de la Délégation Spéciale de la Ville de Bangui est un véritable sacerdoce, et il faudra des hommes et des femmes qui en veulent vraiment. Nous comptons sur la nouvelle législature pour faire aboutir la loi sur la Décentralisation, et permettre l’organisation des élections municipales en RCA.

Les communes de la RCA n’ont pas toutes les mêmes démographies, les mêmes richesses, les mêmes superficies, les mêmes reliefs géographiques etc. Par conséquent, chaque commune devra bâtir son développement conformément à ses réalités socio-économiques.

Aujourd’hui, le pays a retrouvé l’ordre constitutionnel suite aux élections qui ont désigné les nouvelles autorités. Je profite de l’occasion que vous m’offrez pour les féliciter. Le retour à l’ordre constitutionnel donc, est une très bonne chose puisque cela relève de la volonté du peuple tout entier. Maintenant, reste à consolider tous ces  acquis et aller de l’avant pour retrouver l’honneur perdu. Nous devrions arrêter cela et montrer que nous ne sommes pas un peuple attardé. Je vous remercie ».

 

Propos recueillis par le Petit YEKOA 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :