Skip to content

RCA : LE MANDAT DE LA MINUSCA EST VIDE DE SA SUBSTANCE, A CAUSE DE L’INACTION ET DE L’INCOMPETENCE DES CASQUES BLEUS

juin 24, 2016

 

Les Nations Unies, à travers la Minusca sont tombées plus bas que la terre. Où est la mission de la protection de la population civile, chantée sur tous les toits par la Minusca ? En effet, le mandat de la Minusca est vidée de sa substance, à cause de l’inaction et de l’incompétence des Casques Bleus. De Km5 à Bambari, en passant par Kaga-Bandoro, Bouca, Batangafo, Kabo, Paoua, Ngaoudaye, Bang, les groupes armés défient l’autorité de l’Etat, en présence des Casques Bleus de la Minusca et des militaires français de l’« Opération Sangaris ». Des têtes tombent  et continuent de tomber sous la barbe de la Minusca, malgré des élections démocratiques qui devraient sortir le peuple centrafricain du bourbier. La Minusca est pire qu’un démon, car elle ne fait que nous enfoncer le clou à travers des condamnations verbales qui ne reflètent pas son mandat. Il est impossible que cent onze milles (111000) soldats onusiens, avec tous les moyens nécessaires : hélicoptères de guerre, chars de guerre, véhicules blindés, armes de toutes les marques, n’arrivent plus à maitriser le climat sécuritaire, depuis plus de trois (3) ans. Anders Kampass a bien fait de démissionner de son poste, que d’être complice des actes criminels que les Nations Unies posent en RCA à travers leurs troupes.

Selon la représentante spéciale adjointe du Secrétaire de l’ONU, madame Diane Corner : « la Minusca est en Centrafrique pour restaurer la paix, la stabilité, l’autorité de l’Etat et l’Etat de droit. Elle continuera à soutenir les autorités centrafricaines dans le cadre de son mandat ». Farce, moquerie ou injure envers la population centrafricaine ? Ni la paix, ni la stabilité, encore moins  l’autorité de l’Etat, ne peuvent être restaurées, sans pour autant passer par la restauration de l’Etat de droit. L’Etat de droit, c’est la question de la justice qui est soulevée. Dans ce cas d’espèce, il faut traquer, arrêter et mettre à la disposition de la loi tous les fauteurs de trouble. Ce qui n’est pas le cas pour la Minusca. Aroune Gaye a mis la Minusca en déroute dans le 3ème Arrondissement de Bangui, précisément au Km5. Ce n’est plus Babacar Gaye, ni Parfait Anyanga-Onyanga qui nous démentiront. Depuis lors, la Minusca n’arrive plus à mettre la main sur ce criminel. Aujourd’hui encore, Aroun Gaye et le surnommé 50-50 continuent de défier sans cesse la Minusca au Km5. Est-il de cette manière que la minusca compte faire la paix, la stabilité, et restaurer l’autorité de l’Etat ? Parler de l’autorité de l’Etat, c’est quand le pouvoir est entre la main des autorités légitimes du pays, qui dirigent l’ensemble du territoire national. Est-ce le cas avec la situation actuelle du pays ? A Bangui et à l’intérieur du pays, les groupes armés se mettent au dessus de la loi et font à leur tête. Certains bâtiments de l’Etat réhabilités par la Minusca sont saccagés, pillés et incendiés en présence même de ces Casques Bleus. La restauration de l’autorité de l’Etat est une peine perdue, car le pouvoir de l’Etat est défié par les groupes armés.

Quant à la paix et à la stabilité, n’en parlons pas. La situation sécuritaire du pays n’a bougé d’un iota, depuis que la Minusca est opérationnelle. Des détonations d’armes sont entendues au quotidien, poussant les populations civiles à regagner massivement les sites des déplacés. Ce ne sont plus les populations des 3èmes et 5ème Arrondissements de la ville de Bangui, ni celles de Bouca qui nous prouveront le contraire. De quelle paix et de quelle stabilité la Minusca parle-t-elle ? Désormais, le goulot d’étranglement, c’est la Minusca. Même un paysan au fin fond d’un village peut témoigner de l’hypocrisie des Casques Bleus envers le peuple centrafricain. Comme l’a souligné si bien Anders  Kompass, « les Nations Unies ne rendent plus compte de ses activités ». Justement, c’est parce que les Nations Unies sont les complices des actes barbares et criminels, perpétrés tous les jours à l’endroit des Centrafricains. Les multiples cas de viols demeurent l’œuvre des Casques Bleus des Nations et des militaires français de l’Opération Sangaris. Voilà comment les grandes puissances du monde qui nous enseignent la démocratie et le respect des Droits de l’Homme, foulent aux pieds elles-mêmes la dignité humaine. Tôt ou tard, les Nations Unies à travers ses troupes seront un jour rattrapées par la justice. «  99 jours pour le voleur, 01 jour pour le propriétaire », dit-on.

 

Bénistant MBALLA

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :