Skip to content

FAUT-IL LAISSER LIBRE COURS AUX CRIMINELS DU KM5 DE PRENDRE EN OTAGE TOUT UN PEUPLE ?

juin 27, 2016

La crise centrafricaine a trop duré. Il est temps d’y mettre fin. Car c’est depuis plus de trois (3) ans que les Centrafricains errent d’un lieu à un autre, d’un site à un autre sans connaître de répit. La prise en otage de six (6) policiers par les drogués du Km5, le dimanche 19 juin 2016 a encore provoqué le déplacement massif des habitants des quartiers Fatima, Kpètènè, Kina et autres. Les sites des déplacés du Grand Séminaire Saint Marc de Bimbo, du mont Carmel et de Padré Pio ont fait encore leur plein. Alors que ces sites se vidaient progressivement. D’après des sources concordantes, la mosquée Ali Babolo est aussi remplie de nos compatriotes commerçants du Km5 qui ne veulent pas être confondus à ces drogués, ces criminels, ces assassins. Malgré tout, ces hors-la-loi les provoquent à tout moment. Face à ces exactions commises sur les populations civiles, les policiers et autres, faut-il laisser libre cours aux criminels du Km5 de prendre tout un peuple en otage depuis plus de trois (3) ans ?

Un centrafricain lambda dira que ces va-t-en-guerre ont débordé le vase. Il est inadmissible que, pendant que les autres cherchent des voies et moyens pour sortir de cette crise larvée, ils  persistent et signent dans des actes ignobles, odieux, inhumains qui n’honorent personne. Aujourd’hui, le marché du Km5 ne fonctionne plus. Les commerçants de ce secteur ne peuvent écouler leurs produits. Ceux qui s’y rendent pour s’approvisionner ne peuvent plus. Leurs concitoyens, vivant dans le 3ème arrondissement de la ville de Bangui et une partie du 5ème arrondissement ont du mal à mettre quelque chose sous la dent, puisque le marché est aussi pris en otage par ces derniers. Ces gens qui souffrent au Km5 ne sont-ils pas des Centrafricains ? Ceux qui s’approvisionnent dans ce secteur ont du mal à joindre les deux (2) bouts. Leurs économies vont bientôt tarir comme la mare. Qui les aidera à relancer leurs activités commerciales, une fois qu’ils tomberont en faillite ?

Les ministres de la Sécurité Publique et de la Défense Nationale doivent trouver des stratégies pour extirper du Km5, ces bandits de grand chemin qui appauvrissent les commerçants du Km5 et prennent en otage tout un peuple. Car d’après les informations dont nous disposons, ces commerçants avaient cotisé de l’argent et l’avaient remis à ces drogués pour que les policiers soient libérés afin que le marché du Km5 reprenne ses activités d’antan. Cette somme qui leur était remise serait inférieure au montant exigé. Cette source poursuit en disant que ces criminels ne veulent que de l’argent. Est-ce normal ? Dans l’une de nos parutions, nous avons évoqué ces faits. Peut-on continuer inlassablement à engraisser ces hors-la-loi sachant bien que cet argent leur permet d’acheter des armes ?

Que cette façon  de faire, d’agir cesse un jour. On ne peut vivre chaque jour avec des détonations d’armes lourdes et des crépitements de Kalachnikov à ne point finir. Le peuple centrafricain aspire aujourd’hui à la paix, rien que la paix. Le fait d’arrêter trois (3) ou quatre (4) compatriotes musulmans par les forces de sécurité intérieure ne peuvent déclencher un tsunami avec des conséquences humanitaires et commerciales incalculables. En tant que ministre de la Sécurité Publique, Jean-Serge Bokassa n’a-t-il pas le droit de donner des ordres aux policiers et gendarmes pour veiller strictement et contrôler tous ceux qui entrent et sortent du pays ? Si un sujet musulman ou non musulman est suspecté par les forces de l’ordre,  puis arrêté, il revient à sa famille de se présenter, soit à la gendarmerie ou à la police, soit au tribunal pour prouver qu’il est bel et bien  centrafricain et qu’on ne peut lui reprocher telle ou telle chose. Mais chaque fois qu’un compatriote musulman est arrêté, c’est par la force que les drogués du Km5 le retirent de la geôle. Cette situation qui perdure aujourd’hui en Centrafrique est intolérable.

C’est ainsi que, pour mettre fin à tous ces désordres qui se poursuivent au Km5, le peuple centrafricain souhaite que le marché du Km5 soit fermé pour quelques mois. Pour ce faire, le ministre du Commerce, celui de la  Sécurité Publique, de l’Administration du territoire et le maire de la ville de Bangui doivent trouver un espace libre, même au Centre-ville, pour abriter les commerçants du Km5 avec tous leurs articles. Ils doivent aussi être sécurisés par les forces internationales. En agissant ainsi, nous osons croire que nos compatriotes musulmans, commerçants du Km5 et leurs familles seront en paix et vaqueront librement à leurs activités commerciales. Les non musulmans qui ont l’habitude de se procurer des marchandises chez eux, iront à leur rencontre. Personne ne les touchera car ils ne sont rien dans les actes barbares perpétrés par ces drogués (Kpo mo sou).

Cette mesure étant prise, permettra au gouvernement de Sarandji de voir un peu plus clair dans tout ce qui se passe au Km5, car les policiers et les gendarmes centrafricains ne sont pas nombreux pour assurer la sécurité de tous les Centrafricains qui vont au Km5. C’est de cette manière que les criminels dudit secteur seront démasqués puisqu’ils se fondent parmi les commerçants. Ce faisant, nous osons croire qu’on ne laissera pas libre cours aux criminels du Km5 de prendre en otage tout un peuple. A bon entendeur, salut !

Nous saluons la libération des six (6) policiers par ces criminels. Mais nous demandons à ces derniers de ne plus se lancer dans de telles aventures qui risquent de leur coûter cher.

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA.

 

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :