Skip to content

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES

juillet 8, 2016

 

 

L’HOPITAL COMMUNAUTAIRE EPARGNE DU DELESTAGE SUITE A UN DON DE GENERATEUR FAIT PAR LE CICR

L’hôpital communautaire de Bangui a été doté en groupe électrogène par le Comité International de la Croix Rouge (CICR). Ce groupe, selon le directeur de cet hôpital va résoudre le problème d’électricité auquel sa structure est généralement confrontée.

Le générateur remis à l’hôpital communautaire a une capacité de 440 KVA. Il peut couvrir tous les services de l’hôpital « ce générateur est assez fort pour couvrir l’ensemble des services de l’hôpital » a expliqué Yves  Giebens, coordonnateur santé au CICR. Il a indiqué que de petits générateurs sont disponibles pour pallier tout problème qui pourrait survenir sur le grand générateur « le CICR a mis à la disposition de l’hôpital de petits générateurs qui pourraient être mis en marche dès qu’un problème survient sur le grand. Il s’agit là des mesures de prévention afin d’éviter toute surprise » a-t-il fait savoir.

Yves  Giebens a rassuré quant à la maintenance et l’approvisionnement du générateur en carburant « le CICR ne fait pas que donner un générateur car après il y a la maintenance. Aujourd’hui nous avons les pièces nécessaires pour intervenir en cas de panne. Aussi, le CICR fournit le carburant pour garder ce générateur en marche » affirme le coordonnateur santé du CICR.

Le don du CICR pour docteur Joachin Paterne Tembéti, directeur de l’hôpital communautaire vient à point nommé soulager sa structure qui avait des problèmes d’électricité « on avait des problèmes d’électricité mais avec cet appui, je pense que la question est réglée puisqu’en plus de ce grand générateur, le CICR a mis à notre disposition de petits générateurs qui relient les différents services sensibles de l’hôpital, donc bien que le risque zéro n’existe pas, je peux affirmer que le mal est passé » a-t-il précisé.

Le directeur de l’hôpital communautaire se dit rassuré par le suivi que le CICR fait après la remise de ce don « je suis d’autant plus soulagé aujourd’hui par l’appui que le CICR apporte pour la maintenance du groupe électrogène et surtout son approvisionnement en carburant. Je suis fier de ce geste qui est orienté vers tous ceux qui viennent se soigner à l’hôpital communautaire. Au nom du gouvernement, de l’hôpital et surtout des malades, je remercie le CICR pour cet appui multiforme qui soulage tout le monde ici » explique le docteur Joachin Paterne Tembéti.

Les malades et leurs parents rencontrés à l’hôpital communautaire se disent soulagés par ce geste qui pour eux va permettre de sauver des vies au sein de cette structure « aujourd’hui, nous sommes épargnés des délestages à cause du générateur remis par le CICR que je remercie pour son geste envers nous les malades qui sommes admis ici. Cette aide va permettre de sauver des Centrafricains car la coupure d’électricité peut couter la vie à des malades qui sont en bloc opératoire. Je pense que désormais, ces cas n’arriveront plus »a confié Max, un des malades qui a accepté de témoigner.

L’hôpital communautaire de Bangui inaugurée en 1991 est l’une des structures sanitaires de référence en Centrafrique. Il accueille des milliers de malades chaque année. Cette structure est en proie au problème d’électricité depuis plusieurs années. Depuis 2013 cet hôpital est soutenu par le CICR qui lui apporte l’aide matérielle et technique.

***************

 

DES FEMMES DE LA COMMUNE DE FOH SE MOBILISENT POUR LUTTER CONTRE LE MARIAGE PRECOCE

Les femmes de la commune de Foh dans la sous-préfecture de Baboua se mobilisent pour mener une lutte contre le mariage précoce des jeunes filles dans la localité. Hortense Kangabe, présidente locale de l’OFCA confirme que dans cette région, la plupart des jeunes sont enlevées de l’école dès l’âge de 12 ans pour être données en mariage.

Hortense Kangabe, présidente locale de l’OFCA déplore la pratique du mariage précoce, « parmi ces filles précocement proposées en mariage, nombreuses vivent dans des conditions déplorables, et finissement toujours par divorcer » a-t-elle regretté avant d’expliquer que, « cette triste réalité est inscrite à l’ordre du jour de leur réunion mensuelle pour permettre l’émancipation et l’émergence des jeunes filles de la commune ».

D’après elle, le mariage précoce entraîne souvent des conséquences néfastes comme l’analphabétisme, le non accès à l’emploi et la méconnaissance de l’entretien corporel et de certaines activités génératrices de revenu. Il y a aussi risque de sanitaire notamment des grossesses prématurées, qui élèvent les taux de mortalité maternelle et infantile. Par ailleurs, les adolescentes sont plus vulnérables aux infections sexuellement transmissibles, y compris le VIH/SIDA

Bertrand Barbou, 2ème adjoint au maire de la commune exhorte les parents à ne pas donner précocement en mariage leurs filles, qui d’ailleurs doivent d’abord aller à l’école.

Quant à Samuel Dokté directeur de l’école de Foh, la scolarisation, reste un chemin incontournable pour l’émergence des jeunes filles de cette  commune,« je souhaite une réelle contribution communautaire et celle du gouvernement pour améliorer leur niveau de vie ».

Loi no. 06.005 du 20 juin 2006, relative à la santé de reproduction stipule  à l’Art 11 que « (…) Le mariage doit être conclu avec le libre consentement des futurs conjoints ». Elle qualifie le mariage forcé à l’Art 29 d’un « acte qui porte atteinte aux droits de la santé sexuelle et reproductive et sont punis conformément à la législation en vigueur ».

*********

 

« LA REHABILITATION DE L’ICRA, UN MOYEN DE RELANCE DE L’ECONOMIE EN CENTRAFRIQUE » SELON SON DIRECTEUR GENERAL

La réhabilitation des bâtiments de l’Institut Centrafricain de la Recherche Agronomique (ICRA), entre dans le cadre de la relance de l’économie du pays à travers l’agriculture et de l’élevage. La cérémonie de la remise des bâtiments reconstruits a eu lieu le mardi 5 juillet au PK 10 dans la commune de Begoua.

Les activités de cette institution ont été paralysées suite à une vague de violences.  De nouveaux bâtiments ont été reconstruits sous le financement du ministère Allemand de coopération et remis au ministère de l’agriculture et du développement rural.

Hervé Francis Mokossessé, directeur général de l’ICRA, se dit satisfait de la remise officielle des bâtiments qui ont été reconstruits avec l’appui du fonds allemands, « nous suggérons que l’agriculture en Centrafrique soit compétitive. Pour cela, il est important que les semences de qualité, le sol soit fertilisé, afin d’avoir une productivité de quantité et de qualité », a-t-il relevé.

La recherche agronomique est la locomotive de l’agriculture selon le directeur général de l’ICRA, qui souligne ensuite que « le maintien de la fertilité du sol dépend des analyses dans un laboratoire approprié et équipé, afin que nous puissions nous affichés dans cette compétitivité des pays de la sous-région», a-t-il ajouté.

Les récurrentes violences ont été déplorées par le directeur général de l’ICRA avant d’inviter les notables à protéger ce bien, « le maire de Begoua a été saisi d’assurer sa responsabilité quant à ce qui concerne les édifices publiques, surement l’ICRA », a martelé Hervé Francis Mokossessé.

Les activités de l’ICRA ont été fragilisées suite à une vague de violences de 1993 à Lakouanga, 2003 et 2013 au Pk 10 dans la commune de Bégoua. La relance des activités de l’institut centrafricain de la recherche agronomique entre dans le cadre de la relance économique à travers l’agriculture et l’élevage.

 

***RJDH ***

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :