Skip to content

QU’ATTEND LA MINUSCA POUR METTRE EN EXECUTION LES MANDATS D’ARRET DELIVRES CONTRE CERTAINS TERRORISTES DU KM5 ?

juillet 8, 2016

La Minusca trouve toujours prétexte qu’il faut des mandats d’arrêt délivrés par les autorités centrafricaines, pour que sa machine soit mise en marche, afin de traquer les hors la loi, les bandits de grand chemin, bref, les ennemis du peuple et de la République, qui hantent le pays depuis plus de trois (3) ans. Or, des mandats d’arrêts délivrés par les autorités judiciaires centrafricaines, ont été remis à la Minusca depuis un certain temps, suite aux derniers évènements survenus dans le 3ème arrondissement de la ville de Bangui et notamment au Km5, qui ont failli balancer le pays dans le feu et le sang. Depuis que ces mandats d’arrêt ont été remis à la Minusca, c’est toujours le statu quo. Les extrémistes du Km5 sont libres comme du vent et circulent comme bon leur semble, en passant devant le siège même des Nations-Unies, pour se rendre au centre ville. Incroyable, mais pourtant vrai.

Selon Mohamed Fadoul, le responsable des groupes d’auto-défense du 3ème arrondissement : « l’autre jour, nous avons cité les noms de ces fauteurs de trouble du Km5 sur des banderoles. Nous avons marché jusqu’au siège des Nations-Unies et remettre un mémorandum, au responsable de la Minusca. Celui-ci nous a souligné qu’il faudrait des mandats d’arrêt délivrés par les autorités centrafricaines. C’est désormais chose faite. Mais nous ne savons pas pourquoi la Minusca ne met pas en exécution ces mandats d’arrêt … ». Le ministre de la Justice, Flavien Mbata a signifié clairement que des centaines de mandats d’arrêt ont été délivrés et remis à la Minusca pendant la transition. Mais depuis lors, ces criminels ne sont pas toujours arrêtés. Qu’attend affectivement la Minusca pour mettre en exécution ces mandats d’arrêt délivrés à l’encontre de ces va-t-en guerre qui prennent la population du 3ème arrondissement, les empêchant de vaquer librement à leurs activités commerciales ? Pourtant, ces criminels sont identifiés et connus de tous. Et ce n’est pas un secret de polichinelle, car les actes barbares qu’ils commettent se passent au su et au vu du peuple centrafricain en général, et de la Communauté internationale en particulier. Faut-il les laisser continuer dans ce sens ?

Selon les informations recueillies, le Km5 est divisé en deux pour le moment. Depuis le rond-point Koudoukou jusqu’à la mosquée centrale, ce sont les véritables musulmans centrafricains qui y résident. A partir de la mosquée centrale, en allant vers le croisement du 5ème arrondissement, c’est le camp des terroristes avec toute une armada impressionnante de guerre : douze sept (12-7), roquettes, AK pliante, grenades anti-char, et que savons-nous encore ? La cocaïne et autres drogues de tout genre sont consommés par ces malfrats, qui pour la moindre chose ont la gâchette très facile sur la population civile. Le dernier cas récent est celui qui s’est produit dans la nuit du lundi  04 juillet 2016 où pour une modique somme de quinze mille (15.000), une grenade anti-char fut dégoupillée et jetée, faisant deux (2) morts et dix sept (17) blessés parmi les drogués. Les véritables musulmans ont peur même de mettre pieds dans le camp des terroristes, craignant de voir leur sang coulé. Désormais, la ligne de démarcation est visible entre les musulmans centrafricains et les ennemis de la république. La Minusca ne peut se justifier car la résidence des pêcheurs en eau trouble du Km5 est connue. La dernière chose à faire est de procéder même par la force à l’arrestation de tous ceux qui sont visés par ces mandats d’arrêt. Le Km5 doit être définitivement libéré de la prise d’otage, pour permettre aux compatriotes musulmans de vaquer à leurs activités commerciales. Les regards sont fixés aujourd’hui vers la Minusca, seule force qui dispose de tous les moyens pour nous ramener la paix.

Dans le cas contraire, ce sera une révolution ouverte de la population contre les Nations-Unies, afin qu’elles quittent le territoire centrafricain. Nous avons choisi la voie des élections pour espérer à la paix, rien que la paix. Et les Nations-Unies ont vu comment certains compatriotes ont payé le pot cassé au moment des élections. Il est hors de question que des personnes malintentionnées et qui de surcroit ne sont pas des Centrafricains, puissent continuer de régner en maître absolu, paralysant la relance de l’économie du pays, basée sur la sécurité, la paix et la cohésion nationale.

 

Bénistant MBALLA 

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :