Skip to content

SELEKA : LE VIRUS DE LA DESTRUCTION SYSTEMATIQUE, REFAIT SURFACE A NGAKOBO (OUAKA), AVEC 04 MORTS ET PLUS DE 15 BLESSES PARMI LE PERSONNEL. Ô DIEU !

juillet 26, 2016

Les ex-Séléka ne cessent de se plaindre de la stigmatisation au sein de la population. Mais ils ne prennent jamais conscience des actes destructeurs qu’ils posent. Semer la mort gratuitement au sein d’une entité industrielle comme la Sucrerie Centrafricaine (SUCAF), dont le personnel n’a rien à voir dans la  crise, cela dépasse tout entendement humain. Peut-on qualifier ce genre de combattants d’êtres humains doués de raison et de bon sens ? La coalition Séléka avait en son temps pris le pouvoir alors qu’il y a un Etat organisé, avec quelques structures économiques. Les Séléka n’ont pas un palais, ils ont occupé l’unique Palais de la Renaissance, construit par d’autres. D’où vient cette culture de tout détruire dans le pays ? Les ruines de l’administration sont encore là. Les nouvelles autorités peinent à remettre les structures étatiques sur les rails, voilà que l’ex-Séléka s’illustre négativement, de manière bestiale digne de mauvais troglodytes.

Il y a une volonté affichée de nuire pour nuire aux intérêts de l’Etat centrafricain. Ce qui nous renvoie aux propos du Secrétaire d’Etat français en charge du Développement et de la Francophonie, dans le cadre du Fonds Bêkou. C’est un investissement de l’Union Européenne pour donner un peu d’oxygène à la RCA, en cette période post-conflit. En dix (10) mois d’exercice du pouvoir, l’ex-Séléka composée d’ignorants sans borne, pire excrément de l’enfer, s’est illustrée dans les tueries, les pillages, les braquages, les incendies des maisons et de villages entiers, les viols massifs, au point que les Centrafricains se demandent si ce sont réellement des fils du pays. Les langues se sont déliées par la suite pour reconnaitre la présence des mercenaires étrangers. L’ex-coalition Séléka peut-elle évaluer les pertes subies par le pays sous son régime ? C’est incalculable. Les morts victimes des tueries doivent avoisiner plus de huit cent mille (800.000) cadavres. Les pertes matérielles en milliers de milliards de dollar américain : 6500 véhicules emportés au Tchad, plus de 300 véhicules vers le Soudan du Nord, Darfour, Libye, Mali. Environ 25.000 ordinateurs que l’on confondait à des postes téléviseurs et les télécommandes confondues aux téléphones portables pour transférer des crédits. Les meubles ont été pillés depuis la Présidence, le Camp de Roux et dans toutes les administrations. Les mairies de toute la République ont été mises en sac. C’est le comble de désolation.

L’ex-coalition Séléka n’a jamais pris conscience de l’étendue du désastre. De vrais fils du pays peuvent-ils s’illustrer de cette manière ? S’attaquer à Ngakobo, n’est rien d’autre qu’une volonté satanique de priver le peuple centrafricain de ce produit de première nécessité. Les ouvriers froidement abattus, ont-ils commis quel péché ? Même les Séléka ont besoin de ce sucre pour leur café, thé et autres. Comment des êtres humains peuvent-ils agir de la sorte et de l’autre se plaindre de la stigmatisation par la population ? La population voit aux ex-Séléka des extra-terrestres venus de l’enfer. Dans toutes les guerres autour de nous, au Tchad, au Congo-Brazzaville, au Rwanda, en Libye, on ne détruit pas tout sur son passage les criquets. Les structures économiques sont préservées. Les vrais centrafricains de la Séléka doivent se démarquer des étrangers, des mercenaires, des croques morts qui les entrainent sur la pire de mauvaises pentes. Tôt ou tard, ils auront besoin de ce pays, de sa terre nourricière, des compatriotes pour se refaire une vie.

Le Congo-Brazzaville, le Tchad, le Rwanda, l’Angola, la Côte d’Ivoire sont autant d’exemples pour nous édifier. Les ex-Séléka consommeront le sucre de Ngakobo avec les cadres sur la conscience. Le chef de l’Etat, Faustin-Archange Touadéra et son gouvernement, malgré le comportement des ex-Sélaka, continuent de tendre la main, une main fraternelle. Personne au monde n’est resté le plus fort pour demeurer le plus fort. Même Hitler et son armée, n’ont pas vaincu le monde, en dépit de son rêve de soumettre la planète à son diktat. La Communauté internationale a beaucoup investi dans les élections diluviennes, interminables. Encore un bureau a été annulé à Bimbo. Les jeunes sont mobilisés pour des formations en aviculture. D’autres, dans les Travaux à Haute Intensité de Main d’Œuvre (THIMO 1, 2, 3, 4). Ce sont les premiers jalons pour la relance économique et sociale. Les 3/4 du pays sont sur les rails, cependant, les régions de la Nana-Gribizi, de la Ouaka, de la Bamingui-Bangoran, sont maintenues dans l’obscurité et l’obscurantisme de ceux qui empêchent tout élan.

C’est un appel que « Centrafric Matin » lance aux vrais Centrafricains de la Séléka, après tout, c’est leur pays. Le FDPC a libéré les trois (3) otages de Baboua, c’est un signe de bonne volonté d’aller à l’apaisement, au DDRR et à la paix. Le peuple centrafricain et la Communauté internationale sont heureux de ce dénouement pacifique. Le FDPC sera la bienvenue dans le concert du DDRR, afin que les combattants retrouvent une vie de famille heureuse, saine, dans le sillage de la réconciliation nationale, ultime étape vers la stabilité définitive de la RCA. Les populations déplacées, celles exilées, pourront rejoindre leurs domiciles pour contribuer à la reconstruction du pays.

Julien BELA

 

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :