Skip to content

QUE DEVIENNENT FINALEMENT LES PARTIS POLITIQUES EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE ?

août 4, 2016

Il convient de rappeler que c’était en septembre 1993 vers la fin du régime du feu président André Kolingba du RDC que le multipartisme a vu le jour. Dorénavant c’était le parti unique et tout allait bon train. Il n’y avait pas trop de désordres comme nous les vivons de nos jours. Lorsque les élections groupées s’approchent à grand pas, les partis politiques naissent du jour au jour. C’est précisément dans cette optique que le peuple centrafricain s’interroge du rôle réel d’un parti politique. Est-ce que la vie des partis politiques se résume seulement aux élections ? Ou bien faut-il croiser les bras et attendre les moments cruciaux des élections afin de poser un acte positif qui contribue au développement socio-économique, culturel et politique du pays ? A dire vrai, « on ne nourrit pas le coq le jour « J » du marché », dit-on. De même un papa digne de ce nom n’attend jamais une journée de fête pour assumer sa responsabilité en tant que chef de famille. Donc, les dirigeants des partis politiques doivent faire autant en pensant à l’émancipation du peuple centrafricain. Force est de constater que les leaders des partis politiques ne font absolument rien et attendent tout juste l’approche des élections groupées pour tendre la main de mendiant aux partenaires internationaux pour les appuyer financièrement et matériellement, pour leur propre intérêt personnel et égoïste. De ce fait, où en sommes-nous avec l’animation de la vie politique et l’éducation civique de la population centrafricaine ? En outre, les sanctions de la population durant les dernières élections ne suffisent-elles pas à éveiller les partis politiques ?

Certes, il y avait cent et un (101) candidats à l’élection présidentielle pour un seul poste. Aux législatives, on comptait plus d’une dizaine de candidats par circonscription et les électeurs leur disaient : « Fa mapa » pour les faire minimiser et à la fin, ils font leur bon choix. Cela ne dit rien du tout aux candidats malheureux. Maintenant, les candidats aux élections ont le devoir de changer  d’attitude pour les prochaines échéances électorales. Cependant, la question de la sécurité et de la paix ne concernent-elles que le pouvoir en place tels que le chef de l’Etat, le président de l’Assemblée Nationale, le premier ministre voire les membres de son gouvernement ? A cet effet, les leaders des partis politiques doivent aussi mettre la main à la patte pour un avenir meilleur. Le retour de la paix et de la sécurité sur toute l’étendue du territoire national ne sera effectif que si les leaders des partis politiques mettent en place une plate-forme afin de soutenir les négociations avec les autres groupes rebelles récalcitrants qui ne veulent pas s’aligner sur le processus DDRR comme les autres.

Néanmoins, les partis politiques doivent avoir des structures sur l’ensemble du territoire national pour avoir des informations de sources sûres et nettes. Mais pourquoi une telle indifférence ? « On reconnait le bon maçon au pied du mur », dit-on. Evidement le chef d’un parti doit faire preuve de ces expériences en œuvrant dans l’intérêt général de la nation centrafricaine. En définitif, où sont partis les cent (100) et quelques partis politiques ? Car aujourd’hui, c’est un silence absolu de cimetière qu’on observe dans notre pays, la RCA.

 

Urbain Simplice BAÏTI

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :