Skip to content

QU’EST-CE QUI SE CACHE DERRIERE LE DEBARQUEMENT DE FRANCIS BOZIZE : LA MANIPULATION DES SERVICES SECRETS MAFIEUX OU LE REVE DE NAIROBI ?

août 8, 2016

Francis Bozizé est bien au courant du mandat d’arrêt international délivré par la justice centrafricaine depuis 2014. Quelle mouche l’a piqué ? Francis Bozizé prend la ferme résolution de débarquer à Bangui sans tambour, ni trompette. Qu’à cela ne tienne, une fois arrivé dans son pays, au lieu de rester dans son petit coin, il se rend personnellement à la Minusca et se présente comme tel. Le mandat d’arrêt international délivré par la justice centrafricaine dormait tranquillement dans les tiroirs. Francis Bozizé est allé lui-même réveiller ce mandat d’arrêt international à la Minusca, ce qui le propulse dans les filets de la justice qui le recherche. Un cadeau de fête d’indépendance pour la justice centrafricaine, en particulier la Cour Pénale Spéciale (CPS) dont les fonds de fonctionnement sont disponibles.

Un tel retour n’est pas gratuit puisque Francis Bozizé sait d’avance ce qui l’attend. Il débarque tout juste au moment clé du processus Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR), n’est-ce pas très curieux ? Selon nos analyses, ce retour devrait semer des troubles, ramener le chaos apocalyptique et remettre le pays dans le sillage de Nairobi, perturber, chambouler, vampiriser le processus de paix en cours. Des manœuvres bien calculées pour relancer la crise, les bains de sang, les destructions et la souffrance des Centrafricains ne devraient plus avoir de fin. Rebondissement de la crise sur rebondissement à n’en point finir. Ce que les Centrafricains ont vécu dans leur chair, dans leur âme, la pire des souffrances, ne suffit pas, il faut reprendre à zéro. Francis Bozizé veut-il encore s’en prendre aux Centrafricains ? N’a-t-il pas fait assez de mal aux Centrafricains ? Il a laissé derrière lui que morts, désolations et deuils. A quand le développement de la RCA ? Ce sera-t-il au retour de Jésus-Christ ?

La RCA prisonnière de certains services de renseignements mafieux, ennemis des Centrafricains, qui, de l’extérieur, attisent la flamme de la crise. Et la RCA sera toujours  victime des éternelles manipulations. Cependant, la misère, la pauvreté, les catastrophes humanitaires ne font que croître de jour en jour. Ce que veut faire Francis Bozizé, à qui profitera-t-il ? La suite logique, les partisans  de Nairobi s’agitent. Certains, selon les informations à notre possession, estiment qu’il faut prendre des parents au président de la République, Chef de l’Etat, en otage pour obtenir la libération de Francis Bozizé. Pour d’autres, il faut prendre les membres de la Minusca en otage pour exiger en contrepartie la libération de Francis Bozizé. Or, c’est alourdir son dossier et compliquer sa vie.

Si notre mémoire est bonne, cela fait partie de vastes complots de Nairobi, sous le règne de Catherine Samba-Panza. Un Accord tissé en toile d’araignée que le gouvernement de la transition a rejeté en bloc, et donc nul et de nul effet. Nairobi également a scellé un Accord, un mariage contre nature entre deux (2) ennemis jurés, diamétralement opposés qui s’épient mutuellement. François Bozizé, sincèrement parlant, peut-il laisser le pouvoir à Djotodia et vice-versa ? Qui sera à la Présidence dans ce schéma satanico-apocalyptique ? Ce sera encore un bain de sang, une autre guerre fratricide. Personne dans l’un et l’autre camp ne cèdera le pouvoir à l’autre. C’est un Accord de façade, un marché de dupe, où le peuple centrafricain est le seul et éternel dindon de la farce. Les Centrafricains ne sont plus dupes. Les écoles, les hôpitaux, l’eau, l’électricité, le pouvoir d’achat du citoyen, tout est  au fond du gouffre. Faut-il prolonger une telle souffrance digne de la traite négrière ? Même les animaux vivent mieux que les Centrafricains. Trop, c’est trop, de grâce, donner une chance à ce peuple de vivre, de respirer à pleins poumons, de croire en l’avenir et à l’avenir de ses enfants. Ce n’est pas étonnant car les partisans de Nairobi sont les seuls réfractaires au processus DDRR : la branche Anti-Balaka de Mokome, le FPRC de Nourredine Adam et le MPC. Si Mokome et ses hommes en parfaite collaboration avec Francis Bozizé veulent le pouvoir, le FPRC par contre est partisan de la partition du pays. Le FPRC s’enfonce dans des revendications utopiques, anticonstitutionnelles. Le FPRC revendique la vice-présidence de la République, la Primature et cinq (5) départements ministériels de souveraineté. Que deviendra le pays avec ces postes entre les mains des analphabètes, des semis-lettrés ? C’est se moquer de la Communauté internationale et des institutions financières internationales.

L’accélération du processus Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR) par le chef de l’Etat, Faustin-Archange Touadéra, la mobilisation de la CEMAC pour quatre (4) milliards de francs CFA, a donné l’insomnie aux apôtres de Nairobi qui veulent coûte que coûte, faire chambouler ce processus qui ouvre la voie à la paix, à la sécurité, à la stabilité, condition sine qua non pour un développement de la RCA, comme tous les Etats de la planète. Où était Francis Bozizé quand les Séléka rugissaient à Birao, Bria, Bambari, Mbrés, Dékoua, Bouca, Bossangoa, Benzambé, Bossembélé, Boali et Bangui ? Les Centrafricains ont été abandonnés à leur triste sort : tueries, massacres,  carnages, destructions, pillages, braquages, c’est l’apocalypse. Bozizé, ses fils, sa femme et ses parents n’ont-ils pas pris la tangente sans demander leur reste et le peuple ? Francis Bozizé revient pour renouer le couteau dans la plaie encore béante. Incroyable, mais pourtant vrais, « le criminel revient toujours sur les lieux de son forfait ». Nous avons là une belle illustration, que la RCA est la propriété privée des Bozizé. Et Francis en est le ballon d’essai.

Malheureusement, les Centrafricains ne sont plus dupes. Ils aspirent à la paix, rien que la paix et la véritable paix bénie de Dieu. Les services secrets qui tirent les ficelles ne remplaceront pas le peuple centrafricain. Que peut-on reprocher à Touadéra à peine quatre (4) mois, qui se bat pour assécher les larmes des Centrafricains, soulager leurs souffrances, leur redonner espoir ? Il a été élu avec une majorité écrasante pour un mandat de cinq (5) ans. La jeunesse centrafricaine ne peut plus être des chairs à canon qu’on mène à l’abattoir. La RCA a besoin de ses bras valides pour son développement dans peu de temps. Ceux qui ont trompé et manipulé Francis Bozizé, ne lui ont pas rendu service. Il est le premier des plus gros poissons à tomber dans le filet de la CPS. Ainsi est pris qui croyait prendre !

 

Julien BELA

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :