Skip to content

EMBARGO : DEMANDE, EXIGE A COR ET A CRI PAR LES CENTRAFRICAINS, DEVIENT UN GOULOT D’ETRANGLEMENT POUR LES FACA.

août 10, 2016

Libreville, puis Brazzaville et enfin le relais par le représentant de la RCA aux Nations Unies, les Centrafricains ont demandé et exigé un embargo sur les armes à destination de la RCA. Les tenants de la transition sont montés au créneau, faisant des pieds et des mains pour que les Nations Unies imposent un embargo sur les armes. L’ambassadeur de la RCA aux Nations Unies s’est chargé de faire aboutir cette requête. Seulement, personne ne sait contre qui l’embargo a été demandé. Est-ce contre les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) légalement constituées ? Tout porte à croire que les demandeurs ont demandé pour demander, sans y mettre le contenu, donc un embargo au gré du vent.

Les groupes armés non conventionnels ne se sentent pas concernés par l’embargo. Ils peuvent s’approvisionner en armes et munition au Darfour, en Libye, au Soudan, au Tchad, voir en RD-Congo. Libres comme le vent, les rebelles vont et viennent, commettent des exactions, tuent, pillent, braquent les sociétés à l’exemple de Sucaf à Ngakobo dans la Ouaka. Les voies d’accès au Tchad, au Darfour, aux Soudans du Nord et du Sud, en Libye, en RD-Congo, ne sont nullement contrôlées. La Minusca est cantonnée à l’intérieur du territoire centrafricain et n’a aucune prise sur les mouvements frontaliers. Ceux qui ont demandé, exigé et obtenu l’embargo, ont-ils réellement mûri la question ? Ont-ils pu définir les contours et le contenu ? Aujourd’hui, la surprise est désagréable et dure à croquer. L’embargo, tout compte fait, ne  frappe de plein fouet exclusivement que les Forces de Défense et de Sécurité nationale légale. Tous les Centrafricains crient à la levée de l’embargo, et pourtant les auteurs sont là, tapis dans l’ombre.

L’embargo est une loi internationale qui se situe au-dessus des lois nationales. Les nations Unies seules décrète l’embargo, dans tous les pays du monde, quand la nécessité s’impose. La France qui est l’alpha et l’oméga de la crise centrafricaine aux Nations Unies, a profité de l’incident au sein des Forces Armées Centrafricaines (FACA) à l’ENAM, pour l’amplifier, le dramatiser, le diaboliser, ruiner la conscience et l’éthique militaire en RCA. L’occasion était donc d’or pour la France de verrouiller les forces de défense et de sécurité de la RCA  . Est-ce la pensée initiale de ceux qui demandent l’embargo ? Cet embargo est aujourd’hui un goulot d’étranglement de tous les efforts du gouvernement pour disposer d’un bras armé, support de l’autorité de l’Etat. Certains initiateurs de l’embargo sont au gouvernement. Malheureusement, c’est le chef de l’Etat, le ministre de la  Défense Nationale qui sont pris pour cibles. Ce sont les deux personnalités qui sont au four et au moulin, en diagonal au New-York aux Etats Unis pour négocier la levée de ce fameux embargo. Où sont les initiateurs ? Avaient-ils consulté le peuple centrafricain pour demander cet embargo ?

Selon les informations en notre possession, la levée de l’embargo est prévue pour le mois de février 2017. Faut-il encore que les autorités centrafricaines respectent à la lettre les exigences de l’embargo, pour obtenir sa levée à cette date ? Or, les Forces Armées Centrafricaines (FACA) sont entrées depuis le 16 juillet 2016, dans la phase opérationnelle de leur formation, de leur restructuration, de leur renaissance pour tout dire. La chaîne de commandement étant en place, la mise en chantier de la discipline militaire ne pose aucun problème. Quant à la phase de l’opérationnalité, il y a problème, puisque les soldats n’ont pas droit aux armes. Et les armes, il y en a de tous les calibres, de toutes les marques et de toutes les gabaries. Les soldats s’entraînent au champ de tirs avec les différentes sortes d’armes possibles. Est-ce réellement une  phase opérationnelle de formation, ou c’est simplement un échauffement.? La nouvelle armée centrafricaine ne peut se construire de cette manière, à moins qu’il y ait des armes à mettre à la disposition des soldats et à les  reprendre à la fin des exercices, en attendant la levée définitive de l’embargo.

La RCA, selon la Minusca, est vaste, alors qu’elle ne représente que la moitié de la République Démocratique du Congo, voire même le tiers. Les difficultés de la RCA résident dans les voies de communication non entretenues, les transports inter urbains, tant par la route que par air. La RCA est un petit pays enclavé dont les dirigeants successifs ont manqué de vision et d’esprit bâtisseur, à l’exception de Papa Bok, dont les immeubles demeurent et servent les paresseux et les cupides qui l’ont suivi. La RCA peut avoir des routes en étoiles qui vont dans tous les sens, puisqu’elle abrite le cœur de l’Afrique (Bakala), et ce n’est pas l’atlas de l’Union Européenne sur le désenclavement de la RCA qui nous démentira. La RCA est en principe enclavée dans la tête de ses dirigeants qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez, depuis l’indépendance. Les Centrafricains attendent de pied ferme leur armée.

Les Joseph Kony, chef rebelle de la LRA, les Baba Laddé, rebelle tchadien, et  ses hommes, les Mbararas, éleveurs peuhls à dos de chevaux, la menace terroriste, tous les bandits de la sous région, viennent cogner sur les Centrafricains. Nos frontières sont grignotées, faute d’une armée redoutable comme (le Régiment de Défense Opérationnelle du Territoire (RDOT) des FACA que Bozizé a pulvérisé, renvoyant ces vaillants soldats à la retraité anticipée.  Bozizé, ne voyant partout que des coups d’Etat, a détruit son armée pour prétendre protéger son pouvoir familial et clanique. Du coup, la RCA est devenue un passoir, un repère des mercenaires, des  bandes armées, des bandits de grand, des terroristes. Ce vide profite aux Etats voisins qui rongent nos frontières qui datent des bornes de 1908, dans les archives.

Julien BELA

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :