Skip to content

DEPECHE RJDH-RADIOS COMMUNAUTAIRES  

août 11, 2016

 

SOUPÇON DE CHOLERA A DJOUKOU

Les décès enregistrés ces derniers jours, à Djoukou des suites d’une diarrhée, seraient dus au choléra. Selon les informations du  RJDH, les résultats des examens ont établi l’existence du choléra dans cette localité.

Cette information n’est pas encore confirmée par le ministère de la Santé qui, contacté par le RJDH, n’a pas souhaité se prononcer sur ces soupçons à l’heure actuelle. Mais de sources bien informées, proches de la mission conjointe dépêchée sur le terrain, les cas examinés indiquent qu’il s’agit de l’épidémie du choléra, « les quelques prélèvements faits sur le terrain, indiquent  qu’il s’agit de l’épidémie de choléra », a confié une source bien informée qui a requis l’anonymat.

La même source a indiqué que ces résultats doivent être confirmés par l’institut Pasteur avant leur publication par le département de la Santé.

Le ministère de la Santé, de sources autorisées, souhaite éviter la panique en ce moment, « il faut éviter de paniquer les gens au stade actuel des choses. C’est ce que nous faisons », a confié un cadre du ministère.

Une mission dépêchée à Djoukou par les partenaires de la santé, a pu répertorier les trente-six (36) cas dont, « Huit personnes sont déjà décédées à l’issue de cette diarrhée selon un document de OCHA dont le RJDH a eu copie.

C’est depuis le 27 juillet que cette diarrhée qualifiée d’aqueuse par le ministère de la Santé est signalée à Djoukou.

**************

MBAÏKI : UN GROUPE DE FEMMES S’ENGAGENT DANS LA CONFECTION DES PULL-OVERS APRES UNE FORMATION AU CENTRE DANIEL COMBONI

Certaines femmes de Mbaiki ont fait de la confection des pull-overs, leur principale source de revenus. Celles-ci disent vivre de cette activité depuis la formation qu’elles ont reçue en la matière.

Eva Gnamolo, habillée en blouse bleue, devant sa machine à tricoter, dit vivre de la confection des pull-overs depuis dix années : « J’ai fini ma formation en 2005 et aussitôt, je me suis lancée dans cette activité. Si je compte bien, je fais cette activité depuis dix ans aujourd’hui parce que j’ai commencé en 2006 ». Eva Gnamolo affirme vivre de la confection des pull-overs comme nombreuses de ses sœurs qui ont subi la même formation,  « depuis ce jour, je ne vis que de cette activité. Il y a aussi beaucoup d’autres filles ici qui vivent de cela », a fait-elle savoir.

A l’atelier de Ava, le travail se fait à la chaîne depuis la confection jusqu’à la vente comme nous explique Evelyne qui s’occupe des réassemblages et de la vente, « une fois que les gens qui sont sur les machines ont fini de tricoter, nous ici, on fait  la finition à la main et ensuite on expose. L’ensemble des pulls des bébés, si c’est un complet pantalon, le prix s’élève à 6000FCFA, complet culotte 4000FCFA et pour les adultes, le débardeur est à 4000FCFA et la manche à 6000FCFA », explique cette dernière.

Hélène Pouilly, une parisienne en vacance à Mbaïki apprécie ce que font ces filles, « c’est un travail de qualité qu’elles font ici. Je suis très contente de regarder leur ouvrage. Elles n’ont pas mis du temps dans la réalisation. J’ai commandé deux ensembles pour amener en France et je n’avais jamais vu des chaussons comme ceux-ci », a confié celle-ci au RJDH.

Eva Gnamolo, la responsable de l’atelier se plaint de la vétusté des machines qui ne leur facilite pas le travail, « nos machines datent déjà de plusieurs années. Elles sont vieilles  et même nos formatrices n’utilisent plus ces machines, mais comme nous n’avons pas les moyens pour nous procurer de nouvelles machines, on se débrouille avec les vieilles qui tombent régulièrement en panne. C’est pourquoi, nous sollicitons l’aide des partenaires pour nous aider dans ce sens », lance-t-elle.

Ces femmes ont été formées au centre de couture Daniel Comboni, créé en 2005. Une centaine de filles sont sorties dudit centre.

***************

UN GENDARME ARRETE POUR BRAQUAGE DANS UNE BALEINIERE

Un gendarme a été arrêté pour braquage  dans la baleinière « Terre Promise » qui revenait du village Pandou où les commerçants de Bangui vont pour acheter des marchandises. L’acte s’est produit dans la soirée du lundi dernier.

L’acte s’est produit à Ombella communément appelé tapis rouge des Anti-Balaka. Le gendarme arrêté, ferait partie d’un groupe Anti-Balaka opérant sur le fleuve Oubangui. Il a été arrêté lorsqu’il a tenté de soutirer de l’argent au propriétaire de la baleinière. « Ce porteur était armé quand il s’est rapproché de la baleinière. Il a imposé au propriétaire la somme de 60.000 FCFA. Vu ses attitudes, les gens l’ont suspecté de braqueur et l’ont arrêté pour le conduire à Bangui. C’est ce qui s’est passé », a confié un témoin de la scène.

Le général Mintin Kouet, Directeur Général de la Gendarmerie a confirmé cette information. Mais ce dernier dit attendre les résultats de l’enquête ouverte sur l’affaire pour décider, « c’est depuis hier que j’ai cette information, mais pour le moment, j’attends le compte rendu de ses chefs qui vont me le présenter en même temps avec tous les détails de ses actes, pour prendre une décision », a confié le directeur général de la gendarmerie nationale.

Craignant la réaction des Anti-Balaka qui contrôlent la navigation entre Bangui et Kouango, le personnel navigant envisage de suspendre les navettes, « nous sommes entrain de réfléchir à une suspension parce qu’il  y aura la réaction de ses frères Anti-Balaka », a indiqué Robert Mouata, président des équipes de la ligue de Pandou.

Le gendarme arrêté est pour le moment aux arrêts à la Section de Recherche et d’Investigation pour nécessité d’enquête.

******************

85 ENFANTS DU SITE DES DEPLACES DE L’AEROPORT REUNIFIES AVEC LEURS PARENTS

85 enfants non accompagnés, se trouvant sur le site des déplacés de l’aéroport, ont été réunifiés avec leurs parents. Les opérations ont été menées par l’ONG Centre de Recherche d’Action pour l’Education Environnementale au Développement Durable (CRAED).

Selon nos informations, entre janvier et Août 2016, l’ONG CRAED a enregistré et encadré plus de 143 enfants en situation difficile sur le site des déplacés de l’aéroport. 85 ont été réunifiés avec leurs parents après plusieurs procédures menées par cette ONG. Selon les informations du RJDH, il s’agit essentiellement des enfants de la rue dont l’âge varie entre 06 et 17 ans.

Selon Alain Hourick, chargé de programme de l’ONG CREAD, certaines tentatives de réunification n’ont pas abouti. « Parmi les 143 enfants enregistrés, 85 ont été réunifiés avec leurs parents mais 4 tentatives d’intégration ont échoué. Malgré tout, 13 ont été inscrits au centre de Don Bosco dans la commune de Bégoua pour une formation professionnelle et 36 ont été réinscrits à l’école », a-t-il expliqué.

L’ONG est confrontée à des difficultés liées à la santé de ces enfants, selon Alain Hourick, « l’un de nos problèmes ici est lié à la prise en charge sanitaire. Nous avons enregistré plusieurs cas de gale », fait-il savoir.

La prise en charge alimentaire de ces enfants, selon le chargé de programme est assurée par CRAED avec le soutien de Triangle génération humanitaire. « Ces mineurs mangent une fois par jour, précisément à midi. Cette prise en charge alimentaire est initiée afin de contenir ces enfants. Nous le faisons avec l’appui de Triangle », a-t-il indiqué.

Ce dernier a regretté des cas de vol à main armée enregistrés sur le site d’encadrement de ces enfants. « Des couchettes, des ustensiles du cuisine, quelques matériels pédagogiques ont été emportés par des hommes armés qui avaient fait irruption ici », note-t-il.

Donatien Walibada, animateur à CRAED, a confié au RJDH que parmi certains de ces enfants orphelins, partiel ou total, d’autres sont rejetés par des parents parce qu’ils ont été accusés de sorcellerie. Il dénonce l’agression dont sont quotidiennement victimes les plus petits du groupe.

C’est depuis 2013 que l’ONG CRAED a créé cet espace sur le site des déplacés de l’aéroport. Cette structure est soutenue par Triangle génération humanitaire.

 

***** RJDH *****

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :